Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Edouard Boulogne

« Affaire Fillon » : Le complot véreux du pouvoir, du parti socialiste, et du monde médiatique.
« Affaire Fillon » : Le complot véreux du pouvoir, du parti socialiste, et du monde médiatique.

Justice, médias, politique... Déstabilisation en règle contre François Fillon

 

( http://www.valeursactuelles.com/politique/justice-medias-politique-destabilisation-en-regle-contre-francois-fillon-67772 )

 

Présidentielle. Depuis le 25 janvier et les premières révélations du Canard enchaîné, une machine mêlant politique, justice et relais médiatiques s’est mise en place. La voici décortiquée.

"Monsieur le Premier ministre, le robinet est ouvert". Cette mise en garde, les avocats de François Fillon l’ont formulée à leur client dès les premières révélations du Canard enchaîné. Ils n’ont pas attendu l’enquête sur l’emploi de deux de ses enfants au Sénat, ni les éléments publiés une fois encore dans le Canard sur les indemnités de licenciement de Penelope Fillon. Ils n’ont pas attendu les questions sur la société de conseil de François Fillon ou sur les problèmes de Thierry Solère. « Le robinet est ouvert », disent poliment les avocats ? « Le canon à merde est plein », confie, plus lapidaire, un officier de police judiciaire spécialiste de ce type d’aff aires. Qui ajoute : « Il n’y a plus qu’à appuyer sur “start”. » Policiers et hommes en robe se rejoignent sur ce constat simple : quand on épluche la vie d’un homme, que l’on creuse sans discontinuer, on trouve toujours quelque chose. Après la conférence de presse du 6 février où François Fillon présente ses excuses aux Français, un de ses collaborateurs lui souffle : « Quelqu’un est en train d’essayer de vous loger une balle dans la nuque. » La balle se révèle être un plein chargeur d’AK47, et le “quelqu’un”, une multitude d’entités, politiques, juridiques, puis médiatiques.

"Éliane Houlette a été clairement discréditée au sein de l’institution judiciaire"

D’après notre enquête, c’est l’action coordonnée de ces acteurs qui a permis l’emballement de l’affaire. Si les avocats de François Fillon, en public, ne la citent jamais nommément, ils n’ont qu’un nom en tête : Éliane Houlette. À la tête du tout nouveau parquet national financier, le PNF, créé après l’aff aire Cahuzac, cette juge a été nommée à ce poste par Christiane Taubira en janvier 2014, sur une idée de François Hollande. Dès le début de l’affaire, elle s’est démenée pour conduire l’enquête. Le mardi 24 janvier qui précède la première livraison du Canard enchaîné, alors que le département chargé de la communication au parquet de Paris est prévenu de la publication des révélations, Éliane Houlette appelle immédiatement François Molins, le procureur de Paris, pour lui rappeler que l’affaire entre dans son domaine de compétence. François Molins ne s’entend pas bien avec Houlette, mais il ne s’oppose pas à la requête de son interlocutrice. « Ça l’a arrangé, car il ne souhaitait pas gérer ce genre d’affaires, décrypte un magistrat. N’oublions pas qu’il a été le directeur de cabinet de Michèle Alliot- Marie, qui était ministre du gouvernement Fillon. »

Sur le même sujet

Fillon : “On n'est plus tout à fait dans la démocratie”

4186%20DAVET%20LHOMME.jpg
Gérard Davet et Fabrice Lhomme. Photo © REA

Dans le milieu judiciaire parisien, on rappelle que le dernier cas traité par Éliane Houlette s’est soldé par « une gifle magistrale, digne d’un coup de saumon sur la tête ». En octobre 2016, le PNF dirigé par Houlette requiert quatre ans de prison, dont deux ferme, et 250 millions d’euros d’amende contre le principal héritier de la famille de marchands d’art, Guy Wildenstein. Coup de théâtre, en appel : le tribunal correctionnel de Paris prononce la relaxe ! « Après ce camouflet, Éliane Houlette a été clairement discréditée au sein de l’institution judiciaire », analyse un habitué du parquet de Paris. Qui rappelle également : « Elle était saisie de l’affaire Jérôme Cahuzac, et elle n’est jamais parvenue à le mettre en taule. » C’est donc une magistrate en perte de vitesse qui tombe sur le dossier de François Fillon, un dossier complètement hors norme.

