Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Edouard Boulogne

1 ) Ali David Somboli, le tueur de Munich.  2 ) Pas d'amalgame surtout. 3 ) Doit-on obigatoirement se faire vacciner? Qustion disputée.
1 ) Ali David Somboli, le tueur de Munich.  2 ) Pas d'amalgame surtout. 3 ) Doit-on obigatoirement se faire vacciner? Qustion disputée.
1 ) Ali David Somboli, le tueur de Munich.  2 ) Pas d'amalgame surtout. 3 ) Doit-on obigatoirement se faire vacciner? Qustion disputée.

1 ) Ali David Somboli, le tueur de Munich. 2 ) Pas d'amalgame surtout. 3 ) Doit-on obigatoirement se faire vacciner? Qustion disputée.

J'ai attendu avant de commenter le récent attentat de Munich. Bien m'en a pris.

Sur LCI, au lendemain de l'évènement, un journaliste allemand, porte-parole de ses compatriotes en France, déclarait en réponse à une question : « cette tuerie à l'odeur d'un attentat. Mais il faut attendre les résultats de l'enquête en cours ».

Ces résultats sont tombés. L'article qui suit, publié sur Boulevard Voltaire, sur un ton un tantinet persifleur, le révèle : le tueur est un « jeune Allemand », dérangé psychologiquement, dont l'imaginaire est empreint de thématiques.... d'extrême droite. OUF !

Désormais, quand se produira un événement analogue, le doute sera permis, et l'on pourra s'interroger « librement » : « Et si c'était du côté de Marine Le Pen qu'il fallait chercher? ».

J'ai bien fait d'attendre. Je n'ai aucune intention de prendre l'Etat islamique comme bouc émissaire.

Cela dit, tout de même, de là à le disculper, actuellement, de sa dangerosité, et a priori de crimes avérés ( et revendiqués par lui ), il y a un pas que je ne franchirai pas.

Je laisserai ce soin à ceux qui y ont intérêt, notamment Angela Merkel, François Hollande, Mediapart, et un nombre important de médias collaborationnistes.

Mais le questionnement est une condition nécessaire de la découverte de la vérité ( à condition que ce soit elle qu'on cherche).

Je suis un vieil observateur de la vie politique. L'ancienneté n'a pas que des inconvénients. Certains godelureaux, ( et niais par dessus le marché ) qui n'étaient pas nés en 1980, ne peuvent se souvenir de l'attentat antisémite contre la synagogue de la rue Copernic à Paris. Giscard présidait, Raymond Barre était à Matignon.

L'attentat eut lieu, puissant, meurtrier.

Aussitôt on cria Haro ! sur le baudet, pardon, sur l'extrême droite.

En voici un résumé que j'emprunte à l'encyclopédie wikipédia : « L’attentat de la rue Copernic est un attentat à la bombe dirigé contre la synagogue de l'Union libérale israélite de France et qui a été perpétré à Paris le vendredi 3 octobre 1980, soir du shabbat et jour de la fête juive de Sim'hat Torah amenant un grand nombre de fidèles dans ce temple. C'est le premier attentat contre les juifs en France depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale1. Trente-quatre ans plus tard, malgré l'opposition d'une partie de l'opinion canadienne à cette décisionHassan Diab, un Canadien d'origine libanaise a été extradé le 15 novembre 2014, vers la France où il a été mis en examen pour assassinats dans le cadre de cette affaire ».

 

Qui était coupable ? La réponse, très rapide fut : " l'extrême droite". Voici le résumé que donne toujours wikipedia à la question posée :

 

« Moins d'une heure après l'attentat, un correspondant anonyme téléphone à l'Agence France-Presse pour revendiquer l'attentat au nom des Faisceaux nationalistes révolutionnaires, un groupuscule d'extrême droite, reconstitution de la Fédération d'action nationale et européenne (FANE), organisation dissoute par le gouvernement le 3 septembre. Les défilés prennent prioritairement pour cible le gouvernement de droite alors au pouvoir. Le samedi 4 octobre, le Comité de liaison des étudiants sionistes socialistes (CLESS) organise un défilé aux cris de « Bonnet, Giscard, complices des assassins ! » La campagne présidentielle vient de débuter et Jean-Pierre Chevènement dénonce dans Le Monde la « véritable osmose [qui] s'est créěe entre une partie du personnel dirigeant giscardien et l'extrême droite... »

La police comme la DST ont cependant très tôt la certitude que la FANE n’est pas en mesure d’avoir commis l’attentat et privilégient la piste moyen-orientale. En novembre une note de la police criminelle allemande transmise à Paris, précise que l’attentat a été commis par un commando de cinq personnes venues du Liban.

Le commissaire de police Jean-Pierre Pochon décrit dans son livre les pressions exercées par le nouveau pouvoir politique socialiste pour diriger l'enquête vers les milieux d'extrême droite au détriment de la piste moyen-orientale. En juillet 1981, Gaston Deferre, nouveau ministre de l'Intérieur, exige encore que les policiers orientent leurs recherches vers les milieux d'extrême droite.

Un an après l'attentat, Jean-Yves Pellay, responsable du Service d’Ordre de la F.A.N.E. reconnaît être l'auteur de l'appel anonyme à l'Agence France-Presse et avoue être en fait un militant sioniste qui a infiltré cette structure. Il déclare au journal le Matin: « On m'a demandé d'infiltrer la FANE. ».

Mon Dieu, mon Dieu, que la réalité est compliquée.

