Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Edouard Boulogne

1 ) Paul Vergès. 2 Hugues Maillot.
1 ) Paul Vergès. 2 Hugues Maillot.

1 ) Paul Vergès. 2 Hugues Maillot.

Secrétaire départemental de DLF de la Réunion, notre ami, Hugues Maillot a écrit pour notre blog cet article sur Paul Vergès, importante personnalité de la Réunion, qui vient de mourir.

 

Le Scrutateur.

____________________________________________

Le décès de Paul Vergès : une page de l'histoire politique de La Réunion se tourne.

 

Il est certain que Paul Vergès a été une figure majeure de la vie politique à La Réunion depuis la création du Parti communiste Réunionnais. Mais cette emprise est davantage due à  la longévité de l'action qu'à sa constance ou à ses résultats concrets. Combattant de l'autonomie jusqu'en 1983, converti à l'égalité sociale en 1988, il a entretenu l'ambiguïté jusqu'au bout sur la réalité de sa vision politique pour La Réunion. Le dernier projet qu'il a lui même impulsé a été le plan de développement actif (PDA), adopté par le conseil général et le conseil régional à la fin des années 1990, mais toujours refusé par les Réunionnais. Il prévoyait la création d'un fonds autonome de développement alimenté par la sur-rémunération des fonctionnaires... Ce sujet est resté une obsession de Paul Vergès jusqu'à ses deniers jours d'activité politique.

 

C'est grâce à son ambiguïté permanente que Paul Vergès a pu nouer des alliances avec toutes les forces politiques, du RPR au PS en passant par Freedom et les élus sans étiquettes. Il fut le Vice Président de Pierre Lagourgue et de Margie Sudre avant de devenir lui même Président de Région. Il fit élire au moins deux sénateurs RPR (Paul Moreau et Eric Boyer) sans compter les nombreuses combinaisons qu'il a favorisé, notamment au Conseil général.

 

Avant d'être un visionnaire Paul Vergès était donc d'abord un manipulateur. Un magicien des mots et de la pensée, capable de justifier par la dialectique toutes les manœuvres qui lui ont permis de se maintenir au pouvoir ou à proximité. C'est cette confusion des genres et des valeurs que les Réunionnais ont fini par sanctionner aux élections régionales de 2010, en se détournant progressivement du PCR depuis lors.

 

Aujourd'hui, le PCR n'est plus le pivot de la vie politique réunionnaise. Mais la parole de Paul Vergès continuait à faire illusion. Avec le décès de son fondateur, le Parti communiste réunionnais est condamné à se refonder, en ramenant au "bercail" tous ceux qui s'en étaient écarté ( Huguette Bello, Eric Fruteau, Claude Hoarau... ), ou à disparaître à brève échéance. Dans les deux cas, ma conviction est que le débat politique réunionnais ne pourra en être que clarifié.

 

Hugues Maillot

Commenter cet article

André Derviche 13/11/2016 14:20

À la différence de nos ténors "loko" anti-France, Vergès était un type intelligent - différence majeure - et il n'était pas prêt à faire brûler la maison pour se cuire un œuf. En outre, il s'était battu très jeune pour libérer la France du joug allèle ad. Il avait rejoint la France libre à Londres, et il était - avec son frère Jacques - cadet de la France libre. Ambigu, certainement, mais vraisemblablement sincère et beaucoup plus utile à la Réunion que ne le sont aux Antilles bien des gloire nasyonals lokals...