Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Abus sexuels : le scandale de l'homosexualité dans l'Eglise.

Je partage cet article de Michel Janva, publié également sur le site de Perus Angel que nos lecteurs connaissent bien.


 

http://petrus.angel.over-blog.com/2018/08/eglise-pedophilie-et-homosexualite.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

 

Deux jours après la publication d’un rapport sur les abus sexuels sur mineurs dans six diocèses de Pennsylvanie, le Saint-Siège a condamné ces actes antérieurs à 1990. Plus de 300 prêtres, 1000 enfants victimes, des prélats coupables... c'est un phénomène d'ampleur qui est décrit par le rapport publié mardi 14 août par le procureur de Pennsylvanie. Épais de 884 pages, ce rapport est le fruit de deux ans d'enquête et porte sur une période de 70 ans. Il se fonde notamment sur des archives conservées par les diocèses.

Dans un communiqué, le Saint-Siège indique que le Pape François se tient résolument et fermement du côté des victimes. Le Saint-Siège a tenu à saluer les efforts de réformes entrepris par l'Église catholique américaine depuis les années 2000:

«Les conclusions du Grand Jury sont cohérentes avec les précédentes études, montrant que les réformes faites par l'Église catholique aux États-Unis ont réduit drastiquement l'incidence des abus commis par le clergé».

Le Saint-Père encourage à «de constantes réformes et à une vigilance à tous les niveaux de l'Église catholique».

Une semaine après l’affaire McCarrick, archevêque émérite de Washington accusé d’abus sexuels, l’Église catholique américaine est donc une nouvelle fois dans la tourmente.

Sur son blog, Philippe Arino rappelle qu'il ne s'agit pas seulement d'abus sexuels sur mineurs, mais aussi de l'homosexualité pratiquée au sein de l'Eglise :

"L’actuel scandale des 300 prêtres dits « pédophiles » aux États-Unis est présenté de manière particulièrement malhonnête et hypocrite par les mass médias qui jettent toute la faute non seulement aux prêtres directement concernés (et pour la plupart décédés) mais aussi à la hiérarchie ecclésiale qui les aurait couverts et aurait volontairement fermé les yeux. Car qui a justifié les actes pédophiles en les appelant « homosexuels », si ce n’est la société civile et les libertaires anti-pédophilie mais pro-gays ? Tant pis si je vous choque en disant cela, mais je me base sur les faits : bien souvent la pédophilie n’est que le faux nez de l’homosexualité. Pédérastie et homosexualité se télescopent régulièrement et de manière non causale, non systématique, mais réelle et récurrente : le cas tout récent de Mgr McCarrick, où on nous parle de pédophilie sacerdotale alors qu’il s’agit plutôt d’homosexualité sacerdotale – les prêtres et séminaristes qui sont allés dans son lit étaient majoritairement adultes et « consentants », et l’abus sur l’adolescent est une exception dans le parcours sexuel et amoureux de ce cardinal ! – le prouve. Notre monde condamne par devant (la pédophilie, l’inceste, le viol) ce qu’il promeut par derrière (homosexualité, jeunisme, « l’amour qui n’a pas d’âge ni de sexe »).
Donc NON, ce ne sont pas certains membres de l’Église d’en haut uniquement qui protègent les prêtres pédophiles : c’est surtout le monde profane, anticlérical et païen qui condamne les conséquences (la pédophilie) dont il chérit les causes (la croyance en « l’Amour sans Foi ni lois » reposant principalement sur la croyance en « l’identité » et en « l’amour » homosexuels). Et quand on nous annonce en ce moment énormément de démissions remises au Pape François par des évêques ou des cardinaux pour avoir « couvert des actes pédophiles », en réalité, détrompez-vous, ce ne sont pas souvent des actes pédophiles qui sont couverts mais bien des actes homosexuels (malgré l’annonce publique)."

Le lobby gay est bien actif au plus hauts niveaux de l'Eglise, comme le montre l'ouvrage d'Henry Sire, récemment traduit en français. Janet Smith, professeur de théologie morale au séminaire de Détroit explique :

« Trop de clercs et de laïcs croient qu’il suffit que quelques têtes tombent et que quelques mécanismes soient institués pour dénoncer les évêques corrompus et qu’on puisse passer à autre chose. Mais c’est faux ! » « Le problème de fond réside dans l’existence de réseaux homosexuels dans l’Eglise, probablement dans à peu près tous les diocèses et certainement à la Curie ».

