Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Edouard Boulogne

La justice confirme le rejet du concept de «Français de souche»

" Plaisante justice qu'un vent manie, et en tous sens". ( Blaise Pascal ).

Le chanteur qui s'exprime ainsi : «Ce que j'en pense, de leur identité nationale, de leur Marianne, de leur drapeau et de leur hymne à deux balles. Je vais pas te faire un dessin, ça risque d'être indécent, de voir comment je me torche avec leur symbole écœurant», disait notamment la chanson, écrite par le rappeur Saïdou, de son vrai nom Saïd Zouggagh », ce chanteur, eut-il été blanc comme la neige, avec des cheveux blonds comme les blés, ou noirs, ou jaune ou métissé, ne pourrait être dit Français en aucune façon, eut-il possédé des papiers tout à fait en règles.

Une association, l'Agrif, qui avait esté en justice contre lui, est déboutée comme on va voir dans le premier article qui suit.

Le législateur, en France aujourd'hui est moins inspiré par le souci du droit, de la justice et de la vérité, que par le souci de plaire aux agents subversifs qui s'attachent à détruire la France réelle ( historique ) pour lui substituer une France batarde, sans personnalité, transformée en une sorte de souk, émasculée, inconsistante et blafarde comme un gros crachat.

Une chose est certaine, ce n'est pas le Tribunal correctionnel de Paris qui m'empêchera de continuer, imperturbablement à parler et écrire « de Français de souche ».

Le deuxième article, ci-dessous, explique pourquoi. La souche n'est pas biologique. Elle est historique, et culturelle.

 

Le Scrutateur.

 

( I ) La justice confirme le rejet du concept de «Français de souche»

( http://m.20minutes.fr/france/1747465-20151209-justice-confirme-rejet-concept-francais-souche ).

 

Les "Français blancs dits de souche" ne constituent pas un "groupe de personnes" au sens de la loi française, a confirmé mercredi la cour d'appel de Paris, dans une affaire opposant une association à un rappeur et un sociologue.

Les «Français blancs dits de souche» ne constituent pas un «groupe de personnes» au sens de la loi française, a confirmé mercredi la cour d'appel de Paris, dans une affaire opposant une association à un rappeur et un sociologue.

L'Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l'identité française et chrétienne (Agrif) avait attaqué un rappeur et un sociologue qui avaient conjointement publié en 2010 un livre et un CD au titre commun, «Nique la France», pour injure raciale et provocation à la haine.

Le tribunal correctionnel de Paris avait relaxé les deux prévenus le 19 mars 2015, mais l'association avait fait appel, appel qui ne pouvait porter que sur les dispositions civiles du jugement.

Le tribunal correctionnel avait estimé que la notion de Français de souche «ne recouvre aucune réalité légale, historique, biologique ou sociologique», que «la +blancheur+ ou la +race blanche+» n'est «en aucune manière une composante juridique de la qualité des Français» et que «les Français blancs dits de souche ne constituent pas un +groupe de personnes+» au sens de la loi de 1881 sur la liberté de la presse.

La cour d'appel de Paris a confirmé cette analyse, et débouté l'Agrif.

Les poursuites visaient le titre du livre et de nombreux passages de la chanson.

«Ce que j'en pense, de leur identité nationale, de leur Marianne, de leur drapeau et de leur hymne à deux balles. Je vais pas te faire un dessin, ça risque d'être indécent, de voir comment je me torche avec leur symbole écœurant», disait notamment la chanson, écrite par le rappeur Saïdou, de son vrai nom Saïd Zouggagh.


 

( II ) Noir, et … Français de souche.

 

Je n'aime pas l'expression « de souche », Français de souche. A cause de la connotation biologique que revêt cette expression dans un monde, surtout, où les idéologues les plus racistes se renvoient à la figure des mots dont ils ne maîtrisent pas le sens, dénonçant le primitivisme de leurs antagonistes, sans s'apercevoir qu'ils pensent la même chose que ceux qu'ils dénoncent, à partir d'un « principe en apparence autre mais identique quant au fond  : leur propre couleur de peau, la physionomie caucasienne ou négroïde, ou asiatique, des uns et des autres, etc.

La France est le pays le moins légitimé à parler d'une identité biologique, étant un carrefour depuis la plus lointaine antiquité de peuples et d'ethnies fort différentes.