Pour en savoir davantage : voir l'article complet de Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Attentat_de_la_rue_Copernic

Si je publie ce rappel d'un événement relativement ancien ( du moins pour les godelureaux ) ce n'est pas par manie historienne.

C'est pour rappeler que la réalité est complexe, qu'il importe de ne pas croire trop naïvement ( gniiiiiaisement ) les communiqués officiels. Surtout dans les temps difficiles.

Or nous sommes en guerre, n'est-ce pas? Quelqu'un l'a dit.

Un "grand chef de guerre". Du moins aux yeux des 11% de niais qui lui restent fidèles.

Ohé! Bonnes gens, ne dormez pas trop tranquillement. Car, on ne sait jamais pour qui sonne le glas.


 

Le Scrutateur.

__________________________________________


 



 

En fait, quel genre de type c’était, le tueur de Munich ?


En savoir plus sur http://www.bvoltaire.fr/carolineartus/fusillade-a-munich-aucun-lien-avec-daech,273445#PyTiehPjX2JxdUwP.99

 

 

Ça y est ! Après un suspense insoutenable, moins de 24 heures après « la fusillade », hier soir, dans un McDonald’s et un centre commercial de Munich ayant mortellement atteint 9 personnes et blessé 16 autres, les médias peuvent enfin affirmer que l’auteur, qui s’est suicidé après avoir été touché par les forces de l’ordre, n’a « aucun lien avec Daech ».

Ali David Sonboly ? Âgé de 18 ans, né en Allemagne, accablé de « problèmes psychologiques », n’ayant jamais eu maille à partir ni avec la police ni avec ses voisins. Seulement un « dépressif » chez lequel la police a trouvé « des éléments montrant qu’il se préoccupait des questions liées aux forcenés » et qui aurait attiré sur les lieux ses victimes en piratant un compte Facebook. Un jeune qui a même décliné sa nationalité aux passants : « Je suis allemand, je suis né ici »

Il a suivi de près l’attaque à la hache survenue il y a quelques jours, comme le révèle le chef de la police de Munich. Aucun lien avec un acte de terrorisme islamique. Mais si ni sa double nationalité germano-iranienne ni son cri « Allah Akbar » – selon des témoins, dont Lauretta, interviewée par CNN, même si la police a écarté tout lien avec la problématique islamiste – n’ont à voir avec ce carnage, quelle raison a poussé cette « bonne personne », ainsi décrite par une voisine interrogée par l’AFP, à tuer tous ces innocents ? En fait, quel genre de type c’était, le tueur de Munich ? Ali David Sonboly était… d’extrême droite. Il s’est identifié à Anders Breivik. Vous vous souvenez, celui qui a massacré 77 personnes, à Utøya, il y a plusieurs années : vous haussez un sourcil ?

Si, les enquêteurs sont formels : entre Sonboly le binational et Breivik le Norvégien, « le lien est évident ». Sa chambre était tapissée de croix gammées ? Son ordinateur, son portable peut-être ont révélé d’horribles penchants ? La police n’en parle pas. Sauf qu’il y a un signe qui ne trompe pas : la date ! La preuve : le 21 juillet, c’est, jour pour jour, cinq ans après, celle des attentats de Norvège commis par Breivik. Admettons.

On peut dire qu’entre la fusillade, hier en fin d’après-midi, et les conclusions annoncées en milieu de journée dès le lendemain, l’enquête a été rondement menée. Claire, nette, précise. On a même appris une chose : qu’entre prendre « un traitement psychiatrique » et se transformer en tueur d’extrême droite, il n’y a qu’un pas…

Et en ces temps d’attentats islamistes se succédant à un rythme de plus en plus rapide, sans vouloir me montrer désobligeante, certains médias semblaient – presque – soulagés…


En savoir plus sur http://www.bvoltaire.fr/carolineartus/fusillade-a-munich-aucun-lien-avec-daech,273445#PyTiehPjX2JxdUwP.99

 

Se le mettre bien dans la caboche : Ali-David Somboli n'était pas musulman, mais...d'extrême droite ( Oooh ! )

Commenter cet article

Claude HOUËL 24/07/2016 22:15

Le gros françois n'a pas la carrure politique de la grosse angéla, sinon il aurait vite conclu que le meurtrier de Nice n'était qu'un agent recruteur du fn .
Cela aurait coupé l'herbe sous le pied de daesh quia revendiqué, tardivement , une action qu'elle n'avait pas commandité.
Cela aurait, peut-être fait moins peur au peuple.
A moins que françois ait plus peur du fn que des djihadistes...
En tout cas même le Figaro a relayé l'impact sur les adhésion en masse au fn alors...
cf : http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2016/07/18/25001-20160718ARTFIG00118-apres-l-attentat-de-nice-le-fn-revendique-un-afflux-d-adhesions.php
Cela dit il y a une contradiction pour Munich, pourquoi dire que le meurtrier était un dérangé nazi ?
"Dérangé" seul aurait rassuré le citoyen alors que "nazi' est supposé faire peur mais angela a besoin de redorer son blason en disqualifiant une extrême droite qui monte, qui monte...
Bizarre : On ne parle plus du tueur à la hache , pourtant réfugié bien accueilli.

Livia 24/07/2016 19:29

Il fallait le faire la grosse angela n'a pas hésité! Ouf! on est sauvé, c'est un dérangé nazi, rien que cela!
A-t-elle dit aux parents des victimes qu'ils devaient se réjouir, que ce n'était qu'un dérangé et pas l'EI ?