Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Edouard Boulogne

Gaston Monnerville chez Bernard Pivot, ( 1975 ) sur le racisme et la France.
Gaston Monnerville chez Bernard Pivot, ( 1975 ) sur le racisme et la France.
Gaston Monnerville chez Bernard Pivot, ( 1975 ) sur le racisme et la France.

On ne présente pas Gaston Monnerville. Pour les plus jeunes qui pourraient avoir quelques hésitations ( l'enseignement de l'histoire étant aujourd'hui ce qu'il est ) ils pourront taper son nom dans l'onglet Recherche du Scrutateur, tout en haut, à droite, de la page d'accueil.

Le lien ci-dessous avec une émission Apostrophes de Bernard Pivot, est particulièrement intéressant. On l'y voit, et surtout entend, en compagnie d'Angela Davis, de quelques précurseurs de la démolition de la France, et aussi de Roger Garaudy, qui fut l'homme de la censure du parti communiste français, à l'heure du Stalinisme le plus virulent.

Honneur à Gaston Monnerville.

 

Le Scrutateur.

 

https://www.youtube.com/watch?v=sF6fPoBszIk

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ch.Etzol 31/05/2016 03:43

Bien que la totalité de l'émission ne puisse être écoutée faute de son, l'attitude des interlocuteurs d'un Gaston Monnerville, très à l'aise sur ces questions, illustre ce que Pascal Bruckner appelle "le sanglot de l'homme blanc".
Le terme d'ancêtre ne doit-il être compris que dans un sens strictement biologique (ce qui s'apparenterait alors à une forme de racisme,justement) ?
Ou s'agit- il plutôt d'un HERITAGE, par l'histoire d'une nation, que nous recevons en naissant ?
Ainsi, nous devrions accepter pour unique ancêtre, une hypothétique Eve universelle, sur la foi de quelques ossements de singe d'Afrique australe... mais nous ne saurions nous reconnaître, ensembles, héritiers d'une civilisation bimillénaire, transmise par une nation, elle-même colonisée, à son avantage, dans son histoire.
Mais dans laquelle s'est épanouie la fleur de l'Incarnation divine, lui apportant l'Espérance, si belle, qu'elle ne pouvait qu'être connue et reconnue de tous.
Ainsi M. Monnerville évoque-t-il l'idée de mission et parle-t-il de Jules Ferry qui en serait alors, encore, un... héritier ?

Un autre lieu commun, souvent répandu dans une certaine bien-pensance, c'est l'idée que tout ce qui a précédé la colonisation occidentale avait atteint un état de perfection,insurpassable; une sorte d'éden que l'homme blanc aurait violenté; et qui,pour le moins, exigeait le respect, au nom de la différence.
Peut - on considérer, dans un usage impropre et réducteur du mot, que tout ensemble d'us et coutumes constitue une civilisation ? N'aurions- nous pas droit d'inventaire et de comparaison?

La lecture des écrits d'époque sur ce que trouvèrent les colonisateurs est édifiante,mais confirmée,par exemple, par la découverte des corps intacts d'une adolescente et 2 enfants ligotés, et drogués, qui avaient été enterrés vivants dans les cendres d'un volcan d'Amérique latine; comme ailleurs, nombreux rituels de sacrifices humains.
Et que penser de l'excision? Ou de l'obligation pour une femme de brûler sur le bûcher funéraire de son mari décédé?
Pour revenir au bel aujourd'hui, que dire d''une "civilisation" qui rend esclave au Soudan parce que chrétien,qui brûle vif un enfant de 12 ans parce que chrétien? (quelle que soit la couleur)
Jugera -t-on comme atteinte à une civilisation toute intervention qui arrêterait par la force les exactions de l'état islamique ?
Certes, l'histoire de l'Occident, dont celle de la France, n'est pas exempte de tragédies humaines, mais du moins se fondait - elle sur des valeurs spirituelles inspirées d'un Evangile permettant la critique et l'autocritique,la remise en question et la condamnation
Et si certains ne furent pas fidèles à la Parole,les Missionnaires ne manquèrent pas à la tâche.

Le danger est maintenant de se laisser enfermer dans une culpabilisation permanente,par le biais de l'antiracisme,de la décolonisation,etc, etc, air bien connu du parti de l'anti France !