Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Edouard Boulogne

Jean d' Ormesson et Dany Laferrière. 2 ) Le babélisme contemporain.
Jean d' Ormesson et Dany Laferrière. 2 ) Le babélisme contemporain.

Jean d' Ormesson et Dany Laferrière. 2 ) Le babélisme contemporain.

Une langue est un système de signes, de règles permettant la communication entre humains, la recherche et l'expression des idées, des sentiments, des projets, etc.

Ce système de signes, comme disent les linguistes ( disons plus simplement, cette grammaire ) est coercitif. C'est-à-dire qu'il s'impose à qui ne veut pas s'exclure de la communauté à laquelle il appartient ( nation, région, etc ).

C'est à l'école que dans les sociétés évoluées l'on apprend, la grammaire, l'orthographe.

Avec un bonheur inégal.

Dans une époque où l'on veut faire prédominer les bons sentiments sur la pensée rigoureuse, constatant que tous les enfants n'obtiennent pas des résultats équivalents, on déprécie la rigueur, la précision, l'élégance, on décide de s'attaquer au système, à la langue que l'on prétend « simplifier », rendre plus accessible aux fils d'ouvriers ( je cite ) etc, sans s'aviser qu'une certaine forme de « simplification » forme surtout des simplets ( simplette, pour respecter la parité ).

Comme si tous les enfants de bonne bourgeoisie, et même d'universitaires, étaient capables de devenir Honoré de Balzac, Jean Racine, Victor Hugo ( ou même monsieur Patrick Chamoiseau. Que l'on veuille bien me pardonner cette espiègle petite provocation ! ).

De même en est-il pour le tennis, ce sport d'élite, où l'excellence n'est possible qu'au prix d'un entrainement difficile et constant, dans le respect de règles très précises ( le système de signes )
Tous les petits bonshommes, et petites filles qui s'escriment sur les cours, ne deviendront pas Nadal, Fédérer, Gaël Monfils, ou Séréna Williams. Mais qui prendraient encore la peine de se déplacer pour assister à un « tournoi » de Rolland Garros? Ni M. Victorin Lurel, en tout cas, ni M. Chalus.

Ou encore au jeu d'échec, si souvent comparé à la langue par les linguistes ( Saussure, ou autres ).

Va-t-on en « simplifier » les règles rigoureuses, pour permettre à tout un chacun de se prétendre « grand maître des échecs ».

Pour la maîtrise des langues, c'est la même chose, ou pire encore, car c'est par la langue que se développent ( ou perfect-ionne. Prenons garde au sens des étymologies ) l'intelligence, et la sensibilité. Et c'est aussi hélas! par le déclin des langues ( ou leur sabotage par des pédagogues pervers, ceux que l'on appelle d'ailleurs les pédagogistes) que ces valeurs de l'esprit périclitent et meurent. 

Le sabotage est en cours.

Dans son style inimitable, et délectable, M. Jean d'Ormesson nous donne quelques indications sur le déclin en cours.

Je lui laisse la parole.

 

Le Scrutateur.

___________________________________________

 

 

LES MOTS QUI DISPARAISSENT

:
 Il y a des mots, des expressions, qu'on n'entend plus ou qu'on emploie moins.
 Ils arrivent exténués, à la fin du deuxième millénaire. Le siècle qui vient risque de leur être fatal.
 Conservez-les, un jour viendra peut-être où on ne les trouvera plus dans aucun dictionnaire, si ce n'est du vieux français...

Quelques exemples :

INCULPATION
 A été expurgé du Code Pénal au profit de "mise en examen". Cela afin d'éviter une infamante présomption de culpabilité.
 Être "en examen" ne présage pas du résultat de l'examen.
 Aujourd'hui quand quelqu'un est MIS EN EXAMEN, on doit toujours insister sur le fait que cela ne préjuge pas de sa culpabilité ? Comme du temps où il aurait été "inculpé".

