Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Copie incorrecte pour le baccalauréat ( « travailler moins est-ce vivre mieux" ? ).  » ).
Copie incorrecte pour le baccalauréat ( « travailler moins est-ce vivre mieux" ? ).  » ).

J'avais sourcillé en écoutant à la radio cet énoncé d'un sujet de philo donné au bac, en section S, la semaine dernière : « Travailler ravailler est-ce vivre mieux » ? Je m'aperçois que je n'ai pas été le seul.

Voici ce qu'en pense Yves de Kerdriel dans le Figaro.

 

LS.

_______________________________________________________________________

Copie incorrecte pour le baccalauréat

 

http://kiosque.lefigaro.fr/ouvrir-liseuse-milibris/le-figaro/248a6dba-249b-495c-8f50-db92cab98d75

 

Les candidats des sections scientifiques ont eu à disserter la semaine dernière d’un sujet de philosophie dont l’intitulé était : « Travailler moins, est-ce vivre mieux ? » Il n’est pas certain que cela faisait partie des questions que Platon posait à ses élèves, ou des discussions qu’Aristote avait avec Alexandre le Grand lorsqu’il était son précepteur, ni des principaux débats entretenus par Kant et Constant. Mais il paraît que même en matière « d’humanités », il faut vivre avec son temps. Et comme l’époque est à se demander comment prendre le maximum de RTT, comment se procurer des arrêts de travail ou comment faire le pont du 14 Juillet, il n’est pas surprenant de voir des professeurs amener les candidats sur le terrain du « travailler moins ».

Des générations de bacheliers ont eu à répondre à une question de même nature, mais posée plus subtilement qui était : « Vaut-il mieux réussir sa vie ou réussir dans la vie ? » Mais c’était à une époque où l’on apprenait encore le stoïcisme, où l’on lisait saint Thomas d’Aquin et où l’on connaissait tous les ressorts de la philosophie aristotélicienne. Le sujet posé cette année est tellement trivial qu’il semble être sorti d’un débat vespéral des illuminés de Nuit debout ou bien d’un flash qu’aurait eu un professeur assistant au saccage de l’hôpital Necker, la semaine passée, au moment où des écervelés ont tagué les murs de l’établissement de la célèbre phrase de Guy Debord : «Ne travaillez jamais !»

La plupart des élèves de terminale interrogés par les radios ou les télévisions à la sortie de l’épreuve ont avoué qu’ils avaient répondu par l’affirmative à la question posée. Avec comme principal argument que, selon eux, la France n’était pas plus heureuse sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy au moment où le gouvernement essayait de remettre les Français au travail avec ce slogan : «Travailler plus pour gagner plus.» Le but de ce sujet de philosophie était donc d’une manière ou d’une autre de les amener sur le terrain politique, alors que la question posée obligeait d’abord à se demander si le travail est un asservissement (mot utilisé par les marxistes) ou bien s’il peut devenir une sorte d’épanouissement personnel (thèse développée dans les années 1960 par Marcuse).

Le hasard a voulu que le même jour où les futurs bacheliers se torturaient la cervelle sur cette notion de travail, le cabinet de recherche économique COE-Rexecode publiait son enquête sur la durée effective du travail en France et dans les 28 pays de l’Union européenne. Or de ces travaux il ressort que «la durée effective du travail des salariés à temps complet en France est la plus basse de tous les pays de l’Union européenne ». Pour preuve : « En 2015, la durée effective de travail des salariés à temps complet en France s’est établie en moyenne à 1 646 heures. Elle a diminué de 14 heures par rapport à 2013 et elle est désormais la plus faible des 28 pays de l’Union européenne. » Mais le pire c’est que l’écart des durées annuelles de travail des salariés à temps complet entre la France et les principaux pays partenaires s’est creusé. Si bien que la France, qui était en 2013 en 27e position devant la Finlande, est passée en 2015 derrière ce pays, obtenant, de facto, la dernière place du classement européen.

L’une des données du problème posé dans le cadre du bac était donc d’emblée résolue puisque la France est le pays où l’on travaille le moins. Or, de ce que l’on peut voir, ce n’est pas le pays européen où les habitants sont le plus heureux. Un sondage Ifop réalisé en janvier dernier montrait que nos concitoyens sont à 56 % pessimistes sur l’avenir. Et une autre étude réalisée par Pew Resaerch révélait que les Français sont les plus pessimistes d’Europe. À la question leur demandant si la vie de leurs enfants serait meilleure ou pire que la leur, les Français répondaient notamment « pire » à 86 %, soit 30 points de plus que les Allemands.

Mais puisque les Français sont les moins travailleurs d’Europe, comment se fait-il surtout qu’ils soient les champions des grèves et des arrêts de travail ou les spécialistes de l’absentéisme, notamment dans la fonction publique ? Et comment se fait-il que nos concitoyens se situent parmi les champions du monde de la consommation d’antidépresseurs avec 50 cachets par jour pour 1 000 habitants. Si travailler moins c’est carburer au Prozac, la démonstration semble être établie que ce n’est pas vivre mieux. Cependant, je me garderai bien de soumettre ma copie à la correction au risque qu’elle soit classée politiquement très incorrecte.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Castets 24/06/2016 07:09

Bonjour Mr Boulogne,
Fervent adepte des différentes méthodes d'organisation du travail, je reste assis et perplexe devant le sujet offert à la réflexion de nos successeurs. Développer serait trop long, aussi me contenterai-je d'un constat personnel pour l'édification et la réflexion profonde des masses populaires défavorables à la transpiration rémunérée, la plus décrié puisque la sudation sportive est organisée, encadrée et forcément payante.
Avant ma retraite mon temps de travail, trajet non compris, était de 1833 heures/an, avec 30 jours de congés.
Depuis ma mise en retraite, sans trajet ni congés, mon temps travail annuel dévolu au domicile représente 3480 heures...
Je pense qu'il est urgent de former et d'éduquer les jeunes à la vraie vie, en dehors des adeptes de Diogène, d'ailleurs, on ne se souvient que de Diogène, pas de ses amis qui le nourrissait !
D'où le sujet pour 2017... La célébrité est-elle liée au travail ?
En hommage à toutes les bêtes de somme qui tirent la charrue leur vie durant tant que la charge n'est pas trop lourde !
Bonne journée, cordialement Cjj