Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Lundi 20 février : Ce débat présidentiel, et le retour de Fillon.
Lundi 20 février : Ce débat présidentiel, et le retour de Fillon.
Lundi 20 février : Ce débat présidentiel, et le retour de Fillon.

Interminable débat, souvent ennuyeux. Je l'ai pourtant écouté attentivement ( constance srutatoriale oblige! ). J'ai même poussé l'héroïsme jusqu'à écouter le mini débat qui a suivi sur LCI. Manifestement nous n'avons pas regardé le même débat. Arlette Chabot n'a vu aucune différence entre les candidats. Bon ! Deux autres polichinelles ont vu un Fillon, timide et terne. Un folliculaire, jeune journaliste, barbe de trois jours ( très « in » a cru voir Macron dominé le débat ainsi que Mélenchon ). C'est le même pendant que les gladiateurs prenaient place dans l'arène qui murmurait à l'oreille de Chabot, mais tout près du micro : «  je regarde le costume de Fillon pour voir s'il mérite son prix ».

Jusqu'au bout les chiens ont jappé.

Mais la Providence intervient enfin, et, juste avant de rédiger le court article qui va suivre, je découvre cette nouvelle publiée sur le Figaro, qui concerne le ministre de l'intérieur Bruno Le Roux : « Le Premier ministre Bernard Cazeneuve va rencontrer mardi le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux à la suite des révélations de l'émission Quotidien (TMC) sur les CDD de ses deux filles comme collaboratrices parlementaires à l'Assemblée nationale.

Les deux hommes "se verront dans la journée", a indiqué à l'AFP l'entourage de M. Cazeneuve, sans donner d'heure ni de lieu, confirmant une information de RTL.

Bruno Le Roux aurait employé ses filles en CDD comme collaboratrices parlementaires à l'Assemblée nationale lorsqu'elles étaient lycéennes puis étudiantes. Cité dans l'enquête de Quotidien, le ministre reconnaît l'embauche ponctuelle, en contrat à durée déterminée, de ses filles, "sur des étés, notamment, ou des périodes de vacances scolaires, mais jamais en permanence" alors qu'il était député de Seine-Saint-Denis.

 

Le PNF va t-il instruire l'affaire?

 

Je ne serai pas plus sévère pour Le Roux, sur cette question, que je ne l'ai été pour Fillon, mais suis heureux qu'un début d'équilibre se manifeste enfin sur une question qui ne méritait pas qu'on y attache l'importance démesurée que l'on sait, afin d'éliminer l'un des candidats majeurs de l'élection présidentielle, et le meilleur.

 

Venons-en au débat de ce soir.

Ennui, donc, mortel ennui. Trop de questions pour pouvoir être traitées convenablement en si peu de temps. Voici mes impressions sur les diverses prestations, assorties de ma notation personnelles.

 

1 ) Fillon : Il adopte une attitude sobre. Il traite dans ce style les questions posées. Avec rigueur, une ironie parfois, surtout quand il commente, parfois de quelques mots bien ajustés, voire d'un sourire éloquent. Quelques polémiques, avec Mélenchon qui l'avait « cherché », avec Marine Le Pen, qui lui réplique avec fermeté, mais sans haine. Sur les questions économiques, sociales, sur le. danger terroriste, etc, mon candidat a le verbe approprié. NOTE : 08/10.

 

2 ) Marine Le Pen : Se contrôle. Pas d'excès polémiques. Remet à sa place Macron ( « voici 5 minutes que je vous écoute, et je ne comprends rien. Vous exprimez somptueusement …. le vide intégral ». Personne ne proteste. Mélenchon sourit même. Enonce sur l'Europe les intentions que l'on sait. «  Si elle est élue, elle négociera avec Bruxelles pour l'acceptation de ses conditions. Au cas de refus Bruxellois, elle portera le problème devant les Français pour qu'ils tranchent. A mon avis, amorce son évolution. Que ses électeurs le sachent, la politique, c'est la politique. Un peu cafouilleuse sur cette question. Par ailleurs, sur le péril islamique, sur le terrorisme, sur l'école, rejoint Fillon ( ou l'inverse, pour ne froisser personne. Note : 07/10.

 

3 ) Mélenchon : Fidèle à lui-même quoique tâchant de modérer sa verve pour ne pas heurter un public bien plus vaste que sa clientèle habituelle.

Annonce l'abolition de la cinquième République qualifiée de monarchie républicaine, et la création d'une 6 ème république, après le vote d'une Constituante. Reprise du vocabulaire des constituants de 1789, et de toute la ferblanterie révolutionnaire du temps de Robespierre, et des tueurs du Comité de salut public de sinistre mémoire ( 1793/1794 ).

Passons sur ce folklore, mais insistons sur la possibilité de détruire la cinquième république, d'instituer l'élection des députés à la proportionnelle intégrale, ce qui nous ferait, en fait, revenir à la quatrième république, à ses crises gouvernementales incessantes, et au régime des partis qui avait ruiné la France des années 1946 à 1958, et failli aboutir, si de Gaulle n'avait pas été là, à une dictature militaire.

Ce n'est pas très bien tout cela. Mais l'homme est drôle, a le sens de la formule. Il fait rire …. tant qu'on ne le prend pas au sérieux. Avec indulgence, je lui donne 05.

Note 05/10.

 

4 ) Macron : Beaux yeux bleus, beaux cheveux blonds, voix mélodieuse et juvénile. Les minettes l'ont déjà élus dans leurs coeur. Parle de tout, l'air inspiré. On a même parlé de sa personnalité christique ( sic ). Jouent à l'homme de la synthèse, réunissant en lui les meilleures idées des autres. Art de la synthèse, ou démagogie cynique.

