Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Edouard Boulogne

1 ) Peter Sutherland, président de Golden Sachs qui veut annuler le Brexit. 2 ) L'immigration massive comme mode de gouvernement.
1 ) Peter Sutherland, président de Golden Sachs qui veut annuler le Brexit. 2 ) L'immigration massive comme mode de gouvernement.
1 ) Peter Sutherland, président de Golden Sachs qui veut annuler le Brexit. 2 ) L'immigration massive comme mode de gouvernement.

1 ) Peter Sutherland, président de Golden Sachs qui veut annuler le Brexit. 2 ) L'immigration massive comme mode de gouvernement.

Aaah ! Le Brexit fait le buzz, et nous rappelle comme la démocratie est profondément enraciné dans toutes les belles consciences occidentales. Oh oui, le peuple a parlé, le peuple britannique, certainement pas le plus inculte, le moins habitué en rites politiques affinés, le puceau en matière de dé-mo-cratie. On sait l'exemple qu'il a donné de 1940 à 1945 ( et même bien avant; Napoléon 1er pourrait en témoigner ).

Et pourtant, pourtant ! Le peuple anglais a parlé. Il n'a pas dit non à l'Europe. N'est-il pas l'un des plus vieux peuples d'Europe, et l'un des plus anciens peuples démocrates? D'une démocratie couronnée, il est vrai, ce qui oblige à des nuances et à une hiérarchisation obligée dans l'ordre des libertés dé-mo-cra-tiques, et des statuts divers de ce mode de gouvernement.

Il n'a pas dit NON à l'Europe de St-Bernard et de St-Thomas d'Aquin, de Roger et Francis Bacon, de Descartes, de Newton, de Shakespeare, de Corneille ( Pierre ) de Churchill et de de Gaulle.

Mais il a dit NON à l'Europe de la vassalisation à Washington, à l'Amérique des banques, des trusts, de Goldman Sachs, et de leurs valets de la Commission de Bruxelles, larves palotes et incultes, petits fonctionnaires tatillons, inconnus du populo dont nous sommes, petits rongeurs de nos valeurs les plus saintes, de nos corps, de nos âmes.

Quand Barrack Obama vint à Londres, il y a un mois pour dire aux Anglais, au nom de ses commanditaires, ce qu'il fallait voter, je devins attentif. Si les Anglais obéissent, pensai-je, c'est qu'ils sont aussi atteints dans leurs oeuvres vives que les peuples du continent, et d'abord du nôtre, énervé ( c-à-d coupé de ses nerfs ), châtré, estébécoué.

Le peuple britannique pourtant s'est secoué, ébroué, il a chassé ses mauvais esprits, : il a dit non à l'effacement, à l'évanouissement dans les fumées de Wall-Street, du silver, et du gold, du Goldmann-Sachs, et du pocket-money, sans oublier l'e-cash. Ce vieux peuple de réalistes ( « les Anglais sont des boutiquiers » disait Napoléon, qui se repentit d'un tel jugement, vrai, mais tellement incomplet ), a aussi engendré Shakespeare et Dickens, Woodworth, et Henry Purcell et Benjamin Britten, et Lord Nelson amiral de la flotte, et lord Wellington que ma conscience de Français oblige cependant à ne point trop louer.

Les Britanniques, dimanche ont dit NON à Barrack, NON à Golmann Sach.

Comme dans l'été 40 ils appellent à la résistance.

Dans l'Europe de la déchéance, les petits termites, verdâtres, pâlots, pâlichons des bureaux de la commission en oublient de creuser, saper, « taupiner », pour s'inquiéter de leur avenir soudain plus gris, plus incertain.

Mais les « parrains »déjà s'activent. On multiplie les pétitions pour réclamer un nouveau referendum qui annulerait le premier. Ah! Ces démocrates ! Sur LCI, des petits tâcherons de presse, ce midi remettaient en cause la légitimité même de ce genre de consultations populaires : les référendums ! Ah ! Ces démocrates.

Cela peut rappeler la chanson mille fois reprises, en Guadeloupe, par nos petites têtes de linottes, depuis le référendum de 2003, dont une certaine dame ne s'est jamais remise.