Le cardinal hondurien Oscar Rodriguez Maradiaga, confident influent du pape François, est soupçonné de défaillances dans la gestion de la crise impliquant une homosexualité généralisée dans le principal séminaire de son diocèse. Le journaliste Edward Pention, du National Catholic Register, a révélé qu’au Honduras

« tous les séminaristes homosexuels ont été renvoyés, sauf ceux de l’archidiocèse de Tegucigalpa qui plaisantent en disant qu’ils ont un puissant et très influent saint patron : ‘’Maradiaga’’».

En juillet, le magazine révélait que 50 séminaristes de Tegucigalpa avaient cosigné une lettre dénonçant « une lourde ambiance d’homosexualité ». Mgr Maradiaga aurait ignoré des preuves d’actes homosexuels de l’évêque Pineda, démissionnaire le 20 juillet. Cerise sur le gâteau, le Chilien Francisco Javier Errazuriz Ossa, membre du conseil rapproché de neuf cardinaux du pape François pourrait, comme Mgr McCarrick, devoir démissionner suite aux poursuites dont il est l’objet pour abus sexuels.

Michel Janva dans le salon beige

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marietta 22/08/2018 14:34

Elle s"appelait Maria Goretti, 11ans .
Elle vivait avec sa mère,ses frères et sœurs plus jeunes, dans une maison où la pauvreté, après le décés du Père, les avait conduits à habiter avec une autre famille dont le fils avait 20 ans.
Celui-ci la poursuivait de ses ardeurs. Un jour où elle était seule, il l'entraina dans la cuisine et de colère, après un nouveau refus de ses avances au nom de la Loi Divine, il la poignarda de 14 coups de poinçon et s"enfuit.

A l'hôpital où elle fut conduite, personne ne comprit comment elle avait pu supporter tant de souffrance. Avant de mourir le lendemain, vers 15h, elle eut encore le courage, en recevant l'extrême-onction et l'hostie, de pardonner à son bourreau.

Celui-ci, arrêté et emprisonné parce que mineur au moment des faits, demeurait taciturne et récalcitrant. Jusqu'au jour où l'Evêque le rencontra dans sa cellule, pour lui dire ce qu'il n'avait jamais su : que Maria lui avait pardonné avant de mourir.

Tempête sous un crâne !

Il raconta même qu'elle lui était apparue dans un beau jardin, cueillant des Lys qu'elle lui offrait
« Je me voyais dans un jardin plein de lys blancs. Je vis apparaitre Marieta, belle et vêtue de blanc, qui commença à cueillir des lis et à les déposer dans mes bras, souriant comme un ange, jusqu'à ce que mes bras fussent chargés.
Bientôt, cependant, je me rendis compte que les lis que je tenais se transformaient en torches. Marieta me sourit de nouveau et disparut.
Je me réveillai en sursaut, et je me dis : maintenant je suis sauvé parce que j'ai la certitude que Marieta est venue me voir et m'a accordé son pardon. À partir de ce jour, je ne me sentis plus l'horreur d'auparavant dans ma vie. »

Après sa libération, il finit sa vie dans la Prière, au sein d'un ordre monastique et il laissa un Testament inoubliable.

« Je suis âgé de presque 80 ans, et ma journée va bientôt se terminer.
Si je jette un regard sur mon passé, je reconnais que dans ma première jeunesse j'ai pris un mauvais chemin : celui du mal qui m'a conduit à la ruine ; j'ai été influencé par la presse, les spectacles et les mauvais exemples que la plupart des jeunes suivent sans réfléchir, mais je ne m'en souciais pas.
J'avais auprès de moi des personnes croyantes et pratiquantes, mais je ne faisais pas attention à elles, aveuglé par une force brutale qui me poussait sur une route mauvaise.
À vingt ans j'ai commis un crime passionnel, dont le seul souvenir me fait encore frémir aujourd'hui.
Marie Goretti, qui est aujourd'hui une sainte, a été le bon ange que la Providence avait mis devant mes pas. Dans mon cœur, j'ai encore l'impression de ses paroles de reproche et de pardon. Elle a prié pour moi, intercédé pour moi, son assassin.
Trente ans de prison ont suivi. Si je n'avais pas été mineur, j'aurais été condamné à vie. J'ai accepté la sentence méritée ; j'ai expié ma faute avec résignation.
Marie a été vraiment ma lumière, ma Protectrice ; avec son aide j'ai acquis un bon comportement et j'ai cherché à vivre de façon honnête lorsque la société m'a accepté à nouveau parmi ses membres.
Avec une charité séraphique, les fils de saint François, les frères mineurs capucins des Marches, m'ont accueilli parmi eux non comme un serviteur, mais comme un frère. C'est avec eux que je vis depuis 1936.

