Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Edouard Boulogne

Le sieur Luc Reinette.

Le sieur Luc Reinette.

Sur Guadeloupe 1ère, radio, au micro de M. Serge Danican, le sieur Luc Reinette a proféré de scandaleuses déclarations contre l'éventuelle venue en Guadeloupe de madame Marine Le Pen, dans le cadre de la campagne électorale pour l'élection présidentielle.

J'ai entendu cette interview. Luc Reinette y déclare qu'il interdit à Marine Le Pen de mettre le pied en Guadeloupe. Comme le journaliste lui demande au nom de quoi il peut se permettre de tels propos, l'ancien terroriste ( non repenti ) se présente comme le détenteur de la légitimité guadeloupéenne, et multiplie les menaces. «  Qu'elle essaye de mettre un pied sur le territoire nasyonal, et elle verra » poursuit le conducator.

Comme M. Danican lui pose la question «  que diriez-vous si le même interdit vous était opposé avec interdiction de poser le pied à Orly, ou à Roissy », son interlocuteur lui répond que ce serait une injustice car lui et son parti sont opposés à l'exclusion, et au racisme », ce qui laisse sans voix plus d'un timide. M. Danican en est d'ailleurs resté sans voix.

Mais le Front National de la Guadeloupe, et son représentant officiel, M. Marc Guille, ne sont pas des timides. On peut n'être pas d'accord avec le programme du FN, et avec Marc Guille, mais on ne peut que souscrire si l'on est honnête avec le texte de leur protestation officielle que Le Scrutateur publie ci-dessous.

 

Edouard Boulogne.

_________________________________________________________________________

 

FRONT NATIONAL FEDERATION GUADELOUPE

 

   Tient à apporter les précisions suivantes concernant l'intervention de M Luc Reinette.
------------------------------------------------------------------
Luc Reinette, membre du CIPN, à la tête d'un collectif contre la venue de Marine Le PEN en Guadeloupe.
 
Ce jour, Jeudi 12 Janvier 2017 la radio " GUADELOUPE  1 " à invité monsieur Luc Reinette dans son émission " La grande interview"
animée par le  journaliste Claude Danican.
Le sujet de l'émission était         :  (  FAUT-IL AUTORISER MARINE LE PEN A VENIR EN GUADELOUPE )
Luc Reinette représente un collectif composé des associations " CIPA - CIPN - COMBAT OUVRIER - U.P.L.G . ainsi que quelques artistes.
Il parle au nom des associations citées ce qui représente 0,0002% de la population Guadeloupéenne.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Ce qui appelle un rappel  historique afin de  remettre les pendules à l’heure :
Mr. Reinette s’offusque de la tolérance et même la complaisance de GUADELOUPE 1 et des autorités envers le FN et Marine Le PEN. 
Il affirme qu’il (le CIPN  ne laissera Marine Le PEN, ni fouler le sol de Guadeloupe, ni s’exprimer.  IL la met au défi de débarquer en Guadeloupe.
 
Devant une telle attitude, un tel discours sur une chaine publique alors que l'état Français est censé être en état d'urgence, sans réaction des autorités, il est très clair en tout cas, que lesdites autorités françaises, à tous les niveaux, font preuve d’une belle tolérance, sinon de complaisance envers cet indépendantiste ancien terroriste notoire, Luc Reinette, déjà condamné et incarcéré pour des actes terroristes aussi bien à Paris,’en Martinique, en Guyane et  sur le sol de la Guadeloupe qui, à ce jour, n’est pas encore indépendante, à ce qu’il me semble… et M Reinette n’en est pas encore le président ni le propriétaire !…
 
Pour mémoire, dès les années 80, Luc Reinette et ses comparses, tous terroristes, avaient créés successivement le GLA et l’ARC. Ils ont commis de nombreux attentats par armes à feu, incendies ou à la bombe et sont responsables de plusieurs morts et de nombreux blessés. Voici un résumé des faits:
 
