Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Emmanuel Macron, plus jeune et Paul Ricoeur.

Emmanuel Macron, plus jeune et Paul Ricoeur.

Je n'ai pu, hier, écouter l'intervention du chef de l'Etat dans sa totalité. Ce que j'en ai vu m'a profondément déçu. Emmanuel Macron s'est montré apparemment indifférent au message lancé par les gilets jaunes qui, jusqu'à nouvelle ordre n'ont été récupéré par aucune des forces politiques « organisées » en France. Discours froid, mécanique, du mécanique plaqué sur du vivant. Discours de technocrate, hors sol, ignorant du vécu populaire, et de l'histoire du peuple français. C'est à cela que l'on peut constater le mensonge, électoral, de l'assimilation du candidat Macron hier, à Paul Ricoeur sensé avoir été son mentor. Or si Ricoeur avait été un homme « de gauche », il fut aussi un philosophe authentique, disciple de Gabriel Marcel (« de droite »), et animé d'une flamme authentique, celle de l'humanisme chrétien.

Technocrate disais-je. Mais qu'est-ce qu'un technocrate ?

Le mot technocratie vient de deux mots grecs, technê qui veut dire, métier, procédé, technique, et cratein qui désigne l’acte de commander. La technocratie désigne donc le pouvoir confié à ceux qui détiennent la compétence technique.

Mais ce mot a tendance de plus en plus à qualifier des hommes qui ont perdu le sens du concret et de l’humain, qui considèrent les citoyens, moins comme des personnes humaines que comme des « unités de rendements » selon de mot de G. Marcel, c’est à dire de simples rouages d’une machinerie sociale, rouages dépourvus de leur poids d’humanité. Un rouage obsolète, cela se jette et se remplace, sans autre considération que l’efficacité, « l’efficiency », à l’américaine. Le philosophe Alain a résumé en une formule lapidaire le nouvel état d’esprit. Pour ces dirigeants là, « l’homme n’est que la matière première du pouvoir », Que deviennent les vieux, dans un tel système, les infirmes, les malades incurables ? Dans le roman d’Huxley Le meilleur des mondes, et dans certains régimes totalitaires, ces catégories marginales sont éliminées impitoyablement. Ce qui est absent d’un tel monde c’est la charité chrétienne, l’amour du prochain. Ce que l’on peut reprocher à la technocratie c’est de faire disparaître de la politique, la sagesse, considérée comme une notion dépassée, ringarde.

Peut-être le développement de l’esprit technocratique est-il lié à la prévalence depuis trois ou quatre siècles, ceux de la « modernité », du développement technique, et en même temps au déclin de la sagesse. Comme l’avait compris le grand Rabelais « science sans conscience, n’est que ruine de l’âme ».

Voir le lien ci-dessous pour plus d'information :

http://www.lescrutateur.com/article-33842422.html


 

Le Scrutateur.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Force est de constater que l'essor de ce qu'il est convenu d'appeler "les Sciences et Techniques", n'a pas apporté le plein épanouissement de l'Homme que prédisait Hugo.
Bien plutôt une vision réductrice, conduisant à l'isolement tout autant qu'à l'anonymat.
Elle accompagne, en particulier, un appauvrissement de la sensibilité, de la perception du beau,
de l'Art en général et même, une disparition du sens du sacré…

Tout ce qui, pourtant, fut retenu pour chercher "traces d'humanité", dans le peu mis à jour, malgré l'outrage du temps.
Exit Lascaut et ses fresques ?
L'Homme y représente sa vie, ses réalités quotidiennes et son environnement
Exit Quafzeh et ses sépultures ?
René NEUVILLE, consul de France et préhistorien découvre, sur un site d'un peu moins de 100 000 ans, les restes d'une jeune femme et de son enfant, réunis dans la mort.
Exit La Chapelle-aux-Saints (Corrèze) ?
Etudié par le célèbre paléoanthropologue français Marcelin BOULE, un véritable ‘Mathusalem’ néandertalien (peut-être 50 à 60 ans), soigneusement enterré voici environ 45 000 ans, perclus d’arthrite et édenté, n’a pu arriver à cet âge respectable qu’aidé et nourri par les siens : les représentants d’une humanité partageant manifestement avec nous un respect particulier face à la vieillesse et à la mort.

Les apprentis sorciers, sûrs de détenir les clés de l'avenir, ne sont-ils pas d'abord des déracinés
dont la démesure fait fi des leçons des ancêtres ?
Telle cette pensée de l'Empereur Marc-Aurèle qui devrait soutenir la réflexion de M. Macron :
" Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé
et le courage de changer ce qui peut l'être,
mais aussi, LA SAGESSE DE DISTINGUER L'UN DE L'AUTRE "
Répondre