Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Edouard Boulogne

Tribune de lecteurs : A Propos de Poutine et sur quelques sujets d'actualité, La propagandastaffel a de moins en moins peur des mots - et surtout des falsifications...

Merci à ce lecteur, qui m'envoie cette intéressante réflexion qui prendra à rebrousse-poil, quelques « croyants » en nos Saints Medias.

 

Le Scrutateur.

 

 

Quand on s'interroge sur le succès du nazisme, en Allemagne dans les années 30, il ne faut jamais perdre de vue les deux mamelles de son ascension : la propagande et la bêtise.

C'est à partir des mêmes leviers qu'une entreprise de crétinisation - du calibre de l'éducation nationale, mais hors contexte scolaire, même s'il s'agit d'apprendre ses leçons - a été entreprise par ce qu'il est convenu d'appeler les médias "main stream" (on devrait dire "main street" et même "main pavement" tant cette presse-là fait le trottoir et rien d'autre, multipliant les passes et accessoirement les tours de passe-passe en matière d'escamotage.

Vladimir Poutine, super-héros de l'extrême droite européenne, autant dire : tout un programme !

Et le râteau est large, car si l'on en croit la propagandastaffel, le Président russe fascinerait "les militants et les formations de droites radicales".

Dans l'article de France-Inter, tout y est : les formations de droites radicales - la droite plurielle, quoi !, les prétendus militants (on a presque lu "milices") et bien entendu le faisceau de présomption de... facisme. Cela n'a certainement rien à voir, mais... En 2013, la Russie a adopté une série de législation homophobes visant officiellement à protéger les enfants « contre les informations qui favorisent le déni des valeurs traditionnelles de la famille », ce qui se résume à censurer « la propagande gay ». Salaud de Poutine ! Le délit d'entrave à l'homosexualité, en quelque sorte. Hé oui ! si la discrimination positive garantit les libertés fondamentales en France (quand il s'agit d'élargir l'information sur l'avortement, par exemple), elle est totalitariste et liberticide chez les petits camarades russes, ce qui pourrait se traduire - quand il est question de censure - par : "Progressisme en deçà de l'Oural, obscurantisme au-delà". Il ne viendrait à l'idée de personne de dire : "À Rome ce sont les Romains qui décident, et à Lilliput, ce sont les Liliputiens".

France-Inter, avec une modestie qui frise la discrétion de l'anémone, "tente" d'expliquer ce phénomène, à peu près comme le très pédagogue Dr Gœbbels tentait d'expliquer la supériorité aryenne sur les autres races.

Et France-Inter (interlope, surtout) d'illustrer son propos par une photo de Poutine torse-nu sur un cheval, tel Popeye faisant saillir ses muscles, pour bien montrer le caractère infantile de la projection du débile mental vers son modèle de type herculéen - et pour qu'il n'y ait aucun malentendu, l'excellent Dr Gœbbels ajoute en sous-titre "parce qu'il fait figure d'homme fort", etc. etc. etc.

À aucun moment les rédacteurs ce la propagandastaffel n'ont pensé à écrire : Poutine fait ce qu'il veut, les Russes en pensent ce qu'ils veulent, et de leur côté les Français - les Américains, les Européens, les Gabonais ou les Péruviens - aussi.

Au lieu de rire de ce qui est fondamentalement risible, il faut aller vers le second degré et prendre en considération l'un des ressorts de la communication telle que véhiculée par le modèle éditorial de France-Inter, toujours ce bon Dr Gœbbels, plus c'est gros, mieux ça passe. Il faut se souvenir aussi que non seulement le ridicule ne tue pas, mais - en termes opérationnels -, il n'existe pas : "ceux qui osèrent le braver en face conquirent le monde" ont même dit bon nombre de grands anciens. Les statistiques sont formelles, la règle des 80/20 s'applique aussi au jour de la distribution de la bêtise, qui, par un étrange hasard a eu lieu le même jour que celui de la distribution de l'intelligence. La suprême force de la propagandastaffel, c'est qu'elle est capable pour ce qui est du fond de convertir n'importe quel brin de poussière en pyramide, et que sous couvert d'intelligence des choses elle est capable de mettre en scène le ridicule en le parant d'une cape d'invisibilité  sous l'apparence du plus grand sérieux. C'est Talleyrand soufflant à l'oreille de La Fayette "Par pitié, ne me faites pas rire" lorsque l'un célébrait la messe de la Fête de la Fédération le 14 juillet 1790 et que l'autre faisait office d'enfant de chœur...

