Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Tout s'explique. Il fallait ménager la sensibilité de Radouane et de sa copine.

Attaques dans l'Aude : Radouane Lakdim devait être entendu prochainement par la DGSI

https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/terrorisme/attaques-terroristes-dans-l-aude/attaques-dans-l-aude-radouane-lakdim-devait-etre-entendu-prochainement-par-la-dgsi_2676398.html#xtor=EPR-51-%5Battaques-dans-l-aude-radouane-lakdim-devait-etre-entendu-prochainement-par-la-dgsi_2676398%5D-20180327-%5Btitre%5D

 

Ainsi tout s'explique : le cher Radouane, devant être entendu très prochainement par la DGSI, a fort mal pris la chose et s'est un peu énervé. Conclusion politiquement correcte : si on lui avait foutu la paix, à ce cher Radouane, au lieu de le traiter comme un intrus, rien de tout cela ne serait arrivé. Les responsables, de ce carnage, une fois de plus, ce sont les forces de l'inquisition et de la répression avec leurs méthodes dignes de l'extrême-droite. Les persécutions dont sont victimes des Français - au mépris de la devise nationale "liberté-égalité-fraternité" - finissent par provoquer de graves déséquilibres dans les quartiers sensibles et sur des sujets qu'on est bien forcé, après tout ce qu'on leur fait subir de contrariétés, d'appeler ensuite des déséquilibrés. Décidément la défense des Français et bien assurée par ceux qui en sont chargés, notamment Emmanuel Macron.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lucien Kabois 28/03/2018 18:34

Pitoyable attitude des autorités françaises qui livre sciemment les Français aux égorgeurs, se bouchant les yeux et les oreilles - et la bouche aussi - pour ne pas dénoncer ces féroces soldats qui viennent jusque dans nos bras égorger vos fils, vos compagnes et pas les leurs puisqu'ils sont archi-protégés par des forces de l'ordre débordées par les tâches subalternes qu'on leur assigne, précisément pour les écarter de la protection des biens et des personnes. La dernière est de limiter la vitesse sur le réseau secondaire pour transformer les gendarmes en fermiers-généraux pendant qu'on égorge, qu'on agresse, qu'on squatte, qu'on vole, qu'on défie la "République" qui bombe le torse en affirmant être un État de droit. De droit commun, aurait-on envie de dire en haussant les épaules...

Claude HOUEL 28/03/2018 01:11

Ménageons,ménageons pour ne pas heurter la sensibilité et éviter l'amalgame, ainsi le procureur molens décrivant les circonstance de l'exécution du Lieutenant Colonel Beltram :
"L’autopsie du lieutenant-colonel a révélé des lésions non létales à un bras et un pied, et une plaie très grave de la trachée et du larynx, ayant entraîné une détresse respiratoire à l’origine du décès":
Qu'en termes élégants ces choses là sont dites.
Pour le commun des mortels, qui n'a pas fait l'école supérieure de la magistrature,ni médecine, il faut bien entendu comprendre que la victime a d'abord été immobilisée par des tirs dans les jambes et les bras puis "proprement" égorgée !
Dés la fin de la prise d'otage cela était connu,il a fallu trois jours pour trouver les mots,politiquement corrects, qui ne fâchent pas.
Au fait c'est dans quelle communauté déjà que l'égorgement a été élevé au rang de rituel?