- En 1980, apparition du GLA (Groupe de Libération Armée).
 Attentats commis par les indépendantistes du GLA :
6 mars 1980 : attentat contre Raymond Vivièsblessé par balle.
13 avril 1980 : incendie des studios de France 3 à Pointe-à-Pitre.
15 juillet 1980 : Yves Jouandon est blessé par balle.
4 août 1980 : attentat contre le commissariat de Sainte-Anne.
août 1980 : le GLA lance un ultimatum, les non-guadeloupéens doivent quitter la Guadeloupe avant le 31 décembre. 
(Et Reinette a la culot de traiter Marine le PEN de ‘‘raciste qui prêche la haine et l’exclusion de l’autre’’ !...)
16 septembre 1980 : attentat contre un yacht appartenant à un homme d’affaires, et une vedette de la gendarmerie.
17 septembre 1980 : attentat à l’aéroport de Guadeloupe1 mort.
17 novembre 1980 : multiples attentats (hôtel Méridien de Saint-François, Banque de Pointe-à-Pitre, gendarmeries à Basse-Terre, Bouillante, Anse Bertrand et préfecture de Basse-Terre).
5 décembre 1980 : attentat contre le Conseil général de la Guadeloupe et le Palais de justice.
24 décembre 1980 : attentat contre la station FR3, quelques blessés.
28 décembre 1980 : attentat à l'aéroport de Pointe-à-Pitre1 blessé.
30 décembre 1980 : attaque contre Alain Guggenheim, le secrétaire général du Conseil régional du patronat guadeloupéen, 1 blessé par balle.
3 janvier 1981 : incendie du palais de Justice de Fort-de-France.
5 janvier 1981 : attentat au siège de Chanel à Paris, 1 blessé.
24 janvier 1981 : attentat contre le train Roissy-Paris, 1 mort.
1er février 1981 : tentative d'attentat contre un hôtel, attribué au GLA.
29 janvier 1981 : attentat au palais de justice de Paris.
18 février 1981 : attentat contre un appartement à Jarry1 blessé.
27 février 1981 : une journaliste de France 3 est séquestrée.
14 juillet 1981 : attentat contre les bureaux d’Air France à Pointe-à-Pitre.
À la mort du GLA, un nouveau groupe, l’ARC ou Alliance Révolutionnaire Caraïbe continua les actions armées et les attentats.
 
Attentats commis par les indépendantistes de l’ ARC :
28 mai 1983 : seize attentats à la Guadeloupe, à la Martinique, en Guyane et à Paris.
31 mai 1983 : attentat contre les mairies du 20ème et du 10ème arrondissement de Paris.
22 juin 1983 : quatre attentats à Paris contre Air France et le musée des arts africains et océaniques.
30 août 1983 : deux attentats à Paris.
14 novembre 1983 : six attentats en Guadeloupe. Vingt-trois personnes sont blessées.
25-30 novembre 1987 : vingt et un attentats à la Guadeloupe.
24 décembre 1983 : attentat en Martinique.
26 février 1984 : attentat contre un local du LPG.
26 avril 1984 : 15 attentats en Guadeloupe.
13 mars 1985 : attentat contre le restaurant l'Escale.(permanence du F.N) 3 morts, 10 autres personnes grièvement blessées.
25 au 30 novembre 1988 : 21 attentats à la bombe.
25 janvier 1989 : Nuit bleue à Pointe à Pitre.

Le 10 Février 1985 M. Luc Reinette, terroriste indépendantiste, a été condamné, pour violences et attentats, à 12 ans de prison.
Le 16 juin 1985, Quatre indépendantistes dont Luc Reinette, Henri Amédien, Henri Bernard, s’évadent de la prison de Basse Terre et constituent un "Conseil National de la Résistance Guadeloupéenne" pour lutter contre le "péril blanc". (Ce sont donc bien eux, les haineux racistes !)

En 1989,M Luc Reinette, chef de l’organisation terroriste ARC avait été condamné à 33 ans de prison pour violences et attentatspuis amnistié le 3 juillet 1989 et libéré le 12 juillet 1989 avec quatre autres membres de l’ARC.
 