Il ne faut pas croire en lisant l'article de France-Inter que les crétins parlent aux crétins. Certes, le ton y est, mais au-delà des apparences, ce sont les salopards qui parlent aux crétins, sur le ton de la crétinerie, car le message doit toujours s'adapter à la cible. C'est une des règles d'or dont que la propagande doit faire sienne pour être efficace. C'est pourquoi France-Inter trace un certain nombre de pistes pour expliquer pourquoi les méchants aiment le super méchant, qui s'appuie sur des références fausses, et qui est l'ennemi de nos seuls vrais amis, car pour la propagandastaffel dont France-Inter est le vecteur de circonstance, le pacte euro-américain s'est, comme aux plus beaux jours de la guerre du Kosovo, substitué au pacte germano-soviétique. Mais ne nous y trompons pas : toute cette bêtise n'est pas l'éruption spontanée de l'ignorance et de la faiblesse d'esprit. C'est sous couvert d'une fausse naïveté l'expression de la perversité la plus perfectionnée.

Le message est simple : si vous n'aboyez pas avec la meute contre Poutine, vous êtes un affreux Jojo, de l'espèce des Doriot, voire pire encore, vous êtes un con. Un primaire, voire même un primate, et bien entendu "Mort aux cons !". Car dans la liturgie porpagandastaffelesque, les cons tiennent lieu d'infidèles. Vous voici donc prévenus : si vous ne crachez pas sur Poutine, la mort - la mort, les taxes, le déshonneur ou autre chose - viendra vous surprendre comme un voleur dans la nuit, et vous ne l'aurez pas... volé. C'est la principale leçon qu'il faut tirer de cette propagande de haute... volée, évidemment.

Quoi qu'il en soit,
et pour le moment, la propagandastaffel n'a encore rien dit de ce qu'aurait pu dire Poutine au cas où il dirait que les Français sont tous des abrutis à commencer par ceux pour qui ils votent. Là, ce serait l'Apocalypse, la 3ème guerre mondiale à coup sûr.


P.S.  Si Guy Sorman se met de la partie, c'est que la haute autorité de la propagandastaffel prend la peine d'arrondir les angles pour rendre plus pénétrante la puissante réflexion - tout aussi manichéenne, il faut bien le souligner - sur le sujet. En présentant Poutine comme un quasi crétin et comme une brute intégrale, l'exercice vise à enfoncer les portes des étages supérieurs. Peine perdue, puisque ceux qui font commerce d'idées, de pétrole, d'influence, de chantiers, d'armes, de centrales nucléaires et même de loi ou de nominations sont les plus fervents partisans des gentils Obama-Clinton contre les méchants qui ne haïssent pas Poutine et contre Poutine lui-même. Guy Sorman lève toutes les suspicions qui pesaient sur sa personne : il les transforme tout simplement en certitudes.




http://www.francetvinfo.fr/monde/russie/pourquoi-vladimir-poutine-est-devenu-le-super-heros-de-lextreme-droite-europeenne_1981369.html#xtor=EPR-51-%5Bpresidentielle-55-des-francais-estiment-qu-emmanuel-macron-ferait-un-meilleur-president-que-francois-fillon-selon-un-sondage-odoxa-pour-franceinfo_1982845%5D-20161223-%5Brelated%5D

http://www.contrepoints.org/2016/12/23/275860-letrange-fascination-poutine?utm_source=Newsletter+Contrepoints&utm_campaign=fad89faa3b-Newsletter_auto_Mailchimp&utm_medium=email&utm_term=0_865f2d37b0-fad89faa3b-114032453&mc_cid=fad89faa3b&mc_eid=98cc0a32de

 

Commenter cet article