Sur le continent ( européen ) certaines scènes, renvoient les meilleurs scénarios du grand Molière au purgatoire des médiocrités. Songez? François Hollande appelant à bouter hors les murs Londres, et Elizabeth II. On peut en rire à sangloter, à s'en éclater la rate.

Sancho Pança se prenant pour Dartagnan ce poussah pour Athos. Rions car nous n'en avons pas tous les jours l'occasion en cet an IV de l'ère hollandiste.

Du même niveau cette déclaration d'un keum de Mediapart ( voir ci dessous ) : «Le Royaume-Uni va découvrir qu’il est une nation insignifiante». Mieux vaut lire cela pourtant que d'être aveugle. Mais il en est qui ont perdu le sens du ridicule, avec le sens commun.

 

Or les Anglais ne sont pas fous. Ni ceux des européens qui, de partout s'éveillent ou se réveillent, remettent en question le piège que les grippes-sous de Goldman S ( and co ) leur tendaient : celui de la fusion dans un magma informe, une soupe insane, « microbique » en diable, où la consommation des produits les plus débiles de la « modernité » transforme les plus doués en esclaves hébétés.

Où les peuples les plus anciens, structurés façonnés par les meilleurs esprits des générations successives, noyés par des migrants de toutes natures et de toutes origines deviennent des citoyens lambda sans talents, sans couleurs, sans âme comme dans le roman d'Huxley ( Brave New World ).

( cf le troisième article du dossier qui suit ).

L'Europe, la seule que nous devons vouloir, est celle qu'avaient voulu les fondateurs, et de Gaulle en particulier : une Europe des nations, une Europe des Etats et non une Europe fédérale. Une Erurope qui tout en demeurant ouvertes aux autres n'a pas l'intention de se laisser dissoudre ans dans un magma insane de peuplades migrantes, disparates, qui aboutirait à un patchwork insane et invivable, baptisé « multiculturel » par les plus incultes acéphales de la « modernité »

Mes amis, laissons clabauder, aboyer, les chiens de garde de la médiocratie, laissons les morts enterrer les morts.

Ne craignons pas de nous opposer, de nous séparer.

Gaudeamus igitur ( réjouissons nous ).https://www.youtube.com/watch?v=aLUKfU2AOBY

 

Le Scrutateur.

 

I ) Un point de vue, dans Mediapart.

 

Mediapart : ( https://www.mediapart.fr/journal/international/250616/paul-copeland-le-royaume-uni-va-decouvrir-qu-il-est-une-nation-insignifiante?utm_source=article_offert&utm_medium=email&utm_campaign=article_offert&xtor=EPR-1013 )

Paul Copeland: «Le Royaume-Uni va découvrir qu’il est une nation insignifiante»

* « Êtes-vous d’accord avec tous ceux qui disent que ce résultat représente un bouleversement considérable pour le pays ?

Oui, c’est un changement monumental pour le Royaume-Uni. Il dessine deux perspectives : le première, c’est une récession historique qui risque d’atteindre le pays ; la seconde, c’est que le futur du Royaume-Uni est véritablement dans la balance. Le résultat de ce référendum, c’est une double désunification : celle de l’Union européenne et celle du Royaume-Uni.

 

** Peut-on imaginer qu’avec la division qui s’est manifestée entre l’Écosse et l’Irlande du Nord, très favorables au maintien dans l’Union européenne, et l’Angleterre et le Pays de Galles, défavorables, le Royaume-Uni tel qu’il existe depuis près d’un siècle, ne soit plus dès 2020 ?

C’est en effet une très forte possibilité. La situation de l’Irlande du Nord est plus complexe, mais pour ce qui est de l’Écosse, je pense qu’elle va quitter le Royaume-Uni. Le démantèlement du Royaume-Uni est une vraie réalité. Si je devais parier, je miserais mon argent là-dessus. Lors du référendum sur l’indépendance de l’Écosse en 2014, certains ont évoqué la probabilité d’un « neverendum » (jeu de mots sur never end : jamais terminé, et référendum, autrement dit un référendum qui reviendrait sans cesse jusqu’à ce que l’indépendance soit obtenue).

Ce qui est en jeu maintenant pour l’Écosse, c’est la relation que le pays entend nouer avec l’Union européenne : comment est-ce que le pays adhère, à quelles conditions, quand ? La vraie question sous-jacente, c’est l’acceptation ou non de l’euro. Beaucoup d’Écossais nationalistes, même favorables à l’UE, restent très attachés à la livre sterling ».