Amnistiés par le socialiste M François MITTERRAND qui, ce faisant, avait voulu ’’acheter’’ la paix sociale !...
Les idéologistes/indépendantistes/ que sont Luc Reinette et ses frères d'armes n’ont pas l’intention de cesser leur combat pour l’indépendance :
« Aucun d'entre nous n'a renoncé à l'indépendance nationale ! », a proclamé Luc Reinette pendant le blocage de la Guadeloupe par le LKP en 2009. (Publié par l’Express le 25 février 2009.)
 
En Avril 2010, Luc Reinette et ses comparses ont créé un nouveau mouvement indépendantiste : le FKNG (Fos pou Konstwi Nasyon Gwadloup). 
    
Nous allons arrêter ici ces précisions, car en écrire davantage serait faire trop d’honneur à M Luc Reinette qui n’en mérite aucunement…
lui qui qualifie Marine Le PEN de raciste infréquentable, ce qui précède prouve bien, s’il le fallait encore, que c’est lui, le terroriste raciste, qui n’est pas fréquentable…
FIN DU SUJET.
 

 

Commenter cet article

Eric EG NOGARD 16/01/2017 19:43

Éric EG Nogard
Chroniqueur d’Analyse Écologie Économie Politique
24 rue Osman Nadeau Voie 3 Ravine-Vilaine 97200 Fort-de-France Martinique
Té l 0596798102 Port 0696856708 E mail eric.nogard@orange.fr




Le Cri d’Alarme.
Chronique d’Éric E.G. NOGARD
De l’Ex. Martinique Province Française d’Amérique Amie du Canada (1061 Titres).

==========



==========

« Notre Métier n’est pas de faire plaisir, Non plus de faire tort à qui que ce soit, Ni pour quoi que ce soit, Il est de porter la plume dans la plaie ». (Albert LONDRES).

*** ***
Pardonnez-nous si jamais, tel Aristarque De SAMOS, nous troublons quelque part, jusqu’au « Repos des Dieux ». (Éric EG Nogard, Chroniqueur).

==========

NewsLetter : 2017/269

Fort-de-France, le 16 Janvier 2017

Combien de Dérobades, faute de Sens de l’Éthique.
=====

Combien de Dérobades, faute de Sens de l’Éthique.

Éric EG Nogard
Chroniqueur.

*** *** ***

Combien de Dérobades, faute de Sens de l’Éthique.


Voilà que dans nos Territoires le Pouvoir s’exerce par quelques-uns, un pouvoir souverain, sans Droit Héréditaire ni Investiture régulière, Constatables ou avérés, comme si l’État n’existait pas… l’État Français, évidemment.

Et ce Pouvoir, par quelles Forces est-il pris, tellement nous doutons des Despotes qui en portent le titre.

Et le Doute dans lequel nous voilà, ne nous oblige-t-il pas, faute d’y voir clair, à nous interroger sur le sens de l’Éthique de l’État, dans la mesure où la Raison d’État est loin de tout nous expliquer.


Ainsi, ces Deux Cas qui interpellent notre Ministre de tutelle de la Rue Oudinot, donc l’État.

Pour Dérisoire que paraisse l’un, l’autre semble d’Importance.

Ils relèveraient du domaine Privé et seraient de la Compétence d’une Juridiction Judiciaire, en tout cas ne seraient pas du Ressort de l’État.

« Ce n’est pas Moi, voyez les Juges ».


Premier Cas.

L’Obstruction par un Serveur Public sous Tutelle de l’État et dont l’État est Certainement l’Actionnaire Majoritaire, dans la Diffusion des Chroniques d’un Émetteur abonné depuis plus de Quarante ans aux services dudit Serveur, et parfaitement en règle au regard des Clauses et Conditions que prévoit le Contrat d’Abonnement qui les lie l’un à l’autre.

F1 : Ce litige est d’Ordre Privé…
Ce n’est pas MOI.

(Texte de l’illustration, F1, retranscrit ci-dessous sous Format Word).

=====


Liberté-Égalité-Fraternité
République Française
Ministère des OUTRE-MER

Le Chef de Cabinet Paris, le 12 Janvier 2017

REF. : CAB15/01/17-000395-D

Monsieur,

Vous avez bien voulu appeler l’attention de Madame la Ministre des Outre-mer sur le différend qui vous oppose à l’opérateur ORANGE.

