Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

La tribune des lecteurs : Le bourricot n’avance pas, changeons la charrette ! , par Amédée Adélaïde.
La tribune des lecteurs : Le bourricot n’avance pas, changeons la charrette ! , par Amédée Adélaïde.
La tribune des lecteurs : Le bourricot n’avance pas, changeons la charrette ! , par Amédée Adélaïde.

La tribune des lecteurs : Le bourricot n’avance pas, changeons la charrette ! , par Amédée Adélaïde.

 

 

 

( Voici une rubrique du Scrutateur, qui doit vous intéresser. Elle ne fait pas double emploi avec les commentaires d'articles. Ceux-ci, en augmentation lente, mais constante, est faite de vos réactions aux articles.

« La voix des lecteurs »vous donne la parole, la possibilité d'enrichir notre blog de vos idées, réflexions, poèmes, réactions propres à l'actualité en général.

Bien entendu je ne publierai que ce qui ne s'en prend pas, éventuellement, aux personnes, au-dessous de la ceinture comme on dit.

Les articles signés seront plus particulièrement bien venus. Mais il y a, je le sais d'excellentes raisons, qui ne relèvent pas de la couardise, mais plutôt de ce qu'on appelle le devoir de réserve, à l'anonymat, ou au pseudonyme. Ces articles seront pris en compte. Mais il faudra, que je puisse identifier les expéditeurs de façon précise. Ma discrétion à leur égard étant assurée.

Maintenant, chers lecteurs, à vous de jouer.

 

Edouard Boulogne) .

 

PS : Les propos de lecteurs, n'expriment pas toujours le point de vue du Scrutateur. Ils s'expriment librement. Le Scrutateur n'intervient que pour écarter les attaques qui viseraient des hommes et des femmes, de façon insultante, «  au-dessous de la ceinture » comme on dit.

 

 

La tribune des lecteurs : Le bourricot n’avance pas, changeons la charrette !

 

Chacun s’accorde à dire que si nous sommes dans la situation désastreuse que connait la Guadeloupe du point de vue de l’eau potable, des déchets, de l’état des routes, du CHU, etc… la faute en revient à nos élus qui se sont montés jusque là imprévoyants sinon incompétents. Et certains, (indépendantistes en tête), appuyés par ces mêmes élus, voudraient nous faire croire que changer les institutions arrangerait les choses. A fond, le char de la Guadeloupe tiré par les élus, n’avance pas, changeons le char !

 

En fait ce message sonne bien et trouve chez certains un écho parce que nous sommes une société reposant sur trois piliers : la consommation, le virtuel et la facilité.

 

La facilité d’abord : Le gout de l’effort (singulièrement le goût du travail) a disparu. La notion de droit a pris le pas sur celle de devoir. Et nous nous attendons à tout recevoir des pouvoirs publics tout en travaillant de moins en moins. La gauche nous a trempés dans ce bain là avec les 39 heures, puis les 35 et même les 32 heures si la situation des comptes de la France ne l’avait freinée et ramenée aux réalités. Aujourd’hui il nous faut payer tout cela et l’addition est lourde.

 

Le virtuel ensuite : Que dire de ce monde où nous vivons désormais de plus en plus dans le virtuel. La technologie assurément nous a apporté le progrès dans bien des domaines. Nous sommes allés sur la lune, nous avons maitrisé des maladies incurables auparavant, nous pouvons communiquer facilement avec le monde entier, un évènement se passe-t-il à l’autre bout de la planète que nous en sommes informés instantanément. Sur les réseaux sociaux, nous avons des centaines, des milliers d’amis. Equipés de notre casque-micro-gamer les derniers jeux vidéo  à la mode nous transportent d’un coup dans des paysages magnifiques, au cœur de la dernière citée sur Terre, en de terribles batailles contre des envahisseurs extra-terrestres. C’est magique. Mais nous ne connaissons même pas le nom de nos voisins. Nous finissons par prendre le virtuel pour la réalité.

 

La consommation enfin : Nous changeons de voiture non parce qu’elle ne marche pas, mais parce que nous voulons le dernier modèle. Nous changeons de Smartphone, non qu’il soit défaillant, mais parce que nous voulons celui qui a le dernier jeu à la mode. Et nous perdons de vue que nous sommes manipulés par les fabricants qui jouent de nos faiblesses allant jusqu’à faire en sorte que nos appareils, au bout d’un temps déterminé par eux, fonctionnent de plus en plus mal et finissent par s’arrêter. C’est ce qu’ils appellent « l’obsolescence programmée ».

