Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Comment s'étonner que les Français descendent dans la rue ? (par une lectrice lucide).

C'est une lectrice qui par son commentaire d'article me fournit le premier article, aussi lucide que …. passionné, de ce 04 décembre ).

____________________________________________________

« En 2004,pour le dixième référendum national organisé sous la Ve République, les électeurs français devaient répondre par « oui » ou par « non » à la question : « Approuvez-vous le projet de loi qui autorise la ratification du traité établissant une Constitution pour l’Europe ? ».

Au soir du 29 mai 2005, les Français viennent de rejeter majoritairement le traité établissant une Constitution pour l’Europe disant " Non, nous ne poursuivrons pas dans cette voie ".
Ils n'étaient pas les seuls, il me semble.

Pourtant, le 1er Décembre 2009 entrait en vigueur le Traité de Lisbonne, où traité modifié…
Qui a trompé qui? Qui s'est déconnecté de la réalité ? Qui, estimant le peuple inculte et incapable de comprendre,a refusé tout dialogue ?

Ce, malgré les avertissements du chef qui ,lucide sur les "combinazione" de tous bords, avait fondé cette Ve République sur une constitution solide,
Et l'on s'étonne que les français descendent dans la rue contre le refus permanent de ce qu' ils sont, de ce qu'ils souhaitent ?

N'est-ce pas le même déni de démocratie qu'on impose à l'outre-mer, pour l'instant en Nouvelle-Calédonie, mais peut-être encore à la Guadeloupe, malgré 73% de NON à l'indépendance » .

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Ch.Etzol 05/12/2018 00:15

COURAGE

Paris a froid, Paris a faim ; Paris, ma belle ville
Paris ne mange plus de marrons dans la rue. Fine comme une aiguille, forte comme une épée,
Paris a mis de vieux vêtements de vieille ; Ingénue et savante,
Paris dort tout debout, sans air, dans le métro. Tu ne supportes pas l'injustice.
Plus de malheur encore est imposé aux pauvres. Pour toi, c'est le seul désordre
Et la sagesse et la folie Tu vas te libérer Paris,
De Paris malheureux. Paris tremblant comme une étoile.

C’est l’air pur, c’est le feu, Notre espoir survivant,
C’est la beauté, c’est la bonté Tu vas te libérer de la fatigue et de la boue.
De ses travailleurs affamés. Frères, ayons du courage
Ne crie pas « Au secours », Paris, Nous qui ne sommes pas casqués
Tu es vivant, d’une vie sans égale. Ni bottés, ni gantés ni bien élevés.
Et derrière la nudité Un rayon de soleil s’allume en nos veines
De ta pâleur, de ta maigreur, Notre lumière nous revient
Tout ce qui est humain se révèle en tes yeux. Les meilleurs d’entre nous sont morts pour nous.


Et voici que leur sang retrouve notre cœur.
Et c’est de nouveau le matin, un matin de Paris..
La pointe de la délivrance,
L’espace du printemps naissant.
La force idiote a le dessous.
Ces esclaves, nos ennemis
S’ils ont compris,
S’ils sont capables de comprendre,
Vont se lever.

Paul ELUARD