Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Collectiviser la pensée et privatiser l'autorité ( vers une privatisation des contrôles routiers ? )

Pour la petite histoire, la privatisation de la répression a déjà eu  lieu en France,notamment sous le gouvernement de Vichy. Il y avait  entre autres "La Milice".

Toujours pour la petite histoire, la suppression de ce que cherchent à  établir les actuelles pouvoirs en France fut tout simplement l'objet  de la fameuse "nuit du 4 août" et de l'abolition des privilèges (dont  la "République" fait semblant d'être si fière alors qu'elle a toujours  multiplié en cachettes les combines, privilèges et passe-droit).

Là, nous entrons dans le privilège de nuisance dont le principe est  simple : il suffit de multiplier les lois imbéciles et de confier aux  milices le mouchardage. L'esprit de François Mitterran plane toujours  sur la France, car c'est exactement dans cet état d'esprit qu'il a  dopé le tissu associatif en nombre et en prérogatives. Ce sont les  nouveaux Fermiers-généraux. Des gens désintéressés et au service de  l'État ( c'est-à-dire de l'administration du bien commun, ne  l'oublions pas ! ).

Pendant ce temps-là, n'importe qui peut se faire tranquillement  molester, dépouiller, rançonner ou égorger en France sans que le  législateur s'en émeuve ou fasse le nécessaire pour inverser une  tendance - autrement que truquer les statistiques - qui s'est  
considérablement accrue et "spécialisée" en termes de profils de  délinquants.

Collectiviser la pensée et privatiser l'autorité, c'est ce qui se  dessine en France, schéma classique dans tous les régimes socialo- totalitaires.

http://la1ere.francetvinfo.fr/martinique/privatisation-radars-embarques-512567.html#xtor
=EPR-1-%5BNL_1%E8re%5D-20170921-%5Binfo-bouton5%5D


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Xam Cirederf 29/09/2017 02:25

Les mots justes ont été employés pour caractériser cette situation que nous devrons constater et vivre sur tout le territoire français (expression de style pour englober ces ultra(...) marins).
Mais il en est encore qui se croient obligés de jouer les beni oui oui en se montrant et se définissant comme les défenseurs de ces gouvernants en p^lace. Paradoxalement, leur langue fourche et dans des déclarations , pour faire bon genre, alors ils se plaisent à critiquer ceux la mêmes chez qui ils vont chercher refuges. Mais à quoi bon le leur faire comprendre, ils n'y comprennent rien. Alors continuons de dire avec les mots justes ce qui nous accable encore plus ici en outre mer.