Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Comment l'appeler celui-là ?
Comment l'appeler celui-là ?

 

Comment l'appeler celui-là ?

J'avais d'abord pensé à « niais ». Mais un niais, étymologiquement, c'est quelqu'un qui « n'est pas encore sorti du nid »'.

Alors, non, ça n'va pas.

J'ai pensé à SIMPLET !

Mais c't animal ne correspond tout -à-fait à l'image du simple d'esprit.

L'est plus vicieux.

 

Alors ? Benêt, jocrisse, cornichon, dadais ? Ou .... ?

En fait c'est l'embarras du choix qui me fait hésiter.

Qu'en pensez-vous ?

 

Le Scrutateur.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jacques Abel 13/12/2017 17:43

Bonsoir à tous.

Rafarien! Parce que ça lui sied si bien, et puis surtout, y ref'ra rien!

Léon Dy 12/12/2017 19:06

Cher Scrutateur, j'hésite entre le mot provocateur et le mot tentateur pour qualifier votre chronique sur Raffarin. Provocateur, car le sujet - je parle de l'auteur des raffarinades - est on ne peut plus urticant. Il n'est en effet pas possible d'être aussi... aussi... aussi... Bref ! vous m'avez compris... que ce Raffarin dont Molière s'est probablement inspiré pour quelques personnages, les plus grotesques en particulier. Tentateur, parce que tenter de qualifier Raffarin d'une épithète qualificative ouvre la porte à la tentation de la surenchère. Pour ma part, je n'entrerai pas en tentation de tentative, tant le qualificatif qui me viendrait à l'esprit serait dénué de charité parce que je m'efforcerais d'y mettre de la vérité. Couillon serait peut-être la manière la plus charitable de faire semblant de prendre à la légère des dispositions propres à Monsieur Raffarin et de nature à ne pas rire du tout des Raffarinades et encore moins du grotesque personnage qui en est l'auteur attitré.

castets 12/12/2017 17:42

Bonjour Mr Boulogne,
Avec tous ces jocrisses d'opérettes, il n'est pas étonnant que la France perde ses repères et continue sa décrépitude... Bien malin celui qui pourrait nous sortir de là !
A chaque élection la même pathologie, une foule silencieuse par nature ou conviction ne se prononce pas et laisse faire le hasard.
La Corse en est un nouvel exemple, un grosse majorité de couard silencieux laisse la place, ce qui permet de dégager une petite majorité sans réelle envergure, mais toute prête à donner du fil à retordre à la République, vacillante sous les différents mais multiples coups de boutoir de populations séparatistes ou radicales qui n'ont rien à faire du bien commun !
Bonne soirée, cdlt Cjj

Xam Cirederf 12/12/2017 16:29

LE NUL ETRENEL, est le qualificatif qui lui conviendrait aussi.
Mais quel malheur de devoir encore considérer que ce "phénomène" est encore en état de vouloir dire ce qu'il faudrait faire!!!! Mais pourquoi ne pas lui donner un siège à vie en Chine? Dire que les habitants de Chasneuil du Poitou doivent encore le supporter eux aussi!!!