 

II ) Le président de Goldman Sachs, Peter Sutherland, annonce qu’il va falloir annuler le Brexit « d’une façon ou d’une autre »

 

( https://www.upr.fr/actualite/europe/president-de-goldman-sachs-annonce-qu-il-va-falloir-annuler-brexit )

 

L’ancien Commissaire européen à la concurrence, ancien directeur général de l’OMC, actuel président de l’European Policy Center et actuel président de Goldman Sachs International a diffusé le tweet suivant suite à la victoire du Brexit au référendum britannique :

« La jeune génération au Royaume-Uni a été sacrifiée, tout ça à cause d’une déformation des faits et des conséquences. D’une façon ou d’une autre, ce résultat doit être annulé. »

RAPPELS SUR PETER SUTHERLAND

Extrait de la notice Wikipedia de Peter Sutherland

Peter Sutherland, né le 25 avril 1946 à Foxrock dans le comté de Dun Laoghaire-Rathdown, est une personnalité des affaires et un homme politique irlandais.
 
Il est président de l’European Policy Centre, de Goldman Sachs International (depuis 1995), de BP (British Petroleum) (1997-2009), et aussi de la section Europe de la Commission Trilatérale (2001-2010). Il est aussi directeur non exécutif de la Royal Bank of Scotland.
 
De 1985 à 1989, il a été en poste à Bruxelles en tant que commissaire responsable de la politique de concurrence. Entre 1989 et 1993, Peter Sutherland a été président de Allied Irish Banks. Il fut directeur général du GATT et de l’OMC de 1993 à 1995.
 
Peter Sutherland est aussi le représentant honoraire pour l’Union européenne du Transatlantic Policy Network.
 
Dans sa fonction comme envoyé spécial des Nations Unies Peter Sutherland a proposé aux États de l’Union européenne de « miner » ou « affaiblir leur homogénéité nationale ».

Source : http://www.bbc.com/news/uk-politics-18519395 ]

Il a été membre du comité directeur du groupe Bilderberg.

 

III ) Complot secret visant à faire entrer 50 millions d’immigrés africains en Europe.

 

( Complot? Lobbying? Je conserve le terme utilisé par le site où a paru cet article. LS ).

 

( http://www.nouvelordremondial.cc/2015/06/21/complot-secret-visant-a-faire-entrer-50-millions-dimmigres-africains-en-europe/ )

 

Plus de 50 millions de « travailleurs » africains vont être invités à venir en Europe dans le cadre d’un accord secret en matière d’immigration, révèle le Daily Express.

Une agence pour l’emploi controversée, payée avec l’argent des contribuables, a ouvert ses portes cette semaine au Mali. Et il ne s’agit là que de la première étape d’un plan visant à favoriser la libre circulation des personnes en Afrique et au sein de l’UE.

Les économistes de Bruxelles déclarent que la Grande-Bretagne et d’autres États de l’UE devront accueillir 56 millions de travailleurs immigrés d’ici à 2050 pour compenser le déclin démographique dû à une baisse de la natalité et à une hausse de taux de mortalité dans l’ensemble de l’Europe.

Le rapport, publié par Eurostat, prévient que l’Europe pourrait avoir besoin d’un grand nombre d’immigrés pour compenser ce nombre insuffisant dans deux ans, si elle veut financer les retraites et le système de santé de sa population vieillissante.

« Les pays à faible taux de fécondité pourraient avoir besoin d’un nombre important d’immigrés dans les décennies à venir, s’ils veulent maintenir la population en âge de travailler à son niveau actuel. Disposer d’une population suffisante en âge de travailler est vital en termes d’économie et de recettes fiscales » poursuit le rapport.

Ce rapport, dont l’auteur [n’est autre que] la députée européenne Françoise Castex, souligne que les immigrés doivent bénéficier de droits juridiques et d’un accès aux aides, notamment aux prestations sociales.

« Il est urgent que les États membres aient une approche apaisée de l’immigration et disent « oui », nous avons besoin de l’immigration…il ne s’agit pas d’une évolution nouvelle, nous devons l’accepter » a déclaré Mme Castex.

