Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Votera qui veut pour Alain Juppé.
Votera qui veut pour Alain Juppé.

Je ne sais pas pour qui je voterai à l'élection présidentielle de 2017. Il est encore trop tôt. Mais je sais fort bien pour qui, comme avec François Hollande, je ne voterai pas. Je rappelle que Benoit Apparu, auquel Charles Beigbeder administre une correction méritée, est l'un des plus fervents partisans et collaborateurs d'Alain Juppé.

 

Le Scrutateur.

 

 

Multiculturalisme : lettre ouverte de Charles Beigbeder à Benoist Apparu

 

FIGAROVOX/HUMEUR - A travers un tweet, Benoist Apparu a fait l'éloge de la France multiculturelle. Charles Beigbeder lui répond pour FigaroVox.

 

http://premium.lefigaro.fr/vox/politique/2016/06/02/31001-20160602ARTFIG00378-multiculturalisme-lettre-ouverte-de-charles-beigbeder-a-benoist-apparu.php

 

Charles Beigbeder est entrepreneur, investisseur et chef d'entreprise. Il est également conseiller municipal dans le VIIIème arrondissement de Paris. Il est co-fondateur du collectif Phénix. Son dernier livre, Charnellement de France, est paru en 2016 aux éditions Pierre-Guillaume de Roux.


Monsieur le ministre,

En marge du dîner auquel vous avait convié hier soir Alain Juppé à la salle Wagram, aux côtés de nombreux maires de communes de France, vous avez, par un tweet aussi dangereux que contradictoire, exprimé votre foi dans une France multiculturelle. Je vous cite: «Oui au multiculturalisme, non au communautarisme, c'est ça l'identité heureuse!»

Propos extrêmement dangereux car, en prônant le multiculturalisme, c'est l'identité même de la France que vous contribueriez à dissoudre! Que signifierait en effet une France multiculturelle? Ce serait une nation où chaque immigré pourrait revendiquer sa langue, sa culture, ses mœurs, son histoire et ses traditions d'origine, à parité avec la langue et la culture historiques du pays d'accueil. En fait, ce ne serait plus une nation au sens où l'entend traditionnellement Renan quand il évoque «la volonté de continuer à faire valoir l'héritage que l'on a reçu indivis». Car, dans votre système, il n'y a plus ni langue officielle ni culture commune, rien qu'un supermarché des cultures qui vivent juxtaposées les unes aux autres dans une sorte de magma informe où le poids démographique d'une communauté serait le seul critère de légitimation d'une culture.

Le multiculturalisme procède en fait d'un grave renoncement qui découle lui-même d'un désamour originel: le rejet par de nombreux Français de leur propre culture. On a tellement réécrit l'histoire de France en la chargeant de tous les maux de l'humanité que ses héritiers veulent aujourd'hui se défaire du «fardeau de l'homme blanc», vouant aux gémonies une nation éternellement coupable d'un colonialisme qui lui serait consubstantiel et nous renvoyant, par une surenchère de déclarations vindicatives, dans la posture expiatoire du pénitent invétéré. Dès l'instant que nous n'aimons plus notre passé, nous renonçons à le transmettre aux générations suivantes et à exiger des immigrés nouvellement arrivés qu'ils en soient pétris intérieurement: c'est la fin du modèle français d'assimilation qui avait pourtant écrit ses lettres de noblesse jusque dans les années 70.

Non, la France n'est pas multiculturelle car fort heureusement, nous ne sommes pas encore dans une société où chacun adopte sa langue, son calendrier, ses vêtements, ses coutumes et l'ensemble de ses repères culturels en fonction de sa seule communauté d'origine. La France est certes traversée par des tensions communautaires, en particulier dans les zones de non-droit - que j'ai plutôt envie d'appeler des zones de non-France - mais elle suscite heureusement des sentiments de filiation chez de nombreux Français, notamment ceux qui, issus de l'immigration, se battent pour faire reconnaître la primauté de la communauté nationale sur les communautés d'origine dans les banlieues. Car l'assimilation ne signifie aucunement la négation ou l'amputation de sa propre culture ; elle consiste simplement à donner la priorité au pays d'accueil et à se fondre dans sa culture, selon le vieil adage: «À Rome, fais comme les Romains!».

