Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Lettre aux lecteurs du Scrutateur sur le premier tour des primaires de la droite et la victoire de François Fillon.

Chers lecteurs,

 

Beaucoup d'entre vous sont des gens de droite, légitimement intéressés par les primaires de la droite dont le premier tour s'est déroulé aujourd'hui ( hier pour nous aux Antilles et dans l'outre mer ).

Légitimement, comme tous les Français vous vous êtes intéressés à cette élection, et vous vous êtes partagés entre plusieurs candidats.

Je voudrais vous faire part de mon analyse du scrutin, que certains ne partageront peut-être pas, légitimement là encore.

Je n'ai pas, vous le savez la prétention de légiférer sur le bien et le mal, ni de dicter des choix n'ayant ni le droit, ni l'envie de le faire.

Mon travail quotidien, très prenant, est d'essayer d'offrir des analyses, m'appuyant sur une longue pratique de l'analyse politique, et la confiance que beaucoup de ceux qui m'ont connu comme professeur, ou comme journaliste, m'accordent même quand ils ne sont pas d'accord.

Le Scrutateur veut offrir des analyses, et non des préjugés ou des humeurs, pour sortir des sentiers trop faciles tracés par des partis qui n'ont pas d'autres ambitions que de capter des suffrages, sans considération du bien public.

Par delà la polémique inhérente à ce type d'activité, et indispensable pour « pimenter » la réflexion, et sortir du ronron des grands médias, je conçois ce blog comme un lieu de réflexion non conformiste.

Ce rappel effectué, venons-en au sujet du jour.

 

1 ) L'alternance nécessaire.

 

Un nombre de plus en plus considérable de Français, jugent que le quinquennat qui est sur le point de s'achever est un échec. Même à gauche on estime, avec raison que la direction de la France par François Hollande est catastrophique.

Une alternance s'avère nécessaire pour redresser le pays.

En apparence la droite a le vent en poupe.

Les dernières semaines ont mis en évidence les principaux candidats à cette alternance.

 

2 ) La victoire de François Fillon.

 

Le résultat de cette première manche de la marche vers la candidature à l'élection présidentielle a placé, largement en tête l'ancien premier ministre François Fillon.

 

( Résultats globaux sur France Soir :

 

L'intégralité des résultats encore provisoires après dépouillement de plus de 3,2 millions de bulletins (80% des bureaux de vote).

François Fillon 44 %

- Alain Juppé 28,1 %

- Nicolas Sarkozy 21,1 %

- Bruno Le Maire 2,5 %

- Nathalie Kosciusko-Morizet 2,5 %

- Jean-Frédéric Poisson 1,4 %

.Jean-François Copé 0,3 % ).

     

    Ceux d'entre vous qui militaient pour Nicolas Sarkozy sont évidemment déçus. L'ancien président a souffert sans doute de l'invraisemblable campagne de diffamation dont il a été l'objet ( voir notre précédent article sur le « Sarkozy bashing » : http://www.lescrutateur.com/2016/11/soixante-personnalites-lancent-un-appel-contre-le-sarkozy-bashing.html?utm_source=flux&utm_medium=flux-rss&utm_campaign=politics ). Mais M. Sarkozy, quelles que soient ses éminentes qualités a souffert aussi d'erreurs ( qui n'en commet ? ), de certaines insuffisances de son bilan entre 2007 et 2012.

    Comme je l'ai déjà dit, j'étais prêt à voter pour lui, si nécessité, et rompre ainsi avec le désastre actuel.

    Mais il a été devancé par deux candidats : Alain Juppé, et François Fillon.

    Juppé donné comme grandissime favori par les médias et les sondages, est relégué largement au deuxième rang avec 28,1% des suffrages, par François Fillon ( Plus de 44% ).

    Faute de Sarkozy, je pense que M. Fillon, sera le moins mauvais des candidats de la droite face à la déliquescence de la gauche.

    Nicolas Sarkozy a d'ailleurs avec beaucoup de loyauté indiqué qu'il voterait pour lui ( invitant ses électeurs à faire de même ).

