Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Edouard Boulogne

Fillon debout. Et maintenant, à l'attaque, par Philippe Bilger.

Il n'est pas besoin de préciser que le titre de cet article n'est pas du paisible M. Bilger. Vous en devinerez l'auteur.

En revanche l'article est de lui. Il y traite de la conférence de presse de F. Fillon, en des termes que je reprends totalement à mon compte. Je suis heureux qu'il en soit ainsi, car il me dispense d'un effort analogue qui me pèse du fait de la dure grippe qui continue à me tarauder, grippe infecte de la famille des « médiapartés ».

 

Le Scrutateur.

______________________________________________________________________

 

« Depuis ses remarquables prestations politiques et médiatiques pour la primaire de la droite et du centre, François Fillon avait en quelque sorte disparu.

Comme si l'éclat de sa victoire l'avait presque déstabilisé à cause des immenses responsabilités qu'elle faisait peser sur lui.

Puis il y a eu l'article sur les prétendus emplois fictifs de son épouse Pénélope dans le Canard enchaîné du 25 janvier. Cet hebdomadaire, dont on aimerait qu'il s'attachât avec tant d'obstination et de malignité à d'autres responsables politiques de haut niveau, n'a jamais cessé de s'en prendre à François Fillon et ce depuis longtemps. Mediapart s'est associé à cette entreprise qui ressemblait plus à de la démolition qu'à de l'investigation.

Il y a eu, cette campagne lancée contre lui, un flot inouï d'attaques, d'insinuations, d'absurdités, de partialités et de trahisons qui avaient tous pour objectifs de présumer François Fillon coupable, de désespérer la droite qui avait enfin trouvé un candidat à la fois intègre, courageux et digne et de laisser croire à certains ambitieux qu'ils avaient leurs chances à sa place. Il faudra retenir leur nom si la campagne présidentielle confirme le prélude de la primaire.

Comment n'y aurait-il pas eu de la part de François Fillon plus qu'un flottement, comme un bouleversement, des variations, des tentatives presque désespérées pour faire admettre sa bonne foi et l'ignoble du procès médiatique intenté à la famille Fillon?

Qui aurait pu résister à ce terrifiant cumul d'une autorité judiciaire se saisissant dans l'urgence après un simple article, de quelques médias acharnés à sa perte, de la honte et de l'indignité déversées sur un couple et ses enfants, du lynchage voluptueux d'une personnalité à laquelle il fallait faire payer le fait qu'elle avait eu le droit de donner des leçons de morale, de prétendus soutiens se plaisant à distiller le doute et le soupçon à son encontre, d'un pouvoir qui à l'évidence n'était pas resté indifférent à ce qui se déroulait et qui aurait pu aboutir à rien de moins qu'à l'élimination du candidat de la droite honorable et heureusement radicale du second tour de l'élection présidentielle? Qui aurait pu affronter sans faiblesse ni approximations ce maelstrom de quelques jours?

D'autant plus que le moins qu'on puisse dire est que la cellule de communication auprès de François Fillon a connu des ratés qu'un amateur aurait su prévenir, notamment dans la distinction trop lentement appréhendée entre le légal et le décent, au cœur de l'affaire Fillon.

François Fillon a eu le courage de l'avouer lors de la conférence de presse qui a marqué son retour. Il a été assommé, il a pris un coup dans l'estomac et a perdu un temps sa réactivité et sa lucidité. Encore troublé, ému, affecté, mais sa maîtrise recouvrée, il a offert non seulement une défense mais une justification de qualité. Non seulement il n'a transgressé aucune loi mais il a toujours favorisé, par son action politique, l'élévation de la morale publique.

Je ne me fais aucune illusion. On ne le laissera quitte de rien. Les officines du pouvoir et les médias ne désirant l'impartialité que pour leurs amis continueront à le harceler.

Lors de cette rencontre avec les journalistes qui n'a duré que 45 minutes, il a été si convaincant, si clair, si net, si vigoureux dans certaines de ses répliques, si lucide dans l'analyse politique de cette machine de guerre lancée contre lui, son programme et donc le peuple de droite auquel on prétendait voler son enthousiasme d'avoir enfin une personnalité à soutenir par adhésion et non plus par défaut que les professionnels du questionnement sont vite demeurés cois.

Rien sur La Revue des Deux Mondes, des interrogations répétées sur un éventuel remboursement. S'ils n'ont pas été à la hauteur, cela tenait d'abord au fait qu'une baudruche enflée jusqu'à la démesure avait éclaté et surtout à ce constat qu'ayant enfin décidé de s'expliquer et de tout dire, François Fillon avait réduit à néant tout un dispositif qui se plaisait, sans véritable contradiction, à l'accabler alors que l'honnêteté, la sincérité et peut-être une certaine maladresse étaient de l'autre côté.