Madame Ericka BAREIGTS m’a confié le soin de vous répondre.

Je suis au regret de vous informer que notre département ministériel n’est pas compétent pour intervenir dans ce type de litige, d’ordre privé.

Il vous est recommandé de prendre l’attache d’un cabinet juridique.

Regrettant de ne pouvoir vous apporter une réponse plus conforme à votre attente, je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de ma considération distinguée.

Sylvain BRUNO

Éric E.G. NOGARD
Le Cri d’Alarme
24, rue Osman Nadeau
Voie 3 ravine-Vilaine
97200 Fort-DE-FRANCE

==========


Le Recours à la Médiation de l’État, en sa qualité d’Autorité de Tutelle comme de Partie Prenante Majoritaire au Capital du serveur incriminé, ne serait-il pas exemplaire d’un Recours à l’Amiable Parfaitement Justifié et de nature à Soulager les Tribunaux de la Charge Insupportable des Dossiers dont ils sont Submergés.


Deuxième Cas.

L’interdiction faite à Madame Marine LE PEN de fouler le Sol de Territoires dont la France est à ce jour le Propriétaire comme le Protecteur, en tout cas, l’Autorité de Tutelle.

A quel Titre serait cette Interdiction et cette Affaire serait-elle d’Ordre Privé ou du ressort de l’État, dans la mesure où son Autorité Régalienne est Mise en Doute voire Foulée au Pied.

Ces Despotes Parfaitement Connus tout comme leurs souteneurs ne seraient-ils pas qualifiables de Terroristes et ne devraient-ils pas faire l’objet des suites qu’il convient.


Y aurait-il dans ces Territoires un État dans l’État.

Ou, dans ces Territoires, n’y aurait-il pas des Guignolets tirés par des Ficelles tenues par des Marionnettistes qui Transgressent Impunément l’Éthique sans laquelle un État ne peut être que la Caricature de lui-même.


S’adresser à un Juge Oui, mais avant, dans un souci de Règlement Amiable, pourquoi pas à l’État Responsable et Soucieux de l’Image de Prestige, de Rayonnement qu’il se donne quand, au lieu d’un simple clin d’œil à qui il faut pour que tout rentre dans l’Ordre, il vous réplique :

« Ce n’est pas moi, voyez les Juges ».


N’est-ce pas se Dérober, faute du sens de l’Éthique dans l’Exercice de son Autorité, et selon ses Valeurs sans cesse proclamées.

C’est en tout cas ce que nous donnent à penser ces Témoignages Dignes de Foi, auxquels nous Adhérons, sans Préjudice de notre Neutralité au regard du Front National.

Prenez-en Connaissance.

D’abord de celui-ci :

=====


14 Janvier 2017
Publié par Edouard Boulogne
Communiqué de la Fédération locale ( Guadeloupe ) du Front National contre de scandaleuses déclarations de M. Luc Reinette sur Guadeloupe 1 ère.

F2 : Le sieur Luc Reinette.
Sur Guadeloupe 1ère, radio, au micro de M. Serge Danican, le sieur Luc Reinette a proféré de scandaleuses déclarations contre l'éventuelle venue en Guadeloupe de madame Marine Le Pen, dans le cadre de la campagne électorale pour l'élection présidentielle.
J'ai entendu cette interview. Luc Reinette y déclare qu'il interdit à Marine Le Pen de mettre le pied en Guadeloupe. Comme le journaliste lui demande au nom de quoi il peut se permettre de tels propos, l'ancien terroriste ( non repenti ) se présente comme le détenteur de la légitimité guadeloupéenne, et multiplie les menaces. « Qu'elle essaye de mettre un pied sur le territoire nasyonal, et elle verra » poursuit le conducator.
Comme M. Danican lui pose la question « que diriez-vous si le même interdit vous était opposé avec interdiction de poser le pied à Orly, ou à Roissy », son interlocuteur lui répond que ce serait une injustice car lui et son parti sont opposés à l'exclusion, et au racisme », ce qui laisse sans voix plus d'un timide. M. Danican en est d'ailleurs resté sans voix.
Mais le Front National de la Guadeloupe, et son représentant officiel, M. Marc Guille, ne sont pas des timides. On peut n'être pas d'accord avec le programme du FN, et avec Marc Guille, mais on ne peut que souscrire si l'on est honnête avec le texte de leur protestation officielle que Le Scrutateur publie ci-dessous.
Edouard Boulogne.

