Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Edouard Boulogne

Ce si gentil, et tellement innocent M. Macron.
Ce si gentil, et tellement innocent M. Macron.

Tandis que François Fillon est harcelé par une meute pugnace, pour ce qui n'est même pas un acte illégal, tout juste, un comportement quasi général ( et autorisé ) dans le milieu politique, mais que la harde monte en épingle pour décourager son électorat, Emmanuel Macron monte, monte dans les sondages. Macron qui n'est qu'un ancien ministre de François Hollande ( aujourd'hui méprisé de presque tous, mais dont la capacité de nuisance demeure intacte ), Macron qui est on l'a oublié le premier auteur de la loi qui, en tant que projet a porté son nom, avant d'être débaptisée ( on comprend maintenant pourquoi ) et de devenir la loi El Khomri sur le travail, Macron donc, joue l'innocent sur les estrades.

Il importe donc maintenant de s'occuper un peu de lui, et d'essayer d'ouvrir les yeux du public sur celui qui pourrait bien n'être qu'une marionnette entre de redoutables mains.

 

Partons donc d'abord d'un document où l'on peut lire que : ( voir la deuxième illustration de l'article , ci-dessus ).

 

( I ) Des dessous pas très propres :

 

Intéressant, non?

Ce qui est dit plus haut est vraisemblable mais, avouons-le difficilement vérifiable car, dans la police de l'information, c'est le "Canard enchaîné" qui est préposé à la circulation. D'autres sources, pour expliquer la transmission du dossier fiscal des époux Fillon par Bercy, font état d'un circuit un peu plus long, avec le transit du dossier  par François Hollande entre Bercy et le "Canard enchaîné" et avec en amont et en aval deux énarques promotion Senghor (comme Macron) pour atterrir dans la fiente du canard après avoir lui avoir été servi - au cours d'un déjeuner d'affaire - le 9 janvier dernier... 
 

Les soupçons pesant sur l'utilisation par Macron des fonds de son ministère pour financer son mouvement "En marche" ont commencé à circuler autour du 24 janvier à partir de la "dénonciation" par les présidents des groupes LR et UDI - Christian Jacob et Philippe Vigier - à l'Assemblée nationale en demandant que l'intéressé s'explique. La presse a alors mollement repris " l'information"... pour mieux l'étouffer évidemment tant ni la presse ni la "Justice" n'ont la moindre envie de provoquer la moindre contrariété chez le séduisantissime Macron, qui est incontestablement à Marianne ce que Clotilde de Vaux a été à Auguste Comte.

Les ennuis médiatiques de François et Pénélope Fillon, eux, ont pour origine le "Canard enchaîné" du... 25 janvier. Parfaite synchronisation à n'en pas douter, qui montre bien que la propagandastaffel s'accommode mal de l'amateurisme.

 

 

 

( II ) Quand Macron jouait à cache-cache avec des journalistes

En 2010, alors que "Le Monde" cherche des investisseurs, le banquier de chez Rothschild conseille bénévolement la société des journalistes. Un double jeu ?

PAR 6MEDIAS

Modifié le 11/02/2017 à 16:05 - Publié le 11/02/2017 à 15:38 | Le Point.fr

Selon le vice-président de la SDR du Monde, Emmanuel Macron les a trahis. © AFP/ TOBIAS SCHWARZ


 

