Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Ce que révèle l'élection de Sadiq Khan à la mairie de Londres

Un musulman, maire de Londres. On le dit modéré. Ce serait souhaitable. On verra. En attendant c'est l'essayiste française, Laetitia Strauch-Bonnart habitant à Londres qui tente de décrypter pour le Figarovox la personnalité et la victoire du nouveau maire de Londres, Sadiq Khan :


 


 
"Sadiq Khan, candidat travailliste à la mairie de Londres est devenu le premier maire musulman d'une grande capitale occidental. Cela est-il un symbole important en Grande-Bretagne?
Laetitia Strauch Bonnart: Cette victoire reflète le profond changement démographique qui s'est opéré en Grande-Bretagne et surtout à Londres depuis les dernières décennies, puisque les musulmans représentent aujourd'hui 12,4% de la population de la capitale, une proportion qui croît d'ailleurs bien plus vite que celle des autres communautés.
Cependant, le fait même de se concentrer sur l'identité religieuse de Khan pose problème: c'est réduire la politique à une «politique d'identités», où l'origine et l'appartenance comptent davantage que les programmes politiques. C'est aussi penser que les électeurs se déterminent en fonction de ces identités, alors que la victoire de Khan a certainement d'autres facteurs, à commencer par la faiblesse de son principal opposant conservateur, Zac Goldsmith. En réalité, dans les derniers mois, la focalisation du débat électoral sur les questions d'origine, voulue ou non, a empêché d'évoquer les vraies questions importantes pour la ville, à commencer par l'immobilier et le manque criant de logements pour une population en constante croissante. Aucun des candidats principaux, que ce soit Khan ou Goldsmith, n'a proposé le semblant d'une solution crédible à ce sujet!
Sadiq Khan est le fils d'un conducteur de bus pakistanais. Ses origines culturelles et sa religion ont-elles joué un rôle dans cette élection? Lequel?
En effet, elles ont joué un rôle, même s'il reste difficile à quantifier. Il est impossible de ne pas être sensible à l'histoire de Khan, qu'on partage ou non ses idées: fils d'un conducteur de bus pakistanais, il a grandi dans une council house (un HLM) et fait son chemin dans l'école d'Etat, gratuite, jusqu'à devenir avocat spécialiste des droits de l'homme. Sa «success story» est exemplaire. Ensuite, la campagne de Khan a elle-même énormément mis l'accent non seulement sur son origine sociale, mais aussi religieuse. Ses prospectus ont parfaitement joué sur ce registre, et ont fait pleurer dans les chaumières comme il se doit. Et je dis cela sans condescendance: je suis la première, à la vue de ces prospectus, à avoir admiré le parcours et l'homme, et senti la force de la méritocratie à l'œuvre… [...]
Sadiq Khan a été accusé d'affinité avec les islamistes. Est-ce le cas? Ce soupçon a-t-il pu jouer en sa défaveur?
Il est très difficile de répondre à cette question. Les activités professionnelles de Khan - il était avocat spécialiste des droits de l'homme - l'ont, dit-il, mené à côtoyé des représentants de l'islam radical, voire à dialoguer avec eux lors de débats. Mais comment distinguer ses obligations professionnelles d'une possible tolérance indue?
On observe surtout un changement d'attitude depuis dix ans. En 2004, il a par exemple participé, en tant que candidat à la députation pour le Labour, à une conférence avec cinq extrémistes islamistes, organisée par Friends of Al-Aqsa, un groupe pro-palestinien qui a publié des travaux du révisionniste (selon les termes du Guardian) Paul Eisen. A cet événement, les femmes devaient emprunter une entrée distincte des hommes! La même année, président des affaires juridiques du Muslim Council of Britain, il a participé à la défense de l'intellectuel musulman Dr Yusuf Al-Qaradawi [voir ici qui est ce charmant personnage - NDMB] et nié le fait que celui-ci soit un extrémiste. Il est pourtant l'auteur d'un livre, The Lawful and Prohibited in Islam, où il justifie la violence domestique à l'égard des femmes et soutient les opérations martyres contre les Israéliens.
Cependant, pendant la campagne électorale, Khan n'a cessé de condamner l'extrémisme, et demandé la suspension de Livingstone après ses remarques antisémites. Il est aussi haï par certains radicaux car il soutient le mariage gay. Ce changement d'attitude est-il pure tactique ou est-il sincère? Inversement, sa supposée proximité ancienne avec certains radicaux était-elle sincère, où là encore tactique? Dans tous les cas, je ne crois pas que Khan cautionne l'extrémisme. En revanche, il représente une voix assez commune à gauche - surtout dans ce que j'appelle «la gauche du ressentiment» représentée par Corbyn, que Khan a d'ailleurs soutenu en septembre dernier pour son élection à la tête du Labour: celle qui consiste à expliquer les attitudes des extrémistes et des terroristes par la seule et unique faute de l'Occident. Ainsi en 2006, élu député, Khan était l'un des signataires d'une lettre au Guardian qui attribuait la responsabilité des attentats terroristes - comme celui du 7 juillet 2005 à Londres - à la politique étrangère britannique, notamment son soutient à Israël. Cette position et l'ambiguïté passée de Khan ont forcément créé un soupçon en sa défaveur."[...]

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

castets 08/05/2016 07:12

Bonjour Mr Boulogne,
Déjà appliqué chez nous dans quelques municipalités, sans que les médias ne grimpent au rideau ! Ce qui me choque dans cette médiatisation, c'est la mise en avant de sa condition de musulman plus que de la réussite, comme l'ont connu de nombreux acteurs politiques chez nous au cours de l'Histoire des migrations.
Dans le cas présent, avec notre parcours historique, si le Maire de Paris devait être musulman, il faut espérer que ne jaillirait de ces actions que la laïcité et que d'ici là, à la lumière de cette élection de Londres, nos législateurs enfermeront très vite l'islam dans le cadre de la loi de 1905, ce qui n'est pas le cas actuellement, ( trop de dérogations) ; l'islam est avant tout politique avant de démontrer le religieux dans cette mouvance complexe, ce qui devrait alerter en urgence nos "républicains" hors du temps...
L'islam et ses différents courants contraires peut-il se fondre dans le moule républicain sans transpirer et sans convertir l'environnement dès que les quotas seront inversés ?
Bonne journée, cordialement Cjj

Edouard Boulogne 08/05/2016 12:44

Très justes, et très utiles remarques, cher M. Castets