Laissons vivre l'immigré dans sa culture d'origine, dites-vous car ce serait trop violent voire fasciste de lui imposer une culture qu'il n'a pas choisie ! Vous rejoignez en cela, sans le savoir, le raisonnement de ceux qui dénient aux immigrés toute faculté d'assimilation et les figent dans leurs origines ethniques pour démontrer qu'ils ne pourront jamais être français.

Peut-être, vouliez-vous dire, monsieur le ministre, que la France est multi-ethnique, ce en quoi je suis parfaitement d'accord, puisque la France réunit depuis longtemps autour d'une même culture partagée des citoyens de toutes origines. Je pense notamment aux Français issus de nos départements d'Outre-mer qui s'enorgueillissent de notre belle langue depuis Louis XIV, pour certains d'entre eux. Mais le multi-ethnisme ne signifie aucunement le multiculturalisme. Assimiler l'un à l'autre, que ce soit pour le prôner ou le déplorer, revient à assigner l'homme à sa culture d'origine et l'enfermer dans une forme de déterminisme culturel. Laissons vivre l'immigré dans sa culture d'origine, dites-vous car ce serait trop violent voire fasciste de lui imposer une culture qu'il n'a pas choisie! Vous rejoignez en cela, sans le savoir, le raisonnement de ceux qui dénient aux immigrés toute faculté d'assimilation et les figent dans leurs origines ethniques pour démontrer qu'ils ne pourront jamais être français. Pour ma part, je crois en l'assimilation car la France est avant tout un héritage spirituel qui s'enracine dans le cœur profond des hommes et pétrit la culture d'un pays pour en faire une identité charnelle. Car comme le dit si bien Charles Péguy, «le spirituel est lui-même charnel. Et l'arbre de la grâce est raciné profond et plonge dans le sol et cherche jusqu'au fond». C'est ce que j'essaie d'expliquer dans mon dernier ouvrage Charnellement de France, publié en collaboration avec Benoît Dumoulin aux éditions Pierre-Guillaume de Roux.

Je vous disais, en second lieu, que votre tweet est contradictoire. En effet, comment pouvez-vous prôner le multiculturalisme tout en rejetant le communautarisme alors que l'un conduit tout droit à l'autre et déstructure notre identité au point de la rendre malheureuse? Le communautarisme, c'est une partition de la nation en plusieurs communautés qui ont pris le pas sur le sentiment national et tendent à devenir l'unique critère d'identification des personnes dans l'espace public, au détriment des personnes dont il opprime la liberté et au mépris de la nation dont il nie l'existence. Comment ne pas voir que le multiculturalisme que vous encouragez déboucherait sur un communautarisme qui signerait la mort de la nation? Si vous laissez les cultures allogènes prospérer ainsi sans leur demander de se fondre dans la culture nationale, ne pensez-vous pas que les citoyens finiront par se définir uniquement par leur culture d'origine et exigeront d'être représentés au Parlement en tant que membre d'une communauté? Ainsi, comme au Liban, on répartira les postes institutionnels à partir de quotas ethnico-culturels. Là-bas, en vertu des équilibres démographiques recensés en 1932, le Président doit être maronite, le premier ministre sunnite et président de l'Assemblée chiite. Voudrions-nous un préfet musulman en Seine Saint-Denis pour tenir compte des récentes mutations démographiques? Le Kosovo nous a laissé l'exemple amer d'un communautarisme encouragé par la communauté internationale et non tempéré par un État-nation qui avait disparu sous les décombres du communisme. Le Liban a, quant de lui, vécu quinze années de guerre civile dont les traces sont encore fumantes aujourd'hui. Le communautarisme sonnerait ainsi la fin de cette pax Europa que les pères fondateurs de l'Europe avaient voulu instaurer au sortir du second conflit mondial.

Face à une gauche qui a clairement revendiqué le droit à la différence et fait de l'antiracisme une arme de déconstruction de notre culture, la droite ne devrait pas sombrer dans un économisme qui ignore la question culturelle pour se cantonner dans une surenchère de propositions libérales. Car la culture sera au centre des prochaines échéances électorales et déterminera notre avenir en tant que nation pour les décennies qui viennent. Soyez-en convaincu!

Je vous prie de croire, monsieur le Ministre, à l'assurance de ma considération distinguée.