Quand Fillon a parlé, il commente «  je suis d'accord avec ça ». De même avec Mélenchon ou même le petit Hamon. Non pas « avec cette idée, ce projet », mais « avec çà ».

Macron parle, ou croit parler pour les jeunes sortis de l'école Valaud-Belkacem.

Pas fameux pour un normalien.

Marine Le Pen ayant parlé de ceux qui se font financer de façon dangereuse par des banquiers, et des lobbies, il s'oublie et clame, « je ne vous permets pas »!

« Ne prenez pas ce que je dis pour une attaque personnelle » rigole la fille de Jean-Marie.

Tout le monde rit ( même Mélenchon). C'est le meilleur moment de la soirée. Note : 05/10.

 

5 ) Hamon : Vrai petit homme de gauche.

Instauration de la sixième république, du revenu universel ( demain on rasera gratis ), ouverture inconditionnelle des frontières à toute l'immigration. Etc. Se dispute un moment avec Macron. Occasion pour Mélenchon de leur décocher «  eh! Arrêtez vos querelles; on n'est pas au parti socialiste ici ! ».

On tremble à l'idée que ce petit bonhomme, tout gris à l'extérieur, mais bien rouge au dedans, pourrait devenir président de la Ripoublique.

Mais comme diraient nos ancêtres : « c'est pas demain la veille ».

Note : 02.

 

Je retiens de tout cela que Fillon est de retour. Que ses adversaires même n'ont pas tenté de le salir, sauf Mélenchon, un bref instant.

Reste évidemment la pègre journalistique de gauche.

Mais les mésaventures de Le Roux, les inciteront peut-être à calmer leurs ardeurs.

Je dis peut-être. Car les chacals aiment le sang.

 

Le Scrutateur.

 

PS : J'ai scruté attentivement mon écran de TV, et même à la jumelle, je n'ai pas remarqué la présence de François Bayrou parmi les invités de la fête. Que se passe-t-il? Y aurait-il, déjà, de l'eau dans le gaz?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pierre 21/03/2017 15:40

Curieusement seul deux candidats marine Lepen et j luc Mélenchon ont dénoncé le drame de cette France de la pauvreté. "le chômage de masse" qui touche "7 millions d'actifs" et"9 millions de pauvres" avec moins de 800 euros/mois qui n'arrivent pas à organiser leur survie.
si les autres candidats n'ont pas contredit les chiffres ils n'ont pas eu un mot sur la survie quotidienne de plus de 16 millions de citoyens de leur république! ils s'en foutent complètement ils ne pensent qu'au renouvellement de leur mandat.
Un déni de réalité qui n'échappera pas aux électeurs des réseaux du net

Lucien Kabois 21/03/2017 14:20

Merci Scrutateur de vous êtes dévoué. J'ai "séché" ce débat qui me faisait périr d'ennui à l'avance. Vous ayant lu, je sais ce que je voulais savoir et je vous en remercie...

Dissident 21/03/2017 12:40

L'euro détruit tout ce qu'il touche, Attila était moins nocif que lui. Les peuples européens sont assommés par cette saloperie. L'euro est une formidable escroquerie qui n'enrichit que les 1 % de super profiteurs qui nous suceront jusqu'à la moelle des os si on les laisse faire. L'euro doit donc disparaitre, c'est une question de survie. Il vaut mieux qu'il disparaisse tout de suite que plus tard dans les larmes et le sang. Le reste du bla bla politicard imbécile n'est qu'un rideau de fumée destiné à dissimuler le coup de Jarnac de l'euro.

LEBEAU 21/03/2017 11:25

En tous points d'accord avec cette analyse. Je suis assez satisfait que les propos d'E. Macron aient visiblement été tenus sur le registre du "vouloir plaire à tout le monde". Cela commençait à se dire, cela s'est vu hier soir. Quant à mon candidat F Fillon : rigueur, sérieux, conscience des enjeux, càd de la situation économique et financière très délabrée du pays. Il est bien le seul à l'avoir redit nettement. D'ailleurs, a t-on parlé chiffrage des ahurissants programmes du trio dépensier Mélenchon, Hamon, Le Pen ? Qui sinon F Fillon (et un peu E macron) a alerté sur les mesures à prendre d'urgence pour réduire notre dépense publique et notre taux de prélèvements obligatoires et in fine notre déficit public et notre dette ?

belle France 21/03/2017 09:36

Tout comme vous, j'ai relevé la remarque trés déplacée du "folliculaire barbe de plusieurs jours" concernant le costume de F.FILLON..... Il mériterait une sanction, oui, oui, je dis bien une bonne sanction., car ce Monsieur est coutumier de paroles dévalorisantes. Je ne crois pas que les journalistes, médias etc.... est pris la mesure de notre dégoût.....à leur égard, Bonne journée à vous

castets 21/03/2017 07:15

Bonjour Mr Boulogne,
Ce débat pouvait-il être autrement que terne, à part quelques saillies !
Déjà, débattre à deux, c'est compliqué, nos Politiques jouent en permanence au billard à trois bandes, nos journalistes sont très souvent brouillon, alors que pouvions nous attendre d'un débat à cinq + un chronomètre ?
Je ne sais pas si cela aura beaucoup éclairé nos concitoyens, pour ma part, sans changement, mais dubitatif sur le positionnement des électeurs lors du premier tour .
Comme trois candidats, je relève aussi la différence de traitement pour les 11 récipiendaires et j'attends, je le pense, d'autres éclairages dans les jours prochains !
Merci de votre permanente attention. Bonne journée, cordialement Cjj.