« Le PNF se fout royalement de savoir si l’affaire sera classée ou pas »

Ne pouvant pas user directement de ces arguments politiques, les avocats de François Fillon tiennent une conférence de presse le 9 février où ils expliquent que le PNF a forcé la qualification juridique et que le détournement de fonds publics dont est accusé François Fillon « ne peut pas s’appliquer aux députés qui ne sont pas chargés d’une mission de service public ». Des arguments techniques qui leur permettent de demander « plus que jamais au parquet national financier de se dessaisir et […] que la question de sa compétence et surtout celle de la séparation des pouvoirs soient examinées avant tout ». Les politiques proches du candidat de la droite affirment en privé n’accorder aucune confiance à cette « structure sur mesure ». Les reprises de cette conférence de presse resteront limitées : les arguments portés, juridico-juridiques, ne sont audibles que par des spécialistes. Le soir, l’équipe de campagne sera marrie de voir au JT de France 2 que c’est le journaliste spécialiste de la justice, et non la chroniqueuse politique Nathalie Saint-Cricq, qui assure le débriefing. Surprise néanmoins de cette conférence de presse : les avocats annoncent porter plainte pour violation du secret de l’instruction, quand la veille encore, ils évacuaient cette hypothèse.

Sur le même sujet

[TRIBUNE] Affaire Fillon : Le Corbeau Déchaîné

En cause, notamment, la publication par le Monde, sous la plume de l’inévitable duo Fabrice Lhomme-Gérard Davet, des extraits des procès-verbaux d’auditions. Des extraits jugés à charge par le clan Fillon et opportunément sortis le jour de la grande conférence de presse d’excuses tenue par le candidat le 6 février. Un avocat s’indigne : « Le PNF se fout royalement de savoir si l’affaire sera classée ou pas. Ce qu’ils veulent, c’est faire fuiter les PV. » Invité le soir même avec les deux journalistes du Monde sur France 5, le ténor du barreau Éric Dupond-Moretti les attaque violemment sur le plateau : « Il n’y a pas d’avocats qui ont les pièces à ce stade, il n’y a pas de mise en examen, c’est donc la police ou le PNF qui vous communique les pièces. »

4186%20HOULETTE.jpg
Eliane Houlette. Photo © AFP

« Si l’équipe Fillon ne sort rien, c’est qu’ils n’ont pas beaucoup d’éléments pour leur défense »

Pourquoi, puisque seules sortent les auditions à charge, l’équipe de François Fillon ne fait-elle pas fuiter les auditions à décharge ? « Sans doute parce qu’on est trop polis », répond — naïvement — un grand élu. D’après nos informations, certains éléments seraient susceptibles, pourtant, de contrebalancer — quelque peu — les accusations portées contre Penelope Fillon. Plus que les grands discours de son mari, elle lui préparait surtout toutes les petites interventions qui émaillent la vie d’un député lorsqu’il se trouve dans sa circonscription. « Dès qu’il y avait une médaille du travail à remettre ou un acteur local à identifier lors d’une cérémonie, c’est elle qui guidait François Fillon », raconte un élu proche du couple. Au parquet national financier, les Fillon ont pu remettre de vieilles chemises de documents contenant le nom de Penelope. Concernant l’affaire de la Revue des Deux Mondes, l’entourage politique certifie que Penelope Fillon a rédigé bien plus que les deux notules publiées, mais que Michel Crépu, son ancien directeur, a bloqué la sortie des autres. D’après certains fillonistes, les enquêteurs seraient même en possession de courriers de Crépu où ce dernier tiendrait des propos imprudents, voire injurieux, sur la femme du candidat de la droite. Sans compter que Crépu est notoirement fâché avec son ancien actionnaire, l’homme d’affaires Marc Ladreit de Lacharrière, un ami intime des Fillon.

Sur le même sujet

Contre toute attente, Mélenchon défend Fillon

« Si l’équipe Fillon ne sort rien, c’est qu’ils n’ont pas beaucoup d’éléments pour leur défense », nuance un conseiller sarkozyste. Sur le terrain, entre deux électeurs accusateurs pour François Fillon, il n’est pas rare que les élus croisent également des sympathisants en colère devant l’apathie de la riposte. Avec les journalistes, ce sont souvent des politiques désemparés ou, pis, incompétents, qui ne parviennent pas à avancer le moindre élément de contre-attaque. Hormis les avocats de François Fillon et le premier cercle du candidat, composé de la communicante Anne Méaux, du sénateur Bruno Retailleau ou du directeur de campagne Patrick Stefanini, personne ne maîtrise les arguments politico-juridiques de la contre-off ensive. « Il manque des grands flics dans l’entourage de Fillon », pour l’aider à « anticiper les tuiles », se désole un proche de Nicolas Sarkozy. Une dernière question demeure alors en suspens : au-delà des manipulations dont il est victime, François Fillon peut-il organiser un feu d’artifice avec si peu de pyrotechniciens ?

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

christo 20/02/2017 02:23

M.Fillon en 2ans de mandat,1question écrite et 1 amendement.Cest légal.Sr payer, pa

Edouard Boulogne 20/02/2017 03:31

Christo. Alias Christeroi. FN ?