Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Débat sur la situation au CHU le 07 03 2018. Le point de vue d'un télespectateur.

Quand il y a quelques années, je dus subir une intervention chirurgicale, mon médecin d'alors me dit : «  Si vous ne pouvez trouver une clinique privée, je vous proposerai d'aller pour vous faire soigner en métropole ». Devant mon étonnement, il me dit : « étant donné qui vous êtes dans le service qui relève de votre pathologie vous ne seriez pas en totale sûreté. Ce ne sont pas les chirurgiens qui sont en cause mais une petite partie du personnel médical fortement syndiquée ... où vous savez ».

L'affaire Arnolin rappelle la force percutante de ce syndicat ( Arnolin, cet infirmier martiniquais arrivé premier à un concours national et affecté au CHU de Guadeloupe fut le prétexte à une grève de près d'un mois fomentée, avec les méthodes de pression qu'on lui connait,  par un certain syndicat sous le prétexte qu'il n'était pas Guadeloupéen » ). Quand dans un débat, hier soir sur Canal 10 quelqu'un oppose au docteur Duflo le ressenti du public sur le CHU, peut-être faut-il chercher sa cause dans des « incidents » analogues. Hier j'écoutais, sur Canal X, une interview du docteur Hédreville se laissant entraîner à accepter la suggestion d'un interviewer ( journaliste ? Sur quelle station ? ) selon laquelle la crise succédant à l'incendie de décembre était un prétexte pour « génocider le peuple guadeloupéen » nous sommes dans la politique habituelle du « certain syndicat » qui pollue tous les débats, et qui n'est pas pour rien dans le fameux ressenti.

Quand certains médecins disent qu'ils n'ont pas « les moyens » de faire leur travail, il faut se rappeler que le médecin ne peut pas grand chose sans un personnel compétent et sérieux, et que c'est parfois des carences à ce niveau qui les paralysent dans leur action médicale. Certes il y a des membres du personnels soignant qui sont sérieux et compétents, mais il suffit, dans un service, d'une ou deux brebis galeuses pour foutre un bordel monstre

Quand l'incendie a eu lieu en décembre, immédiatement j'ai pensé qu'il serait, à terme, un prétexte pour un « certain syndicat » de polluer tous azimuts. Nous y sommes.

Il y a un fait qui a été formulé il y a quelques jours sur la cause de l'incendie. Celui-ci pourrait être la conséquence d'un acte individuel, peut-être pas involontaire. Depuis, silence radio. Qui protège qui ? ( LS ).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article