Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Edouard Boulogne

Nicolas Sarkozy ne dit pas qu'on ne peut être un bon Français qu'à condition d'avoir des ancêtres gaulois. Il dit exactement l'inverse

Un grand nombre d'exclamations faussement indignées de soi-disant humanistes voyant « l'extrême droite » de leurs fantasmes partout, ou faisant semblant à l'intention des niais ( y compris d'extrême droite ) qu'il s'agit d'enfermer dans la nasse d'impuissance. Non je ne fais pas campagne pour Sarkozy.

Mais comme on ne doit pas rester silencieux devant la subversion, j'ai d'abord rédigé un commentaire qui remet les choses à l'endroit pour qui veut bien prendre la peine de lire, et essayer de comprendre à rebours de leurs préjugés ( http://www.lescrutateur.com/2016/09/sarkozy-et-nos-ancetres-les-gaulois.html?utm_source=flux&utm_medium=flux-rss&utm_campaign=politics ).

Je propose maintenant un article de Guillaume Tabard dans le Figaro qui montre que Sarkozy est moins bête que ces messieurs voudraient le croire.

 

Le Scrutateur.

 

On ne naît pas gaulois, on le devient...

 

 

http://premium.lefigaro.fr/politique/2016/09/20/01002-20160920ARTFIG00373-on-ne-nait-pas-gaulois-on-le-devient.php?a3=763-2244490-895987&een=c14975335b8bc0537b55cb39d83f3170&seen=6&m_i=Mf25pqblYBisBwwKZ2OdrSjV_hBdvjyv9zmowqujisVUkOgRbs4eFp3AG_nObeGG4gHl%2BwLApXiQYMrFJv726RHu9CQIUQ

 

Par Guillaume Tabard
Mis à jour le 20/09/2016 à 19h59 | Publié le 20/09/2016 à 19h55

Le contre-point de Guillaume Tabard.

Nos ancêtres les Gaulois n'ont pas inventé la corrida, mais Nicolas Sarkozy excelle dans la pratique de cette coutume ibérique. Brandir des formules comme autant de muletas destinées à faire réagir ses adversaires; attirer les flèches de ceux qu'il a ainsi agacés, énervés, horrifiés; et ne penser qu'aux vivats d'un public qu'il cherche à séduire.

En voici un nouvel exemple avec la polémique sur sa phrase: «Dès que vous devenez français, vos ancêtres sont gaulois!» Notons d'ailleurs que l'ancien président n'a pas attendu lundi, à Franconville pour roder cette formule. Il l'emploie dans chacun de ses meetings depuis son entrée en campagne et l'a utilisée notamment jeudi dernier dans son émission sur France 2. Preuve qu'il ne s'agit pas d'une approximation de tribune, mais d'une intention délibérée de provoquer le débat sur la question de «l'assimilation» dont il fait un point majeur de son discours sur l'immigration et sur l'identité nationale.

Comme il s'y attendait, comme il l'espérait, Sarkozy a fait réagir la gauche, qui a vu dans l'allusion aux «Gaulois» l'éloge d'une forme de pureté ethnique de la France. Comme si «Gaulois» signifiait avant tout «Français de souche». Se prenant au passage les pieds dans ses références livresques, Najat Vallaud-Belkacem lui a répliqué que la France, c'était aussi «des Normands, des Burgondes, des Martiniquais, des Arabes, des Espagnols…», validant ainsi l'idée d'une France qui ne serait que la superposition d'apports ethniques successifs et différents. C'est le premier piège dans lequel sont tombés ceux qui ont dénoncé la vision sarkozyste d'une «France du repli».

Nicolas Sarkozy ne dit pas qu'on ne peut être un bon Français qu'à condition d'avoir des ancêtres gaulois. Il dit exactement l'inverse

Car il faut reprendre précisément sa phrase. Il ne dit pas qu'on ne peut être un bon Français qu'à condition d'avoir des ancêtres gaulois. Il dit exactement l'inverse. À savoir que c'est le fait de rentrer dans la communauté nationale qui permet de recevoir en héritage une histoire qui n'est pas la sienne au départ. Myriam El Khomri accuse Sarkozy d'être «le porte-parole de Marine Le Pen». En fait, il fait du … Simone de Beauvoir. «On ne naît pas femme, on le devient», disait l'auteur du Deuxième Sexe. On ne naît pas gaulois, on le devient, pourrait-on dire en faisant l'exégèse de la phrase de l'ancien président. Car devenir gaulois signifie que ce qui constitue l'identité française d'un individu n'est pas sa capacité à présenter un arbre généalogique, mais sa volonté d'endosser toute une histoire que l'on appelle le «récit national».