Mais la France, le pays que nous appelons ainsi aujourd'hui, date de 15 siècles. Elles s'est formée progressivement sous l'action conjuguée de l'Eglise catholique, de la dynastie royale des capétiens, et depuis 1792, et surtout depuis 1875 ( la troisième République ), ces trois principales matrices engendrant le « cher et vieux pays » cher au général de Gaulle, qui a certes une identité, non pas biologique, mais historique et culturelle.

Il y a quelques semaines, dans une présentation à un article sur cette question j'écrivais, ici même :

« Je voudrais pour ma part préciser que l'expression « Français de souche » ne renvoie à aucun biologisme, à aucune idéologie de type national-socialiste et à son débile « arianisme ». S'il y a une « race » française » elle se s'entend pas au sens d'une filiation génétique, mais d'une continuité historique et culturelle forgée par plus de quinze siècles de « vivre ensemble », dans la joie et dans la douleur, dans l'harmonie mais aussi dans les conflits – religieux, politiques, culturels – propres à tous les groupes humains.

Ainsi, à mes yeux, il y a bien des Français blancs rosés, aux yeux bleus, qui ne sont plus des Français « de souche ». Et il y a bien des noirs de l'ébène le plus avéré qui sont des Français de belle et bonne souche, qui l'ont prouvé, et qui le prouvent par leur culture, et le don de leurs personnes qu'ils ont consentis en maintes occasions, et notamment à l'occasion des guerres. (… ) ». ( voir l'article : http://www.lescrutateur.com/2015/02/les-antillais-sont-des-francais-de-souche-par-edouard-boulogne.html ).

Pour moi, il y a donc une identité française, qui inclut tout individu quelle que soit son origine biologique ( noire, jaune, etc ) et donc nous les Guadeloupéens, Martiniquais, Réunionnais, etc.

Je suis heureux de constater que la jeune Marion Maréchal Le Pen partage cette analyse. Cette jeune femme ( et je ne suis pas du Front National, ni d'ailleurs d'aucun parti politique ) est intéressante, plus importante pour la France ( et même pour un Front National qui se serait libéré, elle y contribue, des hypothèques que font encore peser sur cette organisation certains errements de son fondateur J-M ) car, refusant la l'identité close, elle tente de refonder une identité nationale ( historique et culturelle ) mise à mal ces temps-ci par le mercantilisme de la société exclusivement marchande, et mondialisée;

Mais ses propos sont évidemment critiqués ( et travestis ) par ceux, en France qui voient en elle une menace pour leurs situations propres « d'assis », ne pensant qu'à exploiter à leur profit un statu quo débilitant pour les valeurs nationales vraies.

Le comble, c'est quand des Africains qui ne comprennent rien à la France, comme ce petit garnement de journaliste qui ne se prend pas pour de la petite merde, prend le ton de l'instituteur pour énoncer ses petits délires, et critiquer la jeune Marion au moyen de sophismes, qu'un esprit formé découvre à la première lecture, mais qui pourraient troubler les esprits faibles, ceux que produit l'école française d'aujourd'hui conduite par des Vincent Peillon, ou des Najat-Valat-Belkacem.

Exemple de ces sophismes : il y a plus de 2000 ans, il y avait des blancs ( Gaulois ) de religion animiste. Les immigrés africains sont animistes. Au nom de quoi leur interdirait-on l'intégration à la nation française dont les ressortissants actuels ont eu des ascendants animistes?

On reste pantois devant tant d'impertinence, ou de mauvaise foi ( surtout de mauvaise foi ).

A quand, poursuit le petit garçon qui se croit grand, un chef de l'Etat français qui promouvra la religion vaudou, comme religion française au même titre que la religion catholique?

Question au garçonnet : «  Quand te poseras-tu la question du pourquoi du retard historique des pays africains sur ceux de l'Europe, ou influencés par l'Europe ( le Japon, la Chine, entre autres ) ? L'esprit des religions qui scrutent le réel, et conditionnent notre rapport à lui, est-il vraiment pour rien dans le développement, économique, scientifique, philosophique des peuples de la terre? ».

Le vaudou? Pourquoi pas, si l'on prend Haïti pour le modèle de référence en matière civilisationnelle ».

Oui garçon, tu as raison de vouloir penser par toi-même. Mais tu as encore de gros efforts à faire pour dépasser le stade du copier coller à partir de « maîtres » le plus souvent « blancs » mais en voie de dégénérescence rapide.

 

Le Scrutateur .

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article