Parmi les propositions contenues dans le rapport figure la création d’un système de « carte bleue », sur le modèle de la carte verte américaine, qui prévoit d’accorder aux immigrés des permis de travail et des droits sociaux.

Les titulaires de cette « carte bleue » seraient autorisés à circuler librement au sein de l’UE, et à s’installer dans n’importe lequel des 27 États membres.
La nuit dernière, Sir Andrew Green, de MigrationWatchUK, a estimé que l’Angleterre, ainsi que la Hollande, était déjà le pays le plus peuplé d’Europe.

« En l’état actuel des choses, nous devons construire l’équivalent de sept villes de la taille de Birmingham dans les 25 ans pour accueillir ces immigrés, selon les prévisions des autorités. Une fois de plus, la politique « du même pour tous » de l’UE se traduit par des aberrations. Il serait ridicule d’appliquer ces propositions à la Grande-Bretagne. Les autorités doivent s’assurer que ces permis de travail ne seront pas valides au Royaume-Uni. Au regard des perspectives de récession, la dernière chose dont nous ayons besoin, c’est bien d’une immigration encore plus importante » a-t-il ajouté.

Nigel Farage, chef du parti pour l’indépendance du Royaume-Uni, a qualifié cette approche de « scandaleuse ». « Plus vite la Grande-Bretagne mènera une politique de contrôle de l’immigration, mieux ce sera » a-t-il estimé.

Ces propositions, qui s’inscrivent dans le cadre du partenariat Afrique-Europe signé en décembre dernier, mettent également en garde contre les effets négatifs d’une immigration massive et préconisent « une meilleure intégration des immigrés africains. »

Le rapport prône également une approche compatissante envers les huit millions d’immigrés illégaux qui vivent d’ores et déjà en Europe.

« Les immigrés illégaux ne doivent pas être traités comme des criminels. Nombre d’entre eux risquent leur vie dans leur quête de liberté ou de moyens de subsistance en Europe. Tant que le niveau de vie au sein de l’UE sera supérieur à celui des pays du sud et de l’est, cette tentation de venir vivre en Europe subsistera, surtout s’il y a des emplois à prendre » souligne le rapport.

Celui-ci estime par ailleurs nécessaire que l’Union européenne aide les autorités africaines à mettre en place des points d’information sur l’immigration « afin de mieux gérer la mobilité de l’emploi entre l’Afrique et l’UE ».

Cela s’est traduit, lundi dernier, par l’ouverture à Bamako, capitale du Mali, d’une agence pour l’emploi. D’autres agences sont appelées à voir le jour dans d’autres pays africains et ultérieurement en Afrique-du-Nord. (…)

Le président français, Nicolas Sarkozy, souhaite mettre en œuvre un plan européen en matière d’immigration avant la fin de la présidence française du Conseil de l’UE à la fin de l’année.

Le ministre français de l’immigration, Brice Hortefeux, a représenté les 27 États membres de l’UE lors de la tournée qu’il a effectuée en Afrique de l’ouest en vue de définir une stratégie en la matière.

La nuit dernière, le ministère de l’Intérieur a déclaré que le Royaume-Uni n’était pas concerné par ce plan européen. (…)

Cette initiative viserait à favoriser les voies de l’immigration légale au sein de l’espace Schengen, dont le Royaume-Uni a choisi de ne pas faire partie.

 

Commenter cet article

Louis de Poméranie 09/08/2016 16:49

Trop forts, les grands démocrates qui nous donnent à méditer tous les jours sur l'intérêt de perdre son âme pour gagner l'univers.

Henri Andheult 28/06/2016 16:56

Comme chacun sait, Goldman Sachs est un modèle de vertu - en démocratie comme en d'autres choses - comme il l'a prouvé dans de nombreux scandales financiers et en particulier dans l'affaire dite des "subprimes". « Comme quoi plus on sent mauvais, plus on se sent une âme de parfumeur », dirait l'oncle Eusèbe.

JG 28/06/2016 11:56

L'avocat du diable vous dira que le référendum en grande Bretagne ne regarde qu'eux!
Si Cameron ne fait aucune démarche vers l'U.E ,il n'y a pas de Brexit!Amusant non?Alors,que faisons nous?Marchandages occultes pour une durée indéterminée?