C'est une histoire étonnante que dévoile Adrien de Tricornot, journaliste au Monde, à Street Vox. En 2010, il est vice-président de la Société des rédacteurs du Monde, actionnaire majoritaire du journal avec les lecteurs et les autres salariés du groupe. Le Monde est alors confronté à des difficultés financières et cherche de nouveaux investisseurs. Les journalistes cherchent à se faire conseiller et sont contactés par Emmanuel Macron, alors banquier chez Rothschild. Il « se présente à nous comme un banquier d'affaires qui fait de l'argent, mais n'y trouve pas du sens. [...] Et donc prêt à nous aider bénévolement », raconte Adrien de Tricornot.
Quelques mois après le début de la collaboration qui se passe très bien, « on le trouvait formidable, super brillant », les journalistes s'orientent vers la proposition du trio Bergé-Niel-Pigasse, une proposition qui ne reçoit pas l'aval du jeune banquier. Le 3 septembre 2010, les journalistes du Monde vont rencontrer Pierre Bergé, qui a ses bureaux dans le même immeuble qu'Alain Minc, conseiller d'un autre candidat au rachat du journal. Et, alors qu'ils discutent devant l'immeuble, Adrien de Tricornot a la surprise de voir apparaître Emmanuel Macron dans le sillage d'Alain Minc.

Trahison

Le banquier rentrant à nouveau dans l'immeuble, Adrien de Tricornot va alors entamer avec lui une surprenante partie de cache-cache dans les étages du 10, avenue Georges-V à Paris. « J'arrive au dernier étage de l'immeuble. Je vois que la porte de l'ascenseur est bloquée – et effectivement quand j'avais essayé de prendre l'ascenseur, il n'était pas dispo. Et tout au bout de l'étage, sur le palier, il y avait Emmanuel Macron qui s'était bien replié au moment où il m'avait vu ! [...] je vois ce type juste devant moi, qui fait comme si je n'étais pas là. Je suis totalement sidéré. [...] Je lui tends la main et lui dis : Bonjour Emmanuel. Tu ne nous dis plus bonjour ? Mes autres collègues t'attendent en bas. J'ai senti à ce moment l'angoisse en lui. Il avait du mal à respirer. Son cœur battait à 200 à l'heure. »
Pour le journaliste du Monde, Emmanuel Macron les a trahis en conseillant aussi Alain Minc sans leur signaler. Et Adrien de Tricornot de conclure : « Je crois être la seule personne à avoir joué à cache-cache avec un candidat à l'élection présidentielle… et à l'avoir trouvé ! »

 

 

Commenter cet article

Xam CIREDERF 13/02/2017 02:08

Aujourd'hui le financier de MACRON est bien Pierre BERGE. Alors il est bien ce candidat double face qui veut en fait creer les conditions d'un nouveau quinquennat Hollande. Alors NON ET NON.

belle France 12/02/2017 14:32

Aurons nous la chance que quelques journalistes intègres et dignes de ce nom, reprennent cette information ? sommes nous sûrs que celle-ci soit avérée pour que nous la diffusions dans à travers de tous nos réseaux ? il y urgence a couper l'herbe sous le pied de cet avorton Macron, le JDD de ce jour nous prédit une mise en examen pur la semaine. Ceux-là aussi l'on se demande comment ils sont informés ???? Nous somes pris au piège....

Dissident 12/02/2017 14:23

Ouais, c'est ce que je subodorais, ce Macron n'est qu'un branleur de plus dans une offre de branleurs-candidats super pléthorique. Il est vil et bas. Dissimulé. Il n'a évidemment pas l'étoffe d'un chef d'état et pourrait être battu par MLP au deuxième tour. Un petit con.

Claude Houel 11/02/2017 23:34

Puisque l'on examine dans le détail le passé de Pénélope ce serait bien, pour nos chers journalistes subventionnés d'investiguer, aussi sur celui des autres épouses (compagnes) des autres candidats.
Par exemple de savoir à quelle date brigitte et emanuel se sont mis en couple pour vérifier si le prof et le jeune jeune lycéen ne flirtait pas, aussi, avec la Loi.
D'autre part le fait pour Fillion d'avoir "avoué" être catho l'a probablement desservi, mais alors quid de brigitte qui officiait dans un établissement religieux ? cela ne fait pas désordre pour un socialiste ?

Marquette comme le Père ... 11/02/2017 22:30

A diffuser sur tous les réseaux sociaux!

Edouard Boulogne 11/02/2017 23:25

Nos lecteurs vous entendent, cher lecteur.