Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE ? CE QU’EN PENSE UN EXPERT SUISSE WERNER MUNTER...

Je ne suis pas climatologue. Mais les philosophes, et l'expérience de la vie m'ont appris à douter, et à dresser l'oreille qunnd trop de gens sont d'accord sur certaines questions.

Devant les unanimités, je m'étonne, et je m'inquiète. Qu'est-ce qui se cache derrière la façade surtout celle des forteresses médiatiques.

Une unanimité parmi d'autres ? Celle du réchauffement climatique ou plutôt de ses causes. Car le fait du réchauffement depuis le XVIII ème siècle est relativement patent, sinon les causes. Du haut des hauts donjons de la tutelle médiatique est répandue la parole ( bonne ??? ) selon laquelle les causes du phénomène seraient attribuables au développement technologique, et à l'utilisation des carburants extraits des sources traditionnelles, depuis deux siècles, que sont par exemple le charbon et le pétrole.

Sur ce thème catastrophiste, se développe une série de prédictions, dont la montée inexorable des eaux ( si … etc ) d'au moins un mètre dans 50 ans, ce qui ferait de Pointe-à-Pitre une nouvelle Venise, encore davantage ville d'art et d'histoire qu'actuellement, si possible.

Donc je me méfie. Mon esprit ombrageux soupçonne derrière la répétition continue des lieux communs « écolos » ( écologistes, ce serait plus sérieux, mais il y si peu d'écologistes, et tellement davantage « d'écolos » ! ) une conjonction d'intérêts très matériels comme de la constitution de cartels de fabricants d'éoliennes.. Je me méfie et j'observe.

Un débat, il y a quelques jours, toujours le même, sur LCI ; quatre participants, dont Isabelle Autissier que je ne connaissais pas comme penseu « se », et un timide, sur le thème du fameux réchauffement.

Ils étaient tous « éco … los ». Or voici que surgit un jeune savant, la quarantaine macronienne, spécialiste du climat qui jeta ….., Ô joie, un pavé dans la mare. Ce que l'on dit n'est pas si vrai que cela, osa-t'il. Et de citer un certain nombre de savants authentiques, et donc peu invités à s'exprimer sur les étranges lucarnes, qui sont parfaitement dissidents du conformisme établi.

7Du coup le visage de madame Autissier se métamorphosa en celui d'une gorgone, et le timide le fut un peu moins, et son discours s'humanisa, jusqu'au sourire.

Je m'étais moi, réveillé de ma somnolence et me servis une deuxième bonne grosse gorgée de Gin.

Pour en savoir plus sur ce sujet du climat et des risques encourus par les villes côtières et particulièrement Pointe-à-Pitre, voici un article revigorant, à propos d'un fin observateur suisse, M. Werner Munter.

Il n'y a pas de pensée vraie, hors la contradiction.

 

Le Scrutateur.

________________________________________

 

A propos du réchauffement climatique.

 

 

 

Difficile de savoir qui il faut croire mais tous les arguments doivent pouvoir être exprimés… C’est de l’arrogance de croire qu’en 150 ans d’industrialisation nous avons changé le climat ! Spécialiste reconnu des avalanches, le Suisse Werner Munter?planche nuit et jour depuis trois ans sur le réchauffement climatique. Et, pour lui, l’homme n’y est pour rien ! Il y a une semaine, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) pointait une nouvelle fois d’un doigt accusateur l’homme et le CO2 qu’il produit comme principaux coupables du réchauffement climatique. Pour Werner Munter, spécialiste mondialement reconnu des avalanches, qui se penche compulsivement sur le phénomène depuis trois ans, « ces gens sont des imbéciles qui répètent en boucle des bêtises, le savent et sont payés pour ! » Le Bernois nous a longuement reçus dans son appartement d’Arolla (VS) pour étayer ces accusations entre une tranche de viande séchée et deux verres de Cornalin. Son diagnostic climatosceptique, loin d’être celui d’un hurluberlu, est partagé par d’éminents scientifiques dont deux Prix Nobel. Il nous l’explique. Vous affirmez que l’homme n’a rien à voir avec le réchauffement. Pourquoi ? Précisons tout d’abord que je ne conteste pas le réchauffement lui-même. Je l’ai d’ailleurs constaté en tant que guide de montagne en voyant les glaciers reculer. Celui qui nous fait face par exemple a perdu 100 m depuis que j’ai acheté cet appartement en 1989. En 2005, le pilier Bonatti des Drus s’est effondré à cause du réchauffement du permafrost. Ce que je remets en cause, ce sont les causes de ce réchauffement. Elles n’ont rien à voir avec l’homme ou avec le CO2 comme on nous leserine. Je suis arrivé à cette conclusion pour trois raisons. Quelles sont ces raisons ? La première, c’est tout simplement l’analyse des données climatiques reconstituées sur des millions d’années. Rien que dans les 10 000 dernières années, il y a eu cinq pics de températures comparables à celui que nous vivons. Ces optima correspondent à des cycles naturels. Au Moyen Age, il était par exemple possible d’aller en vallée d’Aoste depuis Arolla avec les troupeaux car le glacier n’existait plus. Lors des deux premiers optima, le Sahara était une savane avec des lacs, des arbres et des éléphants. Avant cela, pendant des centaines de milliers d’années, il a fait plus chaud qu’aujourd’hui. Et parfois jusqu’à 7 degrés plus chaud ! Or le GIEC se concentre sur les 150 dernières années. Autant dire qu’il regarde autour de son nombril. Les reconstructions paléoclimatiques montrent aussi que, pendant des centaines de millions d’années, il n’y a pas eu de corrélations entre le CO2 dans l’atmosphère et la température sur terre.

