Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Dans la Somme des «gilets jaunes» remettent aux gendarmes des migrants cachés dans un camion.

Les cons à tête dure ont le déni facile. Ils « assument » volontiers (autrement dit ils n’en ont rien à foutre), comme ils « maintiennent le cap » (autrement dit ils ne comptent pas s’en tenir là : que brûle la maison, plutôt que je renonce à me cuire un œuf), amour-propre le premier servi.

 

Le gouvernement incarne donc les principes, le droit et l’autorité - au service du bien commun et de l’intérêt général, cela va de soi dans l’exercice du pouvoir exécutif, tel que transmis par la souveraineté nationale dans les formes prévues par la constitution (et par le sens commun).

 

Dans l’inversion courante qui caractérise les 360° de la rose des vents du politiquement français, c’est le hors-la-loi qui fait la - juste - police et ce sont les autorités qui sont de la délinquance les complices. Quand on pense que le maréchal Pétain a été condamné à mort pour sa politique de collaboration ! Or la seule preuve d’intelligence des cons à tête dure qui nous gouvernent réside dans... l’intelligence avec l’ennemi.

 

C’est ainsi que des « Gilets jaunes » ont pu remettre aux gendarmes des « migrants », encouragés par les autorités françaises à venir encaisser en France la prime qui leur est destinée pour qu’ils rentrent chez eux, cadeau du contribuable français - avec le plein assentiment de La Mélenche qui considère sous les applaudissements de ses pairs qu’il faudrait rétablir l’ISF pour financer la submersion migratoire.

 

Bref ! En France, plus ça change, plus c’est la même chose : si Robin des Bois avait été Français, le prince Jean se fût appelé Jean-Foutre.

 

http://echelledejacob.blogspot.com/2018/11/somme-des-gilets-jaunes-remettent-aux.html

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Ch. Etzol 21/11/2018 22:48

Obligation faite à tous les conducteurs circulant sur les routes de France, le gilet, de son vrai nom : gilet de HAUTE VISIBILITE et de SECURITE va enfin pouvoir servir au bien commun.

Dans la navigation à vue, voire très courte vue (pas plus loin que le bout du nez) des autorités (lesquelles?),on pourrait, à la manière d'un Sully, dire que :
« VISIBILITE et SECURITE sont les deux mamelles dont la France est alimentée et les vrais mines et trésors du Pérou".
Car est-ce une contribution inestimable...du peuple, à l'essence même de la "vision politique mondialiste" d'Edouard Philippe, S/C du Président (ou vice versa) ?
Ou le sursaut de quelque force vive, collaborant avec les "ouvriers de sécurité de la Nation,
ne se résignant pas à sa destruction avancée.

Celle dont la volonté nous est récemment révélée par un clip élyséen, dégoulinant de compassion pour des "migrants", victimes éternelles d'Européens racistes et xénophobes?

Revivons-nous sur nos routes le "salaire de la peur",primé d'une palme d'or à Cannes ?
Dans ce film de Clouzot,en Amérique Centrale, une compagnie pétrolière propose une grosse somme d'argent à qui acceptera de conduire deux camions chargés de nitroglycérine, à vitesse folle sur 500 Km de pistes pour éviter les chaos et l'explosion, afin d'éteindre un incendie dans un puits de pétrole.

Faudra-t-il attendre que tout casse comme déjà à la Réunion, que tout passe et tout lasse,
pour que les génies sûrs de leur gouvernail mais sans boussole, ne continuent leur dérive ainsi qu'un bateau ivre… Qui, finalement, regrette son port d'attache :

Or moi, bateau perdu sous les cheveux des anses,
Jeté par l’ouragan dans l’éther sans oiseau,
Moi dont les Monitors et les voiliers des Hanses
N’auraient pas repêché la carcasse ivre d’eau ;

Libre, fumant, monté de brumes violettes,
Moi qui trouais le ciel rougeoyant comme un mur
Qui porte, confiture exquise aux bons poètes,
Des lichens de soleil et des morves d’azur ;

Qui courais, taché de lunules électriques,
Planche folle, escorté des hippocampes noirs,
Quand les juillets faisaient crouler à coups de triques
Les cieux ultramarins aux ardents entonnoirs ;

Moi qui tremblais, sentant geindre à cinquante lieues
Le rut des Béhémots et les Maelstroms épais,
Fileur éternel des immobilités bleues,
Je regrette l’Europe aux anciens parapets !

Arthur RIMBAUD

Léon Dupan 21/11/2018 15:11

« Droit dans ses crottes » n’est pas ce qui a caractérisé nombreux politiques français, parfois même quelque Premier ministre, et même un certain préfet de la Guadeloupe ?