    Ici je dois préciser qu'il faudra, dans les semaines et les mois qui viennent, refusant tout triomphalisme trompeur, se mobiliser pour ce candidat, et d'abord pour le deuxième tour des primaires, le programme d'Alain Juppé, mou et à côté des vrais problèmes de la France en crise ( problèmes identitaires, d'insécurité, d'investissement du pays par un nombre de plus en plus important de « migrants » peu décidés à s'assimiler à un pays d'accueil, etc ), n'est pas fait pour rassurer.

    Et il faut craindre qu'un François Bayrou ( du Modem ) qui fit élire Hollande en 2012, en se ralliant à lui entre les deux tours ne refasse le même petit coup de Jarnac.

    Et la gauche, quoique divisée, devant la perspective de perdre le pouvoir, et ses prébendes, est très capable de faire fi, le temps d'une élection, de ses querelles et de se rassembler pour n'en découdre, entre ses factions, qu'ensuite. L'appel de 60 personnalités, ce matin, pour en finir avec le « Hollande Bashing » ( voir plus haut, et sans rire ), montre que ces gens se battront à mort, toutes griffes et dents dehors pour rester là où ils sont.

    Il ne faut jamais baisser la garde tant que l'ennemi n'est pas « mort ».

    Les autres candidats ont pris parti également.

    NKM, comme on pouvait s'y attendre à appelé ses 2,5%d'électeurs à se reporter sur le Hollande au rabais.

    Monsieur Le Maire, candidat qui a subi une lourde défaite, peut-être excessive et injuste, votera Fillon, de même que le remarquable Jean-Frédéric Poisson ( 1,4%). M. Poisson dans sa déclaration du soir a expliqué, que sa candidature avait eu pour but d'exposer ses idées, parfaitement honorables et utiles ( aux yeux du Scrutateur ), pour prendre date.

    Reste Jean-François Copé dont le résultat ( 0,3% ) pourrait paraître humiliant, bien que plusieurs de ses idées programmatiques n'aient pas été mauvaises, et en tout cas plus nulles que bien d'autres parmi celles de ses concurrents.

    Il a souffert de ce qu'il n'avait pas de parti pour le soutenir, et que très évidemment sa candidature était suscitée, les télespectateurs le sentaient bien ( et dès lors l'ont sanctionné ), par une volonté de régler des comptes personnels avec Sarkozy, ET Fillon.

    Notons toutefois que cet homme s'adressant à la presse a su conserver une dignité, et le sourire devant la meute.

    Faire de la politique est difficile. A partir d'un certain niveau, il faut avoir le cuir très épais.

    Copé n'est pas comme Sapin, un alligator ( regardez bien les yeux de ce dernier quand il paraîtra à la télévision ), mais peut-être un rhinocéros.

    Non ?

     

    Le Scrutateur.

     

    Demain les résultats, ici même, des élections en Guadeloupe et dans les Drom.

    Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

    Commenter cet article

    pierre 21/11/2016 15:11

    après la claque du "peuple qu'il a trompé" Juppé va recevoir le coup de pied final qui va l'éjecter de la course à la présidence.

    XAM CIREDERF 21/11/2016 12:55

    La campagne TSS Tout sauf Sarkozy, a eu raison de ce que beaucoup de "gens de gauche" ou de celles et ceux qui en voulaient à celui qui les avait propulsé ou apporté des moyens de subsister, avaient souhaité: l'élimination de Sarko de la scène politique .
    Mais il faut bien que ce qui a fait et fera encore les valeurs défendues par la droite et les centristes intelligents(!!) soit bien représenté aux présidentielles de 2017 pour sans état d'ames "éliminer et éradiquer" la gauche PS de la gestion de la FRANCE, à laquelle LA GUADELOUPE et d'autres collectivités d'Outre Mer appartiennent.
    Une droite forte, sans ambiguïté, moi je dis Votons FILLON sans hésiter.
    Il saura ne pas sombrer dans les erreurs que nous subissons depuis Mai 2012. C'est cela l'espoir attendu.

