Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

1 ) La mélenche bouffonne. 2 ) Un rêve de la Mélenche.
1 ) La mélenche bouffonne. 2 ) Un rêve de la Mélenche.

1 ) La mélenche bouffonne. 2 ) Un rêve de la Mélenche.

Le net n'est pas très net, et la presse cuit dans sa graisse, sans la moindre finesse.

La Mélenche suscite l'indignation en déclarant - entre autres imbécillités - que « La rue a abattu les nazis ». C'est alors que tous les animaux-machines dans un réflexe tragi-comique de "mécanique plaqué sur le vivant" réagissent a maxima à partir d'une réflexion a minima. Là où la Mélenche déclenche une réaction indignée, c'est là où le syndicats des nigauds croit déceler une insulte dans une comparaison là où il y a une évocation lyrique à prétention historique. La comparaison est à peu près sans objet, et que ceux qui se sentent morveux se mouchent. En revanche là où les réseaux de zéros montrent le caractère "planique" de leur électroencéphalogramme, c'est que personne parmi tous ces grands professeurs de morale docteur ès vérité historique et pensée parfaitement correcte n'a soulevé le mensonge pour le moins "républicain" (en tous cas parfaitement digeste selon les canons de la républiquitude courante) à propos de la rue qui aurait pourfendu le nazisme. Pas même dans les rêves de la Mélenche, vieille canaille, menteuse, tricheuse et truqueuse à souhaits.

Personne non plus - dans l'échelle de valeur des Zizi (z'Idiots z'Indignés) - pour se plaindre de la mise dans le même sac des rois de France et du nazisme, alors que les mêmes ZIzi poussent des cris d'orfraie quand ils s'imaginent que c'est ce que fait la Mélenche dans ses déclarations à l'emporte-pièce. Entre l'incrimination effective et la grossesse nerveuse, la frontière de la susceptibilité est une véritable passoire.

Une conclusion semble se dégager de ces nouvelles mélenchonneries, c'est que le roi des cons, quel qu'il soit, n'a rien de craindre de la rue en rut. Au contraire, le roi des cons peut même postuler pour la tiare des boute-en-train, tant les cumulards sont rarement ceux qu'on croit.

Au moins le mot d'ordre de Stéphane Hessel aura-t-il été écouté : tout ce que la France compte d'indignés s'indigne - en se trompant de porte, comme d'habitude.

http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2017/09/24/25001-20170924ARTFIG00064-la-rue-a-abattu-les-nazis-melenchon-suscite-l-indignation.php


 

3 ) Un autre rêve de Mélenchon. 4 )
3 ) Un autre rêve de Mélenchon. 4 )

3 ) Un autre rêve de Mélenchon. 4 )

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article