Pour ma part, j'ai apprécié que François Fillon ait maintenu sa phrase sur la mise en examen, qu'un remboursement serait injuste pour ses proches et qu'en définitive il soit parvenu à faire réapparaître celui qu'il avait été lors de la primaire.

Je ne me fais aucune illusion. On ne le laissera quitte de rien. Les officines du pouvoir et les médias ne désirant l'impartialité que pour leurs amis continueront à le harceler.

Mais quelque chose a changé.

Enfin il a compris. Il ne s'agissait pas seulement de Français troublés mais de bien plus. Il a présenté ses regrets, des excuses. Il l'a affirmé avec force: ce qui est légal peut être perçu comme peu moral.

Il a vigoureusement posé les termes du débat et de l'affrontement. D'un côté le tribunal médiatique - il a affirmé sa confiance pour l'issue judiciaire -, de l'autre le peuple français.

François Fillon de retour n'a été animé par rien d'autre que le souci de rendre à une part importante de celui-ci une victoire qu'on croyait déjà lui avoir volée ».


 

Philippe Bilger.


 

https://www.youtube.com/watch?v=KJS8QXCjwHI

 

Commenter cet article

Dissident 07/02/2017 14:58

Ils ne savent faire que ca, mentir, calomnier, salir, déconsidérer, oui, c'est bien là leur technique centenaire qui, jusqu'à ce jour, les maintient dans le fromage républicain. A sucer le sang de la France, à l'avilir, à la prostituer, à la vendre. Cependant l'entourage de Fillon le déconsidère presque autant que cette affaire Pénélope et je suis désolé de le dire encore ici, mais, Jego ou Baroin, berk et non merci, vraiment.

Antoine de Panou 07/02/2017 14:15

C'est la République dans toute son essence : a-t-on oublié que la République procède d'une imposture ? La République est née du mensonge et du crime déguisé en simulacre de justice rendue au nom de...peuple français qui n'a jamais été représenté contrairement à ce que l'on veut faire croire, à l'exception de quelques figurants, en général désœuvrés et pas très intéressant mises à part leur capacité à s'enivrer y compris de haine et à beugler sur commande ou presque. Fillon n'est pas Louis XVI et Pénélope n'est pas Marie-Antoinette. Il n'empêche que le procédé est le même, et l'honneur de ceux qui s'en prennent à eux comme il le font est à peu près comparable - en intentions et en mérite - à ceux des assassins de Louis XVI qui ont été aussi, d'une certaine manière, les assassins de la France. Il faudrait peut-être s'en souvenir, même si nous avons appris à vivre avec ces gens-là et même si nous nous sommes habitués à entendre leurs insupportables discours moralisateurs qui se sont du reste amplifiés depuis que Mitterrand s'est emparé des clés du tiroir caisse et qu'il en a fait faire des doubles pour tout ses compagnons de moralité. Le "Canard chasseur" ndisposait de bien des cartouches dont il ne s'est pas servi lorsque Mitterrand trichait sur sa vie à l'Élysée et qu'il pompait dans les caisses publiques pour gâter sa fifille chérie et pour protéger ses petits secrets d'alcôve. Alors, arrêtons de rigoler et passons aux choses sérieuses : c'est de l'avenir de la France qu'il est question et pas d'une fête foraine où les Hercule de foire mettent en valeur leur anatomie avantageuse. Fillon incarne incontestablement le projet le plus raisonnable. Il est certes affaibli par l'embuscade qui a été mise en place pour le tuer politiquement. Or c'est quand le roi est faible qu'il faut que le peuple soit fort. Nous sommes le peuple. Nous n'allons pas nous laisser faire par quelques cabinets noirs qui veulent notre perte, non ?

belle France 06/02/2017 23:42

Effectivement il nous a fait là, la démonstration qu'il avait la stature de Président avec une mise au point qui nous fait chaud au coeur et surtout l'envie et la pugnacité du combat...pour la France. Les médias en ont pris pour leur grade, pas sûre qu'ils aient compris mais dorénavant ils savent à qui ils ont a faire. La campagne reprend avec un chef pour nous la Droite, quel soulagement. Souhaitons que la presse ne sous sorte, encore, je ne sais quelle "révélation" .

C-ainciclerc 07/02/2017 19:50

allez y, continuez dur comme fer dans vos dogmes utra libéraux et dévastateurs de notre pauvre France , jetez peu à peu tous les bijoux de la couronne dans la fosse mondiale , allez y suivez cette voie suicidaire , ce n'est pas une affaire comme le Pénélope gate qui nous fera changer d'avis , non non et non cette politique mafieuse faite par et pour les as de la finance mondiale ne fera qu'enfoncer un peu plus la France dans la crise , citoyens , l'heure de la révolte a sonné , des têtes vont tomber , le pouvoir est entre nos mains , citoyens responsables réveillez vous avant qu'il ne soit définitivement trop tard .