Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Edouard Boulogne

Sur LCI, aujourd'hui, une très intéressante émission :  « Quand l'Afrique s'éveillera ».

On connait le mot célèbre de Napoléon : « quand la Chine s'éveillera, le monde tremblera », repris dans les années 1970 par Alain Peyrefitte, comme titre d'un ouvrage célèbre.

Aujourd'hui, 31 octobre sur la chaine LCI dans l'émission d'Yves Calvi Vingt-quatre 24 heures en question, il était question de l'avenir de l'Afrique, à l'occasion de la visite officielle sur le continent vert de Manuel Valls.

Je ne sais s'il faut reprendre le mot Napoléon en l'appliquant à l'Afrique.

Tel n'était pas l'esprit d'Yves Calvi et de ses quatre invités.

Emission qui dure une heure 30, et qu'il est difficile de résumer en quelques lignes. Je conseille aux lecteurs de tenter de la revoir en « replay ».

J'en retiens quelques idées majeures.

1 ) D'abord, l'Afrique est un continent, pas un pays. Il faut se garder à cet égard de toute simplification.

2 ) L'Afrique est encore un continent sous développé, avec toutefois des zones en plein essor, en plein développement ( Le Nigéria, l'Ethiopie, oui, l'Ethiopie, « dont on ne parle que lorsqu'il y a un coup d'Etat » ).

3 ) L'une des causes du sous-développement est l'inadaptation de l'enseignement sur le continent. Trop de jeunes vivent encore fascinés par L-S Senghor, ou Félix Houphouët-Boigny. Or si les poètes et les juristes à l'européenne sont de belles réussites, ce n'est pas par la généralisation de leurs modèles que l'on développera l'Afrique. Là-bas on n'est pas au niveau de l'Europe ou des USA, qui ont derrière eux de longs siècles d'histoire et de développement économique et technique.

Il faut y développer un enseignement adapté aux besoins du continent. Ce nouvel enseignement « pratique » a commencé d'exister, mais, comme le dit un jeune chef d'entreprise «  quand nous, qui avons appris dans ces nouvelles écoles indigènes, nous cherchons du travail nous nous heurtons à ceux d'entre nous qui ont étudié à Londres, Paris, ou New York, lesquels sont systématiquement choisis à notre détriment ».

L'une des causes de la migration ( en dehors des guerres ou des coups d'Etat ) est là. Pour trouver du travail il faut pour ces jeunes aller ailleurs.

4 ) Ici intervient l'un des invités, africains : « Pendant longtemps l'émigration s'est effectuée vers l'Afrique du sud ( de Botha, et de Mandela ). Aujourd'hui, ce n'est plus possible poursuit cet intervenant ( africain ) Louis-Magloire Keumayou, car « les gens d'Afrique du sud sont animés d'une xénophobie très forte, et même violente ( il précise « non pas contre les blancs mais contre nous noirs africains » ). D'où l'orientation des migrants « vers le haut » ( c'est-à-dire l'Europe ).

Ici intervient Un autre invité, M. Odon Valet, bon connaisseur de l'Afrique où il a des relations importantes. Il précise que l'immigration pose des problèmes redoutables à l'Europe. Ce catholique, nullement intégriste, ni même conservateur, laisse parler son coeur. «  Contrairement à ce que l'on laisse croire, l'Europe n'est pas hostile aux immigrés. Il critique le discours ambiant, et va même jusqu'à dire «: « le pape François venu du bout du monde, n'y comprend rien et se montre très injuste à l'égard de l'Europe et de la France qu'il n'aime pas » ( sic ). Un autre intervenant note l'appel d'air aux migrants par plusieurs nations européennes, dont l'Allemagne. Mais il ajoute «  même Angela Merkel s'y est trompée. Mais comme elle est intelligente, elle a compris que l'aide aux migrants doit se faire en Afrique, d'où ses récentes visites à cinq Etats africains".

Yves Calvi paraît suffoqué d'une telle franchise.

On poursuit en ajoutant que l'Afrique est sur le bon chemin du développement, et qu'elle réussira dans son entreprise, ( inégalement selon les pays et les Etats ), à condition pourtant, entre autres, qu'elle maîtrise sa croissance démographique exponentielle et qui constitue une entrave au succès ( contrairement à l'Europe ).

Une émission qui, pour une fois, sur un média public sera sortie du plaintif ronronnement conformiste habituel ( à voir donc sur LCI ), même s'il faut faire la part de la marge qui existe entre la réalité et les analyses des experts.

 

Le Scrutateur.

Sur LCI, aujourd'hui, une très intéressante émission :  « Quand l'Afrique s'éveillera ».

Commenter cet article