Charles Beigbeder


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Henri Andesloy 03/07/2016 00:37

Alain Juppé ? Beurk !!!!! Puisqu'il trouve les socialistes si fréquentables, il ne faut surtout pas le fréquenter, lui. Autant aller directement aux socialos. AU moins on n'aura pas cet infecte odeur de trahison qui flotte chez ce néo-gaulliste (et, en vérité véritable escroc du positionnement politique). Beurk ! Beurk ! Beurk ! Cher Scrutateur, pourquoi exposez-vous des photos aussi dégoûtantes que cette hure de l'horrible Juppé que vous exposez ainsi à nos yeux délicats au risque de gâcher la joie de consulter notre blog préféré ? Rendons cependant justice à ce monsieur, il annonce la couleur et, comme dit le Scrutateur, votera pour Juppé celui qui voudra... et surtout qui... pourra (allusion aux moyens intellectuels de l'électeur putatif, évidemment).

HS(hors service) 02/07/2016 17:49

On ne le filme plus en HD, pour dissimuler ses rides!

le piredetous 06/06/2016 21:03

le délinquant de 2004,paroles de juges.il ne lui reste qu'à se laisser pousser la barbe, il serait parfait comme ses journaleux qui lui fabrique une face d'ange et de présidentiable.

Louis de Poméranie 06/06/2016 17:53

Dans la bouche de Chirac (qui nous a jadis invité à méditer le message de François-l'arsouille après que celui-ci eut rendu son âme au diable), la qualité de "meilleur d'entre nous" est déjà une certification d'inintérêt. En second, il faut se souvenir que le même Juppé a été Premier ministre en des temps de grande facilité - en tout cas politique - avec une chambre des députés à 85 % acquise, et alors que chômage, immigration indésirable, déficits et endettement de la France étaient à des niveaux bien inférieurs à ce qu'ils sont aujourd'hui. Sur le boulevard de la facilité d'alors il a réussi à se faire huer par les Français après seulement quelques mois et éjecter par le suffrage universel au bout de deux ans - parce que ce grand stratège qui avait pourtant l'oreille de Chirac s'est embarqué dans une dissolution... stratégique... destinée à conjurer le sort un an avant des élections à teme normal qu'ils se savaient en voie de perdre pour cause de nullité affichée. Si c'est ça qui veut redresser la France, qu'il aille se redresser tout seul et nous f... la paix. Enfin pour ceux qui ont l'illusion qu'il y a une once de sincérité chez le bonhomme, qu'ils lisent "La tentation de Venise" dont il est l'auteur. Il se démasque lui-même tant l'insincérité est manifeste à chaque ligne. Non ! les pervers narcissiques, cela suffit. Le corps électoral français a déjà donné, et Juppé devrait faire valoir ses droits à la retraite avant de nous imposer une Bérésina dont il voudrait faire de nous les responsables en l'élisant à l'Élysée. On rêve !!!

Dissident 06/06/2016 14:22

Pour se hisser sur le pavois, la vanité du Diable aidant, ce vieux loser plissé et ringard n'hésite pas à se prostituer frénétiquement avec ce qu'il y a de plus haïssable au monde, le socialiste corrompu et son odieux socialisme : Cette classe politique française est plus que décadente, elle est stricto sensu dégénérée et ne vaut même plus un foutu clou rouillé.

Livia 04/06/2016 15:05

Depuis toujours, jai dit que je ne donnerai pas un chèque en blanc à ce type, et cela pour plusieurs raisons:
Il est trop vieux à plus de 70 balais, il doit prendre sa retraite,
Et puis il n'est pas de droite, on sait cela depuis fort longtemps, dans un livre écrit par Thiery Desjardin dans les fastueuse années où il était 1er ministre (durant lesquelles il n'a fait aucune étincelles) il est dit qu'il a hésité entre le Ps et le RPR... et on raconte qu'il est de droite!!!
Il faut aller voter à la primaire pour l'éradiquer!

XAM CIREDERF 04/06/2016 15:01

QUEL CANDIDAT DE LA DROITE VA ENFIN SE COMPORTER EN HOMME DE DROITE? UN DE MOINS DEJA, CAR 5 ANNEES DE SLALOM SOCIALISTE, PAS QUESTION DE REMETTRE CELA. ICI IL PARAIT QUE LE RALLIE DU GOSIER THE NOIR (je crois), SERA LE PORTE ETENDARD DE LA JUPPE...... ALORS BON VENT ET DU LARGE.......