 

Armés de ces trois facteurs, la facilité, le virtuel et la consommation, nos élus tentent de nous convaincre, depuis des décennies, que s’ils n’ont pas réussis à nous donner, de l’eau dans nos robinets, des routes sans trous, des hôpitaux qui marchent, un développement économique avec suffisamment d’emplois pour notre population, que si les collectivités locales sont en faillite, si les impôts locaux sont trop lourds, tout ça, c’est la faute des institutions.

 

Nous savons tous, que ce qui ne va pas, c’est qu’ils passent plus de temps, à se disputer, à savoir comment ils seront réélus, qu’à régler les affaires du pays.

 

Nous savons bien que changer les institutions ne changera rien. Et surtout pas leur manière de gérer le pays.

 

Alors répondons leur : La charrette n’avance pas, changeons les bourricots !          

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pierre 06/05/2018 17:39

Je connais Amédée Adélaïde pour avoir travaillé pendant 3 mois à l'antenne du conseil général de PAP dont M-luce Penchard assurait à l'époque la direction et l'organisation des élections municipales à cette époque.
Amédée Adélaïde avait créé pointe à pitre renouveau et se présentait contre henry Bangou ancien maire de PaP. j'étais jeune, mon job consistait essentiellement à participer aux conférences (même de nuit)contre le clan Bangou injurieux à nous appeler les "renouvauriens" et extrémiste jusqu'à lancer de la glace contre nous (la glace fondu ne laissant aucune trace s'il y avaient des bléssés).
à croire que c'était de bonne guerre en temps d'élections! surtout quand ça faisait pas peur aux "renouveaurienx"!
je me souviens de lucette Michaiux chevry au Guetto du morne Laloge en soutien à la candidature d'amédée Adélaïde.il n'était pas loin de 10h du soir, tout laloge dormait alors qu'elle demandait du courant pour faire sa conférence. Personne n'avait répondu,maisons closes et silence pesant quand "la dame de fer" a lancé "sé chiens qu'a rété laloge a lè pou zot pa ban moin ti boin courant!? dans la seconde, les lumières se sont allumés les gens ont ouvert leurs maisons sont sorti de chez eux lui donnant du courant! et elle a tenu sa conférence.j'avais compris pourquoi elle était un gagnante. ses discours n'était jamais froid mais toulours intelligents et...émotifs. on avait l'impression que ceux qu'elle dénonçait se fichait non seulement du peuple mais ...d'elle aussi.et cette implication personnelle faisait d'elle la gagnante. la différence avec Amédée Adélaïde, intelligent aussi mais trop distant à s'impliquer pour gagner quoique remarquable à dénoncer le contrôle de la ville à l'époque.
Aujourd'hui je crains que ces discours sont révolus ;les gens veulent du concret qu'on leur parle de LEUR argent de ce qu'ils en font. Amédée Adélaïde aura t-il le courage d'interpeller son maire de PaP sur les 56millions d'euros de déficit d'argent public dont les citadins n'en savent pas ce qu'il en a fait? je sais que je n'aurai pas de réponse dans cette tribune.
le peuple est persuadé que les élus ne "passent pas leur temps à se disputer" mais à boire le champagne entre eux en faisant payer un max aux imposables et aux consommateurs!
je peux me vanter de mettre impliquer à le dire...au préfet , place de la victoire après une commération de la naissance de...félix éboué.lui disant " la commération du passé c'est bien mais qu'il devrait s'intéresser au présent et au futur des citadins. qu'il devrait interpeller le maire de Pointe à pitre sur les 56millions d'euros de déficit qu'il doit aux imposables de cette ville"j'ai ajouter que le maire se fiche et de nous mais aussi de l'état qu'il représente à laisser l'herbe folle pousser sur les murs de sa sous préfecture."
sa réponse a été de me rappeler "les valeurs purement théoriques de ...la république je lui ai aussi rappelé que 300 français sont tombés sur cette place en guerre contre les anglais qui voulait rétablir l'esclavage et qu'il n'y a pas une stèle de l'état ou de la ville pour le rappeler; c'est aussi ça les valeurs de la république"
je me suis implique sans rien gagner/pas une coupe de champagne ni la voiture de l'année seulement le nom de "pié" au nouveau guetto de la place de la victoire avec beaucoup...beaucoup de NOUVEAUX amis à la fois dans la détresse et pas seulement.