Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Edouard Boulogne

Barrack Obama pourra-t-il échapper au devoir d'inculper Hillary Clinton?
Barrack Obama pourra-t-il échapper au devoir d'inculper Hillary Clinton?

Il n'est pas facile d'être membre d'un parti politique à un certain niveau. Car l'on se trouve parfois contraint à des sacrifices pénibles, comme celui, actuellement en France, de soutenir un chef que l'on présente comme grand, alors que l'on sait bien qu'il n'est qu'une nouille, indigeste.

Aux USA, ces jours-ci le problème est identique pour Barrack Obama ( et Michèle ) contraint ( ? ) de plaider pour Hillary Clinton, dont ils sont les mieux placés pour savoir comment elle est peu crédible, notamment sur le plan de l'honnêteté.

Facile, du moins tant que le peuple est dans l'ignorance.

Mais quand de mauvais plaisants trouvent des preuves accablantes, comment faire pour éviter d'accomplir son devoir?

C'est le dilemme que doit affronter Barrack Obama ces jours-ci : Comment éviter d'accomplir son devoir de président ( encore en exercice ) et donc d'inculper la candidate de toute la gauche ( du moins en France )?

 

LS .

_________________________________________________________________________

 

 

Jill Stein, candidate des Verts à la présidentielle Américaine : « qu’attend le gouvernement pour inculper Hillary ? »

 

( http://www.dreuz.info/2016/11/05/jill-stein-candidate-des-verts-a-la-presidentielle-americaine-quest-ce-que-le-gouvernement-attend-pour-inculper-hillary/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29 )

Après les nouveaux scandales et affaires de corruption qui impliquent Hillary Clinton, révélés par les derniers Wikileaks, la présidente du parti Vert et candidate à l’élection présidentielle Jill Stein a expliqué que pour elle, la coupe est pleine.

Elle a réclamé, dans un tweet, que le gouvernement fédéral dépose plainte contre la candidate démocrate.

Jill Stein, qui ne soutient évidemment ni Donald Trump ni Hillary Clinton, a dénoncé l’hypocrisie des médias, lesquels, il n’y a encore pas si longtemps, publiaient avec enthousiasme Wikileaks qui expose les secrets d’Etat, et lorsqu’il s’agit de Clinton, font exactement comme les gouvernements que dénonce Assange : tout pour le réduire au silence.

Stein en a remis une couche contre les journalistes de gauche qui mettent en garde que «Trump tenterait de censurer le journalisme critique»– alors que c’est eux qui censurent les révélations de WikiLeaks qui a exposé les relations «privilégiées» entre les médias (Donna Brazile de CNN qui a plusieurs fois donné les questions des débats à Clinton), qui lui soumettent pour approbation les articles qu’ils vont publier (New York Times), et la préviennent à l’avance lorsqu’un article un peu critique doit sortir, pour qu’elle ne soit pas prise par surprise et qu’elle ait le temps de préparer sa réponse.

Glenn Greenwald, l’avocat et journaliste militant du Guardian qui a risqué sa carrière pour publier les secrets de la NSA volés par Edward Snowden, a déclaré que la collusion entre les médias et la campagne Clinton— par exemple la décision de donner à l’avance les questions d’un débat à la primaire démocrate contre Bernie Sanders, représente des «graves irrégularités».

Jill Stein a plusieurs dénoncé que les médias font tout pour faire élire Hillary Clinton et diffamer ses opposants, parce que «ce sont de très gros donateurs de sa fondation.»

«Pourquoi les médias poussent ainsi Hillary et traînent dans la boue ses opposants ? demande Jill Stein sur Twitter, parce que ce sont de très gros donateurs de sa fondation».

«90 % des médias américains sont contrôlés par 6 consortiums. Le système à deux partis les a enrichis ; il n’est donc pas surprenant qu’ils la propulsent vers la présidence: #FollowTheMoney [suivez la filière de l’argent].»

Internationale écologique pour un Monde solidaire oblige, j’attends évidemment d’Emmanuelle Cosse et Daniel Cohn Bendit qu’ils prennent position dans le sillage des Verts d’Amérique, qu’ils soutiennent les propos de Jill Stein, et dénoncent la turpitude d’Hillary Clinton.

 

Commenter cet article

Dissident 06/11/2016 14:38

Hillary est corrompue jusqu'au trognon, Bill aussi et Chelsea aussi. C'est du jamais vu et c'est mille fois pire que le Watergate. Bill et Hillary se vendaient pour du fric - et du gros - à des puissances étrangères et aux multinationales. Huma Abedin, la conseillère d'Hillary et sa "seconde fille", était probablement un agent d'influence saoudien. Mais ca, ce n'est rien encore, disons que ces Clinton se prostituaient pour du pognon auprès des puissants de ce monde et que c'est pas si pire finalement, ca vaut certainement la taule, peut être la corde, mais c'est tout. Non, il y a encore pire, et ce qui est pire et à vomir, c'est la buée de pédophilie et le satanisme qui entoure cette abominable famille Clinton via Anthony Weiner et John Podesta....au moins. Donc, si Obama continue à soutenir la sorcière prostituée Hillary, il sera entrainé avec elle dans le gouffre béant dans lequel elle sera forcement précipitée, élue ou pas.