=====


Ensuite de celui-là.

*** *** ***

F3 : Pourquoi sa place ne serait-elle pas ici au même titre que la vôtre Garcin MALSA.

(Texte de l’illustration, F3, retranscrit ci-dessous sous Format Word).


Une venue de Marine LE PEN en Mars ?

« Je suis aux côtés des camarades guadeloupéens qui s’organisent en ce moment.

Je pense qu’il faut faire entendre la voix des Martiniquais et des Guadeloupéens pour dire très clairement à Marine LE PEN que sa place n’est pas en Martinique, n’est pas en Guadeloupe.

Là où effectivement a sévi pendant des siècles l’esclavage ».

Garcin MALSA (France-Antilles du Lundi 16 Janvier 2017).


=====


Et que chacun se fasse son Opinion.

Éric EG Nogard
Chroniqueur.

Ne Peut être reproduit - même partiellement - sans l’autorisation de l’Auteur.

*** *** ***
*** *** ***

Note aux Lecteurs du « Cri d’Alarme ».

Bien Chers Lecteurs du « Cri d’Alarme ».

Il arrive – n’est-ce pas normal – que vous nous demandiez d’interrompre votre inscription à notre Chronique, et de cesser par conséquent nos envois sur votre Fax, dans votre Boite Électronique ou par quelqu’autre moyen de Communication. Même si nous déplorons votre décision, nous n’en sommes pas juge, sans compter que nous n’y perdons rien qui soit d’ordre pécuniaire, eu égard à la gratuité de nos Bulletins. Néanmoins, nous nous prenons pour tenus – sous peine de suspicion, voire d’accusation d’arbitraire – de veiller à ce que votre demande de désinscription ne soit pas d’origine malveillante et faite à votre insu. En conséquence, nous vous serions reconnaissants de préférer au téléphone ou à l’E-mail, la transmission par Écrit Identifiable de toute Instruction de votre part. Avant de clore, permettez-nous de vous signaler que l’usage par nos services de votre n° de Fax est généralement consécutif aux entraves qui sont faites à l’acheminement de nos envois par E-mail. Sans compter qu’il est possible de « basculer » tout fax sur sa « Mémoire Informatique », au lieu de l’imprimer. Sachez aussi que nous ne voyons aucun obstacle à la Ré-inscription de quiconque. Aucun Obstacle ni Aucune Condition. Notre Joie sera toujours grande de faire connaître notre Opinion sur les Questions qui nous concernent tous… peut-être dans l’Urgence. Ne sommes-nous pas Ouvert à l’Opinion de Tous. Recevez, Bien Chers Lecteurs, l’expression de notre plus grande Considération.

Éric EG Nogard
Chroniqueur.


*** *** ***
Nota : Nous ne traitons que de Faits et de Noms rendus Publics.

*** *** ***


N.B.: - Nous Recommandons instamment et systématiquement l’ouverture de la (ou des) pièce(s) jointe(s) à l’e-mail, sous format Pdf, les illustrations y sont incluses.


*** *** ***

Ne Peut être reproduit - même partiellement - sans l’autorisation de l’Auteur.

Liens Suggérés :

• http://www.lecarrefourdesopinions.ca
• http://www.lescrutateur.com/
• http://www.etatsgenerauxdeloutremer.fr/reflexions

================================================================

Dissident 15/01/2017 11:26

S'ils sont haineux, racistes, terroristes et infréquentables, pourquoi diable qualifier ces nazillons tropicaux criminels du terme respectueux de "monsieur" ?

Edouard Boulogne 15/01/2017 11:50

Parce que pour rien au monde je ne veux me ravaler à leur niveau.

Claude HOUEL 15/01/2017 03:14

Il y a maldonne : L'interdiction de lik ne concerne pas la Guadeloupe mais le Pays Basque ...si on en croit le drapeau en toile de fond !

Envoyé de mon iPhone