Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Michel Delpuech, préfet de police de Paris.

Michel Delpuech, préfet de police de Paris.

Il y a un an, à l'élection présidentielle, j'ai voté au premier tour pour François Fillon accablé par une campagne de presse ordurière et malhonnête, pour un fait qui n'était même pas un délit, mais qui fut éliminé au premier tour ayant recueilli plus de 20% de suffrages devançant même J-L Mélenchon et talonnant … Emmanuel Macron.

Au second tour, je m'abstins.

Le principal bénéficiaire de « l'affaire Fillon » fut M. Macron.

Aujourd'hui, c'est ce dernier qui subit la campagne de presse (les médias nouveaux maîtres de nos pays). Y aurait-il une justice immanente ?

Je ne reviens pas sur les détails de cette affaire Benalla, sur laquelle on dit tout et le contraire de tout. Sans posséder encore le fin mot de l'histoire, je crois qu'il y a une affaire, et qu'elle est grave.

Mais il faut distinguer l'essentiel et l'accessoire.

Au niveau de l'accessoire on peut placer des déclarations comme celle de Benoit Hamon, dans Le Point : « L'ancien candidat à la présidentielle Benoît Hamon a estimé lundi que l'audition du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb sur l'affaire Benalla constituait un "insupportable tissu de mensonges". "Qui peut croire qu'il n'a jamais évoqué le cas de M. Benalla avec le président de la République ? Ou qu'il ne savait strictement rien de l'homme qui skie seul avec le président, donne des ordres à des commissaires et est pressenti pour devenir sous-préfet ?" s'est-il interrogé dans un communiqué. Pour Benoît Hamon, "l'audition de M. Collomb révèle la piteuse stratégie orchestrée directement à l'Élysée même tout le week-end pour concentrer toutes les responsabilités sur Alexandre Benalla et sur le directeur de cabinet du président de la République, dont chacun sait qu'il part opportunément à la retraite". ».

Hamon qui fût le candidat socialiste à la présidentielle, promptement éliminé et donc plein de bile rancunière. Passons !

Plus inquiétantes sont les déclarations du préfet de police de Paris, M. Michel Delpuech dans Le Point qui voit dans tout cela « une affaire de copinage malsain ».

Michel Delpuech : "Quand je parle de copinage malsain, qu'est-ce que je veux dire ? Je ne parle ici que des personnes mises en examen dans le cadre de cette affaire", précise Michel Delpuech, qui se refuse à associer, dans cette formule, un membre de cabinet. Ni place Beauvau ni à l'Élysée ».      
Chacun s'interroge soupçonnant que le Préfet ne livre pas dans ces mots, tout le fond de sa pensée.

Il serait temps que le président de la République s'exprime, soit pour se disculper rigoureusement, soit pour faire amende honorable et démissionner éventuellement.

« L'affaire », même s'il faut faire la part des exagérations, et de la saisie par les médias de l'occasion de ses mettre sous la dent autre chose que des compte-rendus d'étapes du Tour de France cycliste, l'affaire donc est inquiétante, moins à mes yeux pour Macron que pour la France, dans la période difficile de son histoire qu'elle traverse.

Imaginons que le président de la République soit contraint à la démission. Nous irions vers de nouvelles élections, et un appel à un électorat particulièrement démoralisé. Devant qu'elle alternative nous trouverions nous ?

Voter pour un Mélenchon ? Je ne crois pas heureusement que la France soit prête à porter au pouvoir un admirateur du dictateur marxiste du Vénézuella. Quoique !

Pour un membre du mouvement LREM ? Mais ce parti est inexpérimenté, et en dehors de Macron on n'y distingue aucune personnalité charismatique.

Pour Marine Le Pen ? Mais je crois que le RN ( ex FN ) n'est pas sur le point d'accéder seul au pouvoir. D'ailleurs Marine persiste dans son slogan assimilateur de tout autre droite que la sienne à la gauche : « Non à l'UMPS » !

 

Pour Laurent Vauquiez des LR ? Mais M Vauquiez malgré des projets et déclarations très honorables , procède à la même excommunication ; pas d'accord possible avec le Rassemblement National. Sans doute parce qu'il est contré à l'intérieur même de son parti par les amis politiques du premier ministre, de Bruno Le Maire et autres opportunistes qui ont rallié le clan Macron.

Voici pourquoi je pense que la crise actuelle est plus grave pour la France que pour Macron, ce jeune gandin immature.

Au public de rester lucide. Aux leaders d'opinion qui s'obstinent à vouloir projeter un peu de lumière dans la forêt obscure de l'opinion publique de poursuivre leur travail ( parfois ingrat ). .


 

Le Scrutateur.


 

http://www.lepoint.fr/politique/en-direct-affaire-benalla-suivez-l-audition-de-gerard-collomb-23-07-2018-2238266_20.php


 


 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article