Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Notre-Dame-des-Landes est libéré(e)... comme Phnom-Penh le 17 avril 1975

Le point de vie du "philosophe" Dominique Bourg est que l'abandon du  projet de l'aéroport de Notre-Dame-Des-Landes est une décision  historique « signifiant que l'écologie l'emporte sur les  considérations économiques. » C'est ce qui s'appelle passer à côté de  l'essence des choses. Mais dela part de "L'Obs3, cela procède de  l'obstination et il n'y a pas lieu de s'étonner qu'il fasse appel à  tous les faux-témoins qu'il est susceptible d'abriter en son sérail.

Passer à côté de l'essence des choses, c'est la définition même de la  connerie. Sauf que le"philosophe" en question sait très bien ce qu'il  fait puisqu'il est en pleine livraison et ne s'en cache même pas.  
Alors il fait semblant de ne pas reconnaître les signes du caractère  historique d'une décision quiofficialise au moins sept constats  incontestables :

- Le premier c'est que certaines situations sont tellement pourries  que quelle que soit la décision, elle est susceptible de contestation.  
Dans ce cas particulier, le gouvernement n'avait le choix qu'entre le  pire et le pis. Autrement dit, nous sommes désormais installés dans  une "sociologie de l'impasse" dont le drame de Notre-Dame-Des-Landes  n'est qu'un tout petit arbuste dans une immense forêt.

- Le deuxième, c'est la légèreté avec laquelle sont prises les  décision en matière d'aménagement du territoire et d'équipement. La  sociologie du vide étant une constante dynamique de la superposition  des énarqueries aux énarqueries.

- Le troisième, c'est à quel point l'autorité de l'État est devenue  une plaisanterie - et la vox populi soi-disant déiforme aussi.  S'agissant de l'autorité de l'État, c'est une plaisanterie qui ne fait  rire personne. S'agissant du poids de la vox populi, un clou chassant  l'autre, ce n'est que laconfirmation d'une vieille imposture dont  tout le monde d'à peu près intelligent ou raisonnable fait semblant de  
se satisfaire pour ne pas alimenter une polémique sans fin.

- Le quatrième, c'est que la loi de la jungle a remplacé le droit  naturel. Autrement dit, ce que consacre la décision en effet  historique prise hier par "la foudre de Jupiter", c'est la manière  dont la force prime le droit en France, où le droit lui-même est un simple rapport de force entre des courants d'opinion, d'opportunités  ou d'intérêts sans la moindre corrélation avec la vérité, la morale ou  la justice.

- Le cinquième, c'est que l'écologie est un aimable fourre-tout  terroriste, qui finit toujours imposer sa violence sous le déguisement  désarmant de la pureté la plus pacifique. L'étiquette de Khmers verts  n'est pas usurpée dans ce qu'elle rappelle les Khmers rouges et leur  conception du bien commun dans la démocratie bêlante et "participative".

- Le sixième, c'est que la théorie du complot n'est rien à côté de la  théorie du bordel. Tout juste peut-on suspecter qu'il y ait complot  pour le bordel, et en cela les socialos... de François-le-Fécal aux  plus fidèles disciples de Chirac et de ce qui fut le RPR... n'ont  jamais donné leur part au chat. Histoire d'écarter les amateurs et de  laisser "les professionnels" faire le boulot. De fait, la France va de mieux en mieux, les Français sont de plus en plus Français, et un  progrès vertueux imprime de plus en plus sa marque dans tous les  replis des institutions.

- Enfin le septième, c'est que le bla-bla-bla a pris un tel poids dans  le débat qu'on pourrait épiloguer à perte de vue en termes d'exégèse à  propos de cette décision historique, tant l'ignorance et le  politiquement correct - dans ce qu'il a de plus abrutissant - sont  devenus la colonne vertébrale du "débat" public.  Une seule chose est  sûre, c'est que la France a changé de civilisation. 1968, 1974, 1981  et 1995 - avec la capitulation du RPR invité par son grand timoré à  méditer le message de François-le-Fécal en sont les grandes étapes. Et  les "philosophes" comme Dominique Bourg en sont les doux messagers  auprès d'un public féru d'authenticité mais désormais incapable de  reconnaître un cochon d'un âne..




https://www.nouvelobs.com/planete/notre-dame-des-landes/20180116.OBS0753/abandon-de-notre-dame-des-landes-la-france-a-change-de-civilisation.html

http://www.lepoint.fr/actualites-monde/2007-01-17/phnom-penh-liberee-ce-qu-on-ecrivait-en-1975/924/0/17270

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

DACH 19/01/2018 16:54

en ce qui me concerne je trouve que ce sont des propos excessifs de tous bords. Il fallait y mettre un terme. Point.