Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Paris, capitale du monde ? (11 novembre 2018).
Paris, capitale du monde ? (11 novembre 2018).

La célébration de l'armistice du 11 novembre 1918, a donné lieu ce dimanche 11 novembre 2018, à des manifestations spectaculaires auxquelles ont participé de très nombreux chef d'Etats, y compris Donald Trump, et Vladimir Poutine. Il est souhaitable que nous ne nous laissions pas abuser par les apparences, et par les propos solennels, mais aussi superficiels, du trop jeune chef de l'Etat que se sont donnés les Français en 2017. Hommes et femmes abusés par la démolition malhonnête de François Fillon dont il serait mensonger de parler comme d'un héros sans taches, mais qui est un homme d'expérience,  dont le programme était celui qu'il fallait pour redresser un pays abîmé par des élites le plus souvent ignorantes de l'histoire de France et de sa mission historique.

Une question n'est pas posée par cet article du Figaro. Parmi tous ces leaders internationaux qui paradaient autour de l'arc de triomphe : parmi tous ces hommes, combien sont dignes de confiance au regard de l'idéal démocratique dont ils se gargarisent ?

Se poser la question c'est déjà faire preuve du minimum vital au regard des idéaux de liberté et de justice auxquels nous aspirons. C'est déjà amorcer le minimum d'esprit critique sans lequel l'action politique n'est que leurre et mensonge.

Emmanuel Macron a été à côté de la plaque, grandiloquent, mais creux. Ce chef d'Etat, que je ne veux pas accabler, est trop jeune et sans expérience. Il est certainement sincère dans ses pompeuses oppositions sur le patriotisme (d'ailleurs très rare à l'époque que nous vivons) et le « nationalisme » qu'il stigmatise avec excès et sans véritable connaissance de ce dont il parle. Sincère, il l'est (probablement). Mais je lui appliquerais volontiers le mot de Danton, un chef révolutionnaire pourtant, à l'égard de Robespierre le boucher de Paris (au nom des droits de l'homme) en 1793/1795 : « cet homme est dangereux, il croit tout ce qu'il dit ».

En contemplant cette galerie de chefs d'Etats aux gueules enfarinées, je pensais au propos de Nicolas Machiavel, un connaisseur : « Gouverner, c'est FAIRE CROIRE ».

Que veulent-ils nous faire croire ? C'est la première question que nous devons nous poser à l'heure où la propagande n'a jamais disposé dans l'histoire de moyens aussi prodigieux de faire croire. (Le Scrutateur).

 

11-Novembre : Paris, capitale du monde le temps d'un week-end

 

VIDÉOS - Samedi et dimanche, Paris a accueilli plus de 70 dignitaires étrangers, dont Donald Trump et Vladimir Poutine, lors des commémorations du 11 novembre légèrement perturbées par les Femen. Quelque 1500 manifestants se sont également rassemblés place de la République.

Des scènes rares. Et un moment historique. Dimanche, à l'occasion des commémorations du centenaire de l'armistice de la Première Guerre mondiale, la France est apparue comme la capitale du monde. Malgré la pluie qui s'abattait sur Paris, quelque 70 chefs d'État et de gouvernement étrangers ont entouré Emmanuel Macron pour remonter les Champs-Élysées à pieds et rejoindre l'Arc de triomphe. L'image avait de quoi rappeler le 11 janvier 2015. À l'époque, plusieurs dizaines de dignitaires internationaux avaient déambulé au côté de François Hollande pour la grande «marche républicaine» organisée en réaction aux attentats de Charlie Hebdo et de l'Hyper Cacher.

(http://premium.lefigaro.fr/actualite-france/2018/11/11/01016-20181111ARTFIG00146-paris-capitale-du-monde-le-temps-d-un-week-end.php )

 

 


 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ch.Etzol 12/11/2018 02:32

Après les anticorps, les antifas ou, après la lèpre… le fascisme
"Le patriotisme est l'exact contraire du nationalisme.
Le nationalisme en est la trahison."
Pourquoi sont-ils morts? Selon M. Macron, pour la Patrie mais pas pour la Nation .

Etrange : sans doute n'avons-nous pas le même sens de la nuance que l'élite.

Pas plus que nous ne comprenons la présence, au premier rang, de M. Erdogan.
La Turquie n'était-elle pas la cause principale du premier conflit mondial? N'est-elle pas toujours un sujet de désaccord, quant à son entrée ou pas dans l'Europe ?

Multilatéralisme: on les aurait préférés moins nombreux mais plus sûrs, nos visiteurs du jour.
Vous avez dit patriotisme...ou mondialisme, M. le Président ?

Ah! Ne pas oublier la "fine fleur" des révolutionnaires, vilipendant "les plus grands criminels de l'Humanité" Quel humanisme ! Lénine? Non, Staline? Non, Mao? Non, Pol pot, non voyons !
Restons sérieux.
Journée de commémoration ou folie des grandeurs ?