Mais Nicolas Sarkozy pense d'abord et avant tout à la primaire. Il sait qu'il va susciter aussi des réactions chez ses concurrents. «On n'est pas tous pareils. Il faut respecter notre diversité», a répondu Alain Juppé. C'est tout ce qu'attendait son rival. Comme sur la «suspension» du regroupement familial, qualifiée d'«inhumaine» par le maire de Bordeaux, l'ex-président des Républicains veut mettre en évidence un clivage, cette fois-ci entre «assimilation» et «intégration», en étant persuadé que les électeurs de droite choisiront celui qui, à tort ou à raison, apparaîtra comme étant le plus intransigeant face aux communautarismes.

 

Commenter cet article

Maurice Colhonne 21/09/2016 19:46

À propos de Napoléon, justement, fils de la République... Il disait : « De Clovis au Comité de Salut public, j'assume tout ! ». Visiblement nos Français de papier n'assument rien. Et surtout pas les Gaulois. Mais ils voudraient que nous, Français, assumions leur haine de la France et de ses racines. Jli programme. Enfin, précision ppur ceux qui ne le savent pas (et Dieu sait s'ils sont nombreux) : le Comité de Salut public, c'était la gestapo de Robespierre, qui - promoteur de la République - n'avait rien à envier à Hitler : il massacra - il fit en réalité massacrer - avec ferveur les Vendéens et comme les pendus de Nuremberg, sa brillante carrière fut interrompue par la force des choses, et la République mit des dizaines d'années à devenir présentable. Comme ceux qui aujourd'hui nient les racines gauloises, gallo-romaines et franques de la France pour mieux se servir, là où ils sont, dans les caisses de la France - sans rien devoir aux Gaulois.

JG 21/09/2016 19:00

Gaulois ou habitant de la Gaule....Il y a longtemps.!
Pour les petits nouveaux ,merci de bien vouloir respecter nos traditions(et nos lois)

Marcel Demaire 21/09/2016 17:45

Libérons la parole, car il s'agit autant de subversion que d'inversion : les propos de Sarkozy à propos des Gaulois nous apportent la démonstration et la preuve, si besoin était,que le paysage politico-médiatique est encombré de crétins nauséabonds, ce qui est une grave menace pour la "démocratie". Certain négationisme est un crime, mais la négation systématique est loin de l'être, on dirait. Les Gaulois, c'est une convention historique, un peu comme... la République. On peut ne pas être républicain du tout, et plus on a une culture historique,n moins on devrait l'être, la République étant un mensonge qui a connu son apogée à deux reprises : sous la Terreur (officielle et institutionnnelle), d'abord et sous le premier Empire ensuite où les lois constitutionnelles instituant une dynastie impériale républicaine est à mourir de rire. Il n'en demeure pas moins que "la République" est une réalité qui s'est imposée par l'histoire, et l'on a beau être le plus Français possible, personne ne pense à pousser des cris d'orfraie quand on nous balance la République toutes les cinq minutes. C'est une convention nationale. Exactement comme les Gaulois, dont on voudrait nous faire croire qu'ils n'ont rien à voir avec la France (en revanche, le suppositoire de Valmy passe très bien), tout ça pour contredire Sarkozy et dans la négation que les Francs se sont greffés avec respect sur la civilisation gallo-romaine, elle-même provenant de l'emprise de la colonisation romaine sur les populations de la Gaule. À Rome fais comme les Romains, et admets que les racines de l'endroit sont... latines, c'est-à-dire romaines. Il n'y a qu'en France qu'on veut nous imposer des balivernes négationnistes sur les racines de la France. Moi, noir guadeloupéen, je me revendique gaulois (ce que je suis certainement, car le métissage dont je suis issu me permet de l'affirmer) et je ris quand je vois le show Brad Pitt-Angelina Joly où des enfants qui n'ont rien à voir génétiquement avec leurs "parents" sont considérés comme une famille. Alors ce sont quelques crétins qui vont, comme le faisaient les nazis avec l'affirmation de leur supériorité germanique excluant tout de qui n'était pas "aryen", exclure la revendication familiale Gauloise à laquelle tous les Français quelle que soit leur origine ont le droit de prétendre ?