Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Edouard Boulogne

Vibrant hommage ( mémoriel ) à la monarchie du Bénin en Martinique, où la royauté  comporte plus de partisans émus qu'on pourrait le croire. ( selon notre confrère France-Antilles ).
Vibrant hommage ( mémoriel ) à la monarchie du Bénin en Martinique, où la royauté  comporte plus de partisans émus qu'on pourrait le croire. ( selon notre confrère France-Antilles ).

 

Même si la connaissance historique ( complète et honnête ) sur la question de l'esclavage reste encore à accomplir en Martinique ( en Guadeloupe aussi, et … ailleurs …. ! ) Il faut convenir que des efforts louables sont faits pour pallier aux zones d'ombres. D'autres efforts ( intenses ) doivent être initiés en effet, surtout dans les milieux politiciens, et chez certains éducateurs.

Le Scrutateur va donc poursuivre sa coopération active pour une connaissance plus complète, honnête, et libérée de l'intense volonté de certains de transmettre aux jeunes leurs névroses personnelles de façon autoritaire, et sous prétexte d'éducation.

 

Le Scrutateur.

_____________________________________________

 

Un roi du Bénin sur les terres d'Aimé Césaire

 

( http://www.martinique.franceantilles.fr/actualite/vielocale/un-roi-du-benin-sur-les-terres-d-aime-cesaire-415711.php

 

La ville de Basse-Pointe, accueillait hier, sa majesté Todo Kpodekon Kinmakin de Xwala-Djekin du Bénin, actuellement en visite en Martinique. Tout un symbole à la veille de la journée de l'abolition de l'esclavage. À cette occasion, le roi béninois a adressé aux Martiniquais des messages de réconciliation et d'amour.

Près de la maison natale d'Aimé Césaire, sa majesté Todo Kpodekon Kinmakin a parlé longuement de retrouvailles entre le peuple martiniquais et les ancêtres africains. Des prières furent adressées aux disparus. « La race noire est la mère de toutes les races, soyez fiers d'être noirs, je prie pour vous tous et je vous bénis au nom de Dieu » , a martelé le souverain de Xwala-Djekin qui assistera dimanche au stade Georges-Gratiant au Lamentin à une grande cérémonie spirituelle aux côtés de l'archevêque Mgr David Macaire, afin de délivrer un message de réconciliation. (B.-R.T.)

Accueilli par la chorale du collège, le roi s'est entretenu avec une quarantaine d'élèves des classes de 6e et 5e. Il s'est prêté volontiers au jeu des questions-réponses et a notamment expliqué le processus qui l'a conduit à devenir roi dans son pays. « Ce n'est pas une volonté mais un long cheminement pour y parvenir car je suis né d'une famille princière » , a répondu le souverain. (B.-R.T.)

Sa majesté tenait à la main une queue-de-cheval, qui dit-il « a un pouvoir d'éducation, c'est comme une girouette, comme une âme. En cas d'attaque cet objet apporte malédiction ou sécurité et chance si tout va bien. En dialecte béninois xwala, il s'appelle « sossy » . Autre objet que portait le Roi à l'épaule, « la recade » , crosse surmontée de figurines en argent. Elle indique que la personne qui la porte est roi. « C'est un bâton de pouvoir de pèlerin » , confie le souverain. (B.-R.T.)

C'est ensuite dans la salle des délibérations de l'hôtel de ville que sa majesté a pris place, entourée d'une trentaine d'invités. Des discours ont ponctué ce moment solennel, le maire Marie-Thérèse Casimirius citant à de nombreuses reprises des phrases empruntées aux ouvrages d'Aimé Césaire. Le député du nord, Bruno-Nestor Azérot a évoqué un récent voyage sur le sol africain, « ce déplacement m'a profondément transformé surtout lorsque j'ai vu comment les esclaves étaient traités, ce fut un moment qui a bouleversé ma vie » , a dit le député. (B.-R.T.)

Des cadeaux ont été mutuellement échangés entre le roi et l'édilité, comme un portrait d'Aimé Césaire. Sa Majesté fu

 

 

 

 

 

 

 

 

( I ) L'Afrique coresponsable de l'exportation de millions d'Africains esclavagisés, entre la traite musulmane, bien plus ancienne, et la traite actuelle qui continue :

 

« Pensez-vous que l’Afrique subsaharienne (ou du moins certaines nations, car le continent est immense) devrait reconnaître officiellement sa responsabilité dans la traite et la déportation de millions d’esclaves, comme l’ont fait certains Etats occidentaux ?


Bien évidemment cette question demeure taboue et divise les intelligentsias africaines et afro-américaines. Mais le président Matthieu Kérékou du Bénin, avait été le premier  à se mettre à genoux devant une congrégation noire de Baltimore, pour demander pardon aux Africains-Américains et à toute la diaspora pour « le rôle honteux que les Africains ont joué durant la traite ». Le 27 avril 2015, pour la première fois un pays africain, le Sénégal, rendait hommage aux victimes de la traite négrière. La date de cette commémoration, qui se veut désormais annuelle, n’a pas été choisie au hasard : elle correspond à celle de l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises, le 27 avril 1848. Bien que les organisateurs de cette manifestation ne se soient pas étendus sur le rôle des Africains eux-mêmes dans cette tragédie, rappelons qu’en octobre 2003, les évêques africains réunis à Gorée avaient publié une déclaration dans laquelle ils demandaient « le pardon de l’Afrique à l’Afrique » en ces termes : « Commençons donc par avouer notre part de responsabilité dans la vente et l’achat de l’homme noir, hier et aujourd’hui… Nos pères ont pris part à l’histoire d’ignominie qu’a été celle de la traite et de l’esclavage noir. Ils ont été vendeurs dans l’ignoble traite atlantique et transsaharienne…» Ceci venait après la déclaration du pape Jean-Paul II qui, en 1985 à Yaoundé, au nom des Catholiques de l’Occident, avait demandé pardon à « nos frères africains qui ont tant souffert de la traite des Noirs ». Ce message sera repris dix ans plus tard à Rome, implorant encore : « le pardon du ciel pour le honteux commerce d’esclaves auquel participèrent de nombreux chrétiens ». Je pense que maintenant la messe est dite, nul ne peut plus ignorer les responsabilités des uns et des autres. » .

 

Pour en savoir davantage :

http://la1ere.francetvinfo.fr/2015/05/07/esclavage-la-complicite-de-monarques-africains-est-une-donnee-objective-selon-l-anthropologue-senegalais-tidiane-n-diaye-253983.html

Vibrant hommage ( mémoriel ) à la monarchie du Bénin en Martinique, où la royauté  comporte plus de partisans émus qu'on pourrait le croire. ( selon notre confrère France-Antilles ).

Commenter cet article