Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Edouard Boulogne

H. Clinton / D. Trump : Débat hallucinant, par Gérard Leclerc.

En France, le monde médiatique arbitre le duel Clinton/Trump en faveur d'Hillary. Nos médias ont largement et habituellement l'habitude du manichéisme le plus sommaire, habitude héritée du communisme dont l'idéologie empesta la vie politique en France de 1917 à 1991.

Les adorateurs du marxisme-léninisme, ainsi que de son clone trostkyste, sont encore en place ou, du moins leurs fils ( pas toujours spirituels ).

Il est compréhensible que ces gens prennent le parti d'Hillary.

 

Toutefois, il serait très imprudent de prendre un contrepied mécanique et irréfléchi, ( comme le fait, à l'égard de Poutine le plus lamentable – et le plus dangereux - des présidents français de la république, que je n'ai pas besoin de nommer ).

Le spectacle qu'offre Donald Trump n'est pas des plus ragoûtant.

Le journaliste, et philosophe Gérard Leclerc s'en explique clairement dans l'article ci-dessous, auquel j'adhère très largement.

 

Le Scrutateur.

 

H. Clinton / D. Trump : Débat hallucinant, par Gérard Leclerc.

 

( http://www.france-catholique.fr/Debat-hallucinant.html )

 

Ce qui s’est passé, pour nous dans la nuit de dimanche à lundi, à Saint-Louis dans le Missouri, est proprement hallucinant. L’affrontement entre Hillary Clinton et Donald Trump a tourné au pugilat pur et simple, un jeu dans lequel le candidat du Parti républicain excelle. Il est vrai que ses adversaires démocrates, en l’attaquant deux jours auparavant sur son sexisme avec la diffusion d’une vidéo graveleuse, avaient quand même une responsabilité dans l’affaire. En concentrant l’attaque sur ce terrain des mœurs et de la grossièreté, ils s’exposaient à une réplique proportionnée de l’adversaire, qui s’en est pris au président Clinton, le vulnérable époux de la candidate. Il n’empêche qu’on reste confondu face à pareil déballage, alors qu’il s’agit de décider de l’avenir de la première puissance mondiale.

Comparés à ce scénario inqualifiable, nos fameux débats de second tour des présidentielles en France paraissent comme des exemples de parfaite courtoisie. Du débat de 1974 entre Giscard et Mitterrand, on n’a retenu que la répartie du premier : « M. Mitterrand, vous n’avez pas le monopole du cœur. » Ce n’était tout de même pas de la polémique très enflammée ! Il est vrai qu’en 1988 entre Mitterrand et Chirac, les choses avaient tourné un peu à l’aigre un moment, mais cela n’avait rien à voir avec la menace proférée par M. Trump à l’égard de Mme Clinton de la mettre en prison. Oui, on est en droit de déplorer le spectacle que nous donne la grande démocratie américaine et surtout de s’inquiéter pour l’avenir.

Mme Clinton semble garder l’avantage pour le moment, mais le résultat n’est pas encore acquis. Comment un personnage aussi fantasque et imprévisible que son adversaire pourrait gouverner les États-Unis d’Amérique et prendre les décisions gravissimes qui lui reviendraient ? Mais en même temps, le phénomène Donald Trump correspond à la réalité sociologique de l’Amérique d’aujourd’hui. Si le populisme, tout comme en Europe, modifie les paramètres habituels, c’est que la mondialisation a déstabilisé profondément la société, appauvrissant les classes moyennes et discréditant l’élite politique en général. Il faut analyser le phénomène de fond pour comprendre cette campagne présidentielle impossible.


 

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 11 octobre 2016.

 

Commenter cet article

pierre 12/10/2016 04:57

Hollande qui demande à voter Sarkosy c'est "douboutt si woch pou palé tè mal".
il s'imagine que les déçus de sarkosy viendront frapper à sa porte? quelle erreur de calcul!
c'est le même Hollande après quatre ans et demi aux commandes du pays, qui découvre qu'il y a trop d'étranger en France?! sa côte de popularité de 8% est inversement proportionnelle
à la courbe du chômage sur laquelle il demandait d'être jugé!
parole de président , Il sera jugé dans six mois... par l'électorat. je ne peux m'empêcher de rajouter:Le seul président dont on a la certitude ,six mois à l'avance, qu'il ne sera pas réélu!

Livia 11/10/2016 15:37

En effet, les américains ne sont pas mieux lotis que nous!
Mais je suis un peu ébahie en apprenant que Hollande voudrait demander de voter Sarkosy ??? Qu'est-ce que cela cache ? Rien de bien assurément venat de ce personnage rond et crémeux...!

Edouard Boulogne 11/10/2016 15:49

C'est très peu vraisemblable. A moins qu'il ne veuille suggérer que Sarkozy et lui c'est menm nèt menm pwel, auquel cas il obtiendrait de maints "hommes de droite" qu'ils se reportent sur son vrai clone, le maire de Bordeaux. ( https://www.youtube.com/watch?v=H_Y3w79zbb0 ).