    Sarthois 21/11/2016 12:19

    Les commentateurs semblent ignorer l'essentiel :

    a) il y a longtemps, déjà, que Sarkozy - quelle que soit sa vitalité d'animal politique exceptionnel - est "out". Il n'avait donc pas grand-chose à perdre en termes de "part de gâteau".

    b) quand on considère le flop de M.M. Copé, Le Maire - alias Rantanplan - et de Mme NKM, on mesure à quel point il faut tout hiérarchiser, car quelle que soit la déconvenue ayant stigmatisé le projet de Sarkozy, la comparaison entre l'abîme de prétention de ces trois individus et le poids de ce qu'ils ont représenté pour les votants, montre qu'il y aurait bien des raisons d'être tristes pour eux si la sensibilité et les perceptions de gens trois-là n'étaient très endommagées par une hypertrophie pathologique de leurs égos respectifs. Mme NKM a même trouvé dans sa vanité si caractéristique toutes les consolations possibles en prenant son fiasco pour un succès qu'elle n'a pas hésité à faire valoir. Néanmoins, c'est chez ces trois-là, passagers clandestins qui voulaient avoir accès au salon des premières classes qu'il faut chercher les grands perdants puisqu'ils ont été tout ce qu'il y a de plus démasqués.

    c) enfin, la comparaison entre les déclarations de Sarkozy et de Juppé montrent bien que sur le registre de l'honneur, le grand perdant est Juppé qui s'est ridiculisé ans un discours dont la principale caractéristique a été la baudruchitude et la ventilation forcée.

    Il semble que le ridicule ne soit pas perceptible par tout le monde, et principalement par les commentateurs patentés.

    http://www.lexpress.fr/actualite/politique/elections/video-fillon-grand-gagnant-sarkozy-ejecte-ce-qu-il-faut-retenir-du-premier-tour_1852332.html?PMSRC_CAMPAIGN=20161121_47_edi_multi-xpr-pol-election-2017-primaire-droite_5832bca98b4467031c7b23c6&xtor=EPR-5012-%5B20161121_47_edi_multi_xpr_pol_election_2017_primaire_droite_5832bca98b4467031c7b23c6_001SDP%5D-20161121-%5B_0047WF3%5D-%5BRB2D106H00149FZ1%5D-20161121094600

    Renaud Dourges 21/11/2016 11:39

    Fillon ne peut-il miser que sur une crise extrême d' austérité ?

    Dissident 21/11/2016 11:07

    J'ai l'impression qu'aucun des candidats "umps" ne sera élu ni ne réussira bien et durablement un jour, s'il n'élabore un programme carabiné à la Trump, c'est à dire, en vrac et à peu près : Relocaliser les industries, les richesses et les emplois en France ; stopper l'immigration et renvoyer les migrants économiques illégaux chez eux ; purger le pays de sa nomenklatura corrompue, imbécile et incapable ; alléger férocement les charges des entreprises nationales ; rétablir et assurer la sécurité intérieure ; étanchéifier les frontières ; renouer des relations normales avec la Russie et écraser l'EI en compagnies des russes...et pour nous : Sortir de l'UE, de l'euro, virer des quantités considérables de fonctionnaires et réformer fondamentalement l'assurance sociale.

    Antoine de Panou 21/11/2016 03:43

    Juppé qui sort de cette primaire cardinal alors qu'il croyait en ressortir coiffé de la tiare, quelle rigolade ! Et quelle déclaration minable, plouque, navrante et vaniteuse que la sienne ! Du Juppé pur jus et pur pet, rien qui ne soit parfaitement conforme à sa difformité.

    Sarkozy, en revanche aura été digne et d'une indéniable grandeur dans ses propos à l'inverse de ce roquet de Juppé, se prenant pour un chien de belle extraction, ce qu'il n'est pas et ce pour quoi il ne saurait se faire passer auprès de gens éduqués.

    Quelle rigolade ! Même Copé aura été dix coudées au-dessus de Juppé qui aura montré qu'il n'est pas vraiment celui qu'attendent les Français qui espèrent encore que la France pourra se relever.