Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Un  pointde Vue juridique sur le TRANSHUMANISME.

Un  point de vue juridique sur le TRANSHUMANISME.

L'affectation du blog Le Scrutateur, par la malveillance de pirates informatiques rend, pour l'instant, difficile de garder le rythme de parution biquotidien du Blog.

A cela, ce jour, s'est ajoutée la non disponibilité d'Orange, depuis dix heures ce matin, jusqu'à 17h45.

Je n'écrirai donc pas d'article nouveau ce soir.

Mais je réédite un article sur ce sujet du transhumanisme qui fait rêver certains, et cauchemarder beaucoup d'autres.

Le Strutateur s'est fixé une tâche de réflexion politique et philosophique, ce qui le conduit à publier des articles parfois un peu aride. Mais cette réflexion est indispensable à qui veut des dirigeants efficaces, et responsables.

S'intéresser à la politique, demande des efforts pour penser, et choisir les meilleurs et les plus capables.

Mais, on peut aussi, par exemple, regarder, et contempler. Par exemple faire confiance à M. Macron ( je prends cet exemple parce qu'il est de pleine actualité, mais j'aurais pu en prendre d'autres ), car il est jeune et beau. "Argument" qui me parait à côté du sujet.

Le Scrutateur.

________________________________________

 

 

 

( http://www.lescrutateur.com/2014/10/le-transhumanisme-un-reve-de-decivilisation.html )

Le transhumanisme est à la mode. Ou du moins d'actualité aux Etats-Unis. Et chacun sait que la mode aux USA s'exporte, notamment dans la vieille Europe. Or ce « rêve américain » est tout, sauf banal, et neutre en ce qui concerne l'avenir de la civilisation. Mais avant de juger il faut tenter de connaître, de savoir ce dont il s'agit.

Le magazine Philosophie d'octobre 2014, consacre un dossier à la question. On peut y lire : « Il s’est noué en Californie, depuis le début du siècle, une triple alliance qui prétend changer le cours de la destinée humaine. Dans la baie de San Francisco s’activent de riches entrepreneurs de l’économie numérique (Google, Facebook, Amazon…), des scientifiques transhumanistes, qui, rêvant d’allonger l’espérance de vie jusqu’à l’infini, révolutionnent le marché de la santé, et, enfin, des idéologues libertariens aspirant à abolir l’État. Tous militent pour une rupture métaphysique. Car là où nous, Européens, avons appris à considérer le progrès technologique comme une menace, ces Américains l’envisagent comme la solution à tous nos problèmes – et peut-être même à celui de la mort. Utopisme naïf ou pragmatisme prophétique ? « 

Le Scrutateur, sans perdre de vue l'actualité immédiate, va y consacrer dans les jours qui viennent une réflexion de nature philosophique. Car, sa raison d'exister c'est, sans perdre de vue l'immédiat, de tenter de maintenir un souffle de réflexion, dans un esprit philosophique et chrétien.

Pour préparer à la lecture d'un article sur le tranhumanisme envisagé sous l'angle du droit, par un juriste,spécialiste de philosophie du droit, article paru dans Réflexions chrétiennes, une revue proposée par des philosophes, des scientifiques et des théologiens, qui vient de faire paraître un n° spécial sur le Transhumanisme, nous proposons immédiatement ce point de vue de Pierre Le Vigan.

 LS.

 

Posted:

Voici quelques extraits d'un entretien très intéressant de l'essayiste Pierre Le Vigan, qui décrypte le transhumanisme :

"[...] Le transhumanisme  serait un nouvel humanisme fondé sur la maîtrise par l’homme de son destin biologique. Cela vise à la disparition de l’aléa, à la réparabilité de tout. Or, l’aléa fait partie de notre destin. Le transhumanisme désigne alors un néo-humanisme. Mais est-ce encore un humanisme ? Telle est la question. 
Si on considère qu’il rompt en fait avec le propre de l’homme ( le propre de l'homme selon une ancienne tradition philosophique rationaliste, est la « raison », à quoi les modernes ajouteraient volontiers la « liberté ». Note du Scrutateur ) on peut parler de posthumanisme mais alors on est déjà dans la polémique. 
 