Votre second argument ? La concentration de CO2 – qui est soit dit en passant un gaz vital et non pas un poison – dans l’atmosphère est négligeable. Il y en a un peu moins de 0,5‰ dans l’atmosphère, et au maximum 5% de cette quantité est imputable à l’homme. Pour un million de molécules d’air, il y a seulement 20 molécules de CO2 produites par l’homme. Et chaque année, notre industrialisation rajoute 4 molécules de CO2 pour chaque million de molécules d’air, mais la moitié est absorbée par les océans et les plantes. Et on veut nous faire croire que cette infime proportion due à l’homme est une catastrophe ? J’ai beaucoup de peine à le croire (rires). Pourquoi dès lors la thèse officielle fait quasi consensus ? Vos collègues scientifiques ne sont pas des imbéciles ! Ces théories visent à nous culpabiliser. Quand des scientifiques comme ceux du GIEC disent qu’ils veulent sauver la planète, je dis qu’ils ne sont pas crédibles. Ils mentent pour préserver des intérêts économiques dont les leurs. Car il y a tout un business derrière la lutte contre le réchauffement. Il y a une volonté de faire peur aux gens par exemple en dramatisant la montée des océans, alors que ceux-ci ne s’élèvent que de 2 à 3 mm par an ! C’est aussi une manipulation intellectuelle de parler de CO2 en tonnes plutôt qu’en proportion. Des tonnes, ça impressionne, mais rappelons que l’atmosphère pèse 5 000 000 000 000000 tonnes ! (cinq millions de milliards de tonnes!) Votre dernier argument est que la thèse officielle contredit les lois de la physique. C’està-dire ? Celle de la thermodynamique en particulier. Pour faire simple : la terre fait 15° en moyenne. L’atmosphère censément polluée de CO2 est grosso modo à -30° à 10 km d’altitude. Qu’elle réchauffe la Terre qui est bien plus chaude qu’elle est une aberration. La thermodynamique nous dit que la chaleur va toujours vers le froid et jamais dans le sens inverse, ce que correspond à notre expérience quotidienne. Alors au final, comment expliquez-vous ce fichu réchauffement ? Je n’ai pas de réponse car trop de facteurs entrent en jeu. Par contre, j’ai des hypothèses. Je soupçonne par exemple les variations de l’intensité du rayonnement solaire – qui répondent à des cycles – de jouer un rôle central, tout comme les processus nucléaires complexes et méconnus qui sont à l’oeuvre au centre de notre Terre. Quoi qu’il en soit, c’est de l’arrogance de croire qu’en 150 ans d’industrialisation nous avons changé le climat. La nature est bien plus forte que l’homme, nous ne sommes pas les maîtres de la Terre ! Et si le réchauffement climatique n’était que leprétexte à la création de nouvelles taxes ? Et si le fait que la Sibérie devienne cultivable n’était pas une catastrophe ? Et si ceux-là même qui sont incapables de prévoir la météo à plus de 5 jours et qui prétendent savoir le temps qu’il fera dans 50 ans, nous prenaient pour descons ? Et si la sagesse consistait à dire qu’on n’en sait rien .... Et si on commençait à raisonner par nous-mêmes au lieu de gober tout ce qu’on veut nous imposer ? (dans "imposer", il y a "impôt" !)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

pierre 24/12/2017 16:08

Mr boulogne Il est curieux que vous ne publiez pas le meilleur des écrits mais seulement quand ces écrits vont dans le sens de vos fixations vous et vos amis.Vous semblez dénoncer sans dénoncer, vous attaquez sans attaquer, mais jamais vous ne vous placez en 1ère ligne de front.trop de coups à prendre! vous piquez les bonnes idées des uns et des autres et vous en faîtes votre soupe populaire. Vous n'avez pas plus le sens de la recherche de la vérité et de l'apaisement que vos détracteurs.
c'est d'ailleurs ce qui fait l'impopularité de votre blog. J'ai failli écrire blague car quand j'y vais c'est pour mon quart d'heure de détente à hurler de rire! bon noêl quand même!