Et maintenant j'attends avec sérénité le moment où je serai admis à la vision de Dieu, où j'embrasserai de nouveau ceux qui me sont chers, où je serai près de mon ange gardien et de sa chère maman, Assunta.

Puissent ceux qui liront ma lettre en tirer l'heureuse leçon de fuir dès l'enfance le mal et de suivre le bien. Qu'ils pensent que la religion avec ses préceptes n'est pas une chose dont on puisse se passer, mais qu'elle est le vrai réconfort, la seule voie sûre dans toutes les circonstances, même les plus douloureuses de la vie.
Paix et bien ! »

(Alessandro Serenelli, testament autographe, 5 mai 1961)

Plus bel exemple de ce qu'a apporté le Christ en Croix à l'Humanité : la valeur du PARDON
Comment une enfant de 11 ans fut - elle capable, ainsi, en pardonnant, de sauver celui qui lui avait infligé tant de souffrances et donner la mort, faisant d'elle une Martyr de Dieu ???

Esméralda 22/08/2018 11:41

Avec les vacances sous le ciel de Paris, l'actualité était en retrait. La contemplation d'un certain "vêtement blanc", au visage marqué du Signe de La Croix, au Sacré-Coeur de Montmartre
apportait un peu de Joie et d'Apaisement.: Cor Jesu Sacratissimum .

C'était sans compter, malheureusement, avec l'acharnement des héritiers (n.m.pl.) de Meyerber.

La comparaison des deux articles qui se suivent sur le blog, ne peut que mettre en évidence ce vers de La Fontaine : " Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de cour vous rendront blancs ou noirs"
Ou bien est-ce " l'Agneau qui se désaltérait au long d'une onde claire",
qui gène à ce point le Loup?

Car enfin, ce qui arrive à cette actrice et son Dom Juan de pacotille, n'est qu 'un effet boomerang, une guerre de plus, dans un monde de spectacle, où TOUS jouent un rôle,
mais chacun ne croit à RIEN !
Tout ce foin a-t-il encore un sens,dans une unanimité parfaite... pour la disparition des genres, MASCULIN et FEMININ ? La Guerre de Troie n'aura pas lieu?

Par contre, lorsqu'il s'agira d'insultes et de crachats sur les Pasteurs de l'Eglise, jusqu' à la fin des Temps, chacun y mettra sa couche. Peut-être que Mathusalem déjà ... Chi lo sa ???
Et Jésus avec Marie-Madeleine, hein? Demandez à l'auteur du Da Vinci Code !
Encore un homme averti, et forcément...qui en vaut deux.

Ce n'est pas derrière les murs des maisons, ou dans le fond de quelques rues obscures que l'ombre du Diable se glisse, ou dans les arrière- cours des boutiques, non voyons,

Soyons Sérieux ! C'est l'EGLISE, C'est dans l'EGLISE.
Ce ne sont pas des hommes qui ont fauté, présumés innocents... Mais coupables d'avance, PARCE QUE PRËTRES. C'est Jésus, son époux, l'Eternel coupable, payant jusqu'à la fin
des temps, pour le Pardon de tous.
Quand verrons-nous, de nos yeux, Mahomet sur une Croix, disant à Allah :
"PERE, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu'ils font ?" ,après en avoir pleuré toutes les larmes de son Corps.?

Décadence est refus, mais en même temps jalousie, du vrai, du bien,du beau.
Ils voudraient bien, mais ils ne peuvent pas . Alors ils salissent...
On a l'impression d'enfants gâtés, qui testent jusqu'où ira la patience du Père. Tant pis s'ils en sont les premières victimes, de leur égarement et de leur folie.
Est-ce qu'on peut vivre sur un champ de bataille? Au milieu des ruines?
Et refuser la seule Source, la seule Paix, la seule Justice ?

"Donne-lui tout de même à boire", dit mon Père. V. Hugo

Edouard Boulogne 22/08/2018 12:36

Merci pour ce beau commentaire.