On attribue le terme transhumanisme à Julian Huxley (frère d’Aldous Huxley) qui ne considérait pas que c’était une rupture avec l’humanisme mais un nouveau déploiement de celui-ci. Julian Huxley était un biologiste, partisan d’un certain eugénisme, et proche, sur un plan amical et intellectuel, de Konrad Lorenz. [...] C’est en fait un rêve ancien que celui du transhumanisme : c’est le rêve de l’accroissement de l’homme, par la science et par la raison. Pour aller où ? Vers plus de science et plus de raison.[...]
 
[...] Le transhumanisme est effectivement un rêve de perfectionnement perpétuel de l’homme et à terme d’immortalité par la maîtrise de notre biologie. Je ne crois pas que cette immortalité puisse exister. [...] Que serait la vie en l’absence de la mort ? Elle serait longue. On pourrait certes l’occuper par le travail. Mais qu’est-ce qu’une œuvre qui n’a pas de limites. Qu’est-ce qu’une histoire sans fin ? Sigmund Freud disait que l’homme se caractérise par sa capacité de pouvoir aimer et travailler. Mais là aussi, que serait aimer s’il n’y avait un début de la vie amoureuse et une fin ? Aussi, une vie sans la mort est difficilement concevable. Au sens propre, cela ne serait pas humain. [...]
 
Il nous faut comprendre aussi que la technique ne résout aucune question de sens. Elle déplace le lieu de ces questions mais ne les résout pas. On peut faire en sorte que des personnes très malades meurent sans souffrances, mais faut-il le faire en abrégeant leur vie ? L’avortement peut être pratiqué la plupart du temps sans mettre en danger la vie de la mère. C’est entendu. Mais faut–il l’autoriser pour autant dans n’importe quelles conditions ? Pour une grossesse très avancée ? Et qui détermine le seuil ? Faut-il banaliser cette pratique ? La mère est-elle seule concernée ? Doit-elle décider seule ? La technique n’évacue en rien la question de la  responsabilité et la question de la décision. Qui la prend ? Au nom de qui ? En référence à quelles valeurs ? Au nom du « droit des ayants-droits » ? Mais lesquels ? Au nom du « c’est mon choix » ? Mais cette tautologie est-elle suffisante ? ( Une tautologie est une proposition identique, dans laquelle le prédicat, ou l'attribut, dit la même chose que le sujet. A est A. Ou bien encore, une explication verbale qui ne faitque répéter en d'autres termes ce qu'il faudrait faire comprendre. Note du Scrutateur ).
 
L’inflation actuelle des lois sociétales, l’engouement de la gauche « bobo », notamment prétendue « écologiste »  – qui devrait donc avoir une notion des rapports entre l’homme et la nature – (à noter que les « élites » de « droite » sont aussi « bobo » sur les questions de société) pour légiférer sur l’euthanasie (le « droit » à la « mort douce ») montre, en fait, qu’il s’agit de se débarrasser du face-à-face avec la mort. Une loi fixera les conditions d’un arrêt des soins et plus personne ne se posera de questions. Une loi : voilà qui est facile. Et voilà qui évite de se questionner. Mais tout projet de légiférer sur le non-légiférable, c’est tout simplement la visée d’une deshumanisation de l’homme."

 

LIEN : L'odyssée de l'espace.

 

C'est en 1968, que Stanley Kubrick sortit son film fameux «  2001 », l'odyssée de l'espace, qui a quelque chose à voir, c'est le moins qu'on puisse dire avec notre sujet.

Pour le générique du film, il avait fait le choix des premières notes du chef d'oeuvre de Richard Strauss : Ainsi parlait Zarathoustra, titre d'une oeuve célèbre de Frédéric Nietzsche. Ecoutez !

 

http://www.youtube.com/watch?v=C_9eyZk2JT8

Le transhumanisme : un rêve de décivilisation.
Le transhumanisme : un rêve de décivilisation.
Le transhumanisme : un rêve de décivilisation.
Le transhumanisme : un rêve de décivilisation.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article