 

INSTITUTEUR
 Longtemps remplacé par "MAÎTRE D'ÉCOLE". Il tend à disparaître par sa dissolution dans le concept fourre-tout de l'enseignement, au bénéfice de "PROFESSEUR des ÉCOLES".

 MAÎTRESSE
 Ne pas assimiler à la version féminine d'instituteur ! Ce serait une "professeuse des écoles". Les maris n'ont plus de maîtresse mais une "amie".
 Les épouses conservent parfois l'amant, mais seulement à cause de la connotation romantique : les moins romantiques n'ont qu'un ami aussi.

MORALE
 A force d'être inemployée, a disparu. Ne demeure que "ordre moral", mais attention : connoté de « fascisme »
 Toutefois personne ne se réclame du "désordre moral". La morale n'est plus enseignée, elle est remplacée par "éducation à la citoyenneté"
 

MOURANT
 Il n'y a plus de mourant mais des malades en "phase terminale".
 Afin d'éviter une regrettable confusion ne dites pas à votre fils qu'il est en terminale mais qu'il va passer son bac !
 Pour désigner un mort doit-on parler d'un individu "en phase terminée" ?

PATRIOTE
 Totalement absent du vocabulaire politique et civique.
 Désigne aussi un bon citoyen américain et un missile américain.

PATRON
 Nous n'en avons plus, ni même des chefs d’entreprise, mais des DIRIGEANTS D'ENTREPRISE.
 Le CNPF (C N du patronat français) en a pris acte en devenant le MEDEF.
 Seuls quelques cégétistes utilisent encore le terme de "patron" ce qui prouve bien qu'il est désormais péjoratif...

PAUVRE
 N'existe plus. C'est un "défavorisé", un "plus défavorisé", un "exclus", un "S.D.F." à la rigueur un "laissé pour compte".
 Dans les années 80, il subsistait uniquement dans l'appellation "nouveau pauvre" ; ce fut le chant du cygne.

PROVINCE
 Dire "en RÉGION". On ne dit plus du "provincial" mais du "RÉGIONAL".

RACE
  A été abolie au profit "d'appartenance ethnique". Sinon, vous êtes raciste, fasciste, nauséabond,
  On peut néanmoins dire "black" en anglais et en banlieue.

SERVANTEBONNE
 Se trouve dans les romans du XIX° siècle.
  Aujourd'hui c'est une "employée de maison". (Ou technicienne de surface)
  Quand elle s'occupe de vieux - pardon de "personnes âgées" - elle devient "auxiliaire de vie".

SÉQUESTRÉ
 Aucun cadre, aucun chef d'entreprise n'est séquestré, il est "retenu contre son gré".

VANDALE
 A laissé place à "jeunes en colère" au "paysans en colère".
 L'ampleur des dégâts distingue les vandales des autres.

VANDALISME
 Impolitesse, injures, agressions, bris de matériel, racket sont regroupés sous le terme "incivilités".
 On ne dira plus que ce sont des "sales gosses" mais qu'ils "manquent de civilité".
 A noter la louable tentative de Jean-Pierre Chevènement d'introduire la bénigne expression" SAUVAGEON". Il dû battre en retraite devant « l'Insurrection des consciences ».

VOL
 Terme réserve aux gagne-petit et aux obscurs.
  Pour les politiques on parlera "d'enrichissement personnel". Ce qui est condamné unanimement par les collègues contrairement à l'enrichissement impersonnel, qui, lui, ne bénéficie qu'au parti, mérite la compréhension, ce que les juges n'ont pas encore compris.

VOYOU
 En voie d'extinction. On ne connaît que des individus "connus des services de polices", des "récidivistes", des multi-délinquants".

Jean d' ORMESSON.

 

 

 

LES MOTS QUI DISPARAISSENT ( vers le marché de Babel ) par Jean d'Ormesson.

Commenter cet article