Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Photo des amis du Scrutateur dans un meeting de 1984. Photo Guadeloupe 2000. 2 ) Photo d'artiste.
Photo des amis du Scrutateur dans un meeting de 1984. Photo Guadeloupe 2000. 2 ) Photo d'artiste.

Photo des amis du Scrutateur dans un meeting de 1984. Photo Guadeloupe 2000. 2 ) Photo d'artiste.

Dans l'article de ce matin j'étais embarrassé. Le 25 avril me disait quelque chose. Mais quoi? Le malaise était perceptible. Je rédigeai mon article dans le brouillard, mais malgré tout, comme Fausto Coppi dans une célèbre étape du tour de France de 1951, accablé par la défaillance poursuivit cependant son parcours entre douleurs et sueur jusqu'à l'arrivée, j'allai jusqu'à la conclusion de l'article. « Un Coppi n'abandonne pas ». D'autant que son soigneur, le célèbre Cavana l'assista, presque...maternellement jusqu'au bout, et que les tifosi chantèrent les louanges du campionissimo sans désemparer ( Ah la grande époque, une époque que les moins de cinquante ans ne peuvent pas connaître ! ).

Moi non plus mes...lecteurs ne m'ont pas abandonné.

L'un d'entre eux vient de m'écrire : « Bonjour, Une indiscrétion me dit que c'est aujourd'hui une date spéciale pour vous! Bon anniversaire! Cordialement »

Bien plus tôt j'avais eu toute le clef de l'affaire, par de nombreux amis, par emails, et par facebook.

Une certaine CLE me dit : « Un jour qui conserve du sens : bon anniversaire !!!

C'est aussi le même jour que la naissance de St Louis, il me semble...à quelques siècles près. Encore merci,malgré toutes les difficultés, de persévérer en publiant de très beaux textes et pensées.  Le dernier, que je viens de lire sur le scrutateur, me tient beaucoup à coeur, car il a toujours exprimé pour moi,le contraire de l'impression que j'ai eue en lisant le livre de J. Raspail. La volonté de construire, même quand tout parait se défaire et que l'angoisse est là. On regrette alors de n'avoir pas ( ou pas suffisamment) compris tous les signes et pris conscience des dangers, du laisser-aller ou de la démission. ( …... ) ».

Ainsi LS serait cousin de Louis IX, plus connu sous le nom de …. Saint Louis; du moins par le calendrier, même si l'on espère qu'il l'est même un tout petit peu ( comme Don Camillo le dit du plomb dont il avait lardé le … ( censuré ) de Peepone « du tout petit plomb, Seigneur ! » ).

Et de fait Louis IX est né le 25 avril 1214.

Un autre lecteur m'envoie une belle orchidée de son jardin, photographié à mon intention.

Un autre me traite encore, élogieusement de « stakhanoviste du clavier ».

Et encore, et encore,merci à tous, du Scrutateur et de facebook.

 

2 ) J'en veux citer encore un, dont l'envoi m'a touché même s'il a blessé mon humilité qui est grande ( tous mes anciens élèves pourraient en témoigner. PSC )

Voici :

« Texte qui aurait pu être inspiré à son auteur par notre jeune scrutateur.
Amitiés
Louis

 

La jeunesse n'est pas une période de la vie.
Elle est un état d'esprit, un effet de la volonté.
Une intensité émotive, une victoire du courage sur
la timidité, du goût de l'aventure sur l'amour du confort.

On ne devient pas vieux pour avoir vécu
un certain nombre d'années;
on devient vieux parce qu'on a déserté son idéal.
Les années rident la peau, renoncer à son idéal,
ride l'âme.

Les préoccupations, les doutes, les craintes,
les désespoirs sont les ennemis qui lentement
 vous font pencher vers la terre et devenir
 poussière avant la mort.

Jeune est celui qui s'étonne et s'émerveille,
 il demande comme l'enfant insatiable:
 et après ?
 Il délie les événements et trouve de la joie
 au jeu de la vie.

Vous êtes aussi jeune que votre foi,
 aussi vieux que votre doute,
 aussi jeune que votre confiance en vous-même,
 aussi jeune que votre espoir,
 aussi vieux que votre abattement.

Vous resterez jeune:
 tant que vous resterez réceptif;
 réceptif à ce qui est beau, bon, et grand;
 réceptif aux messages de la nature
 de l'homme et de l'infini.

Si un jour votre cœur allait être mordu
 par le pessimisme et rongé par le cynisme,
 puisse Dieu avoir pitié de votre âme de vieillard.

                   

Général MacArthur

 

Voilà donc comment ce conclut cette journée du 25 avril 2016, moins brumeuse qu'elle n'avait commencée.

Nous allons essayer de continuer ce travail qui est aussi une joie, sans aucune référence, naturellement à la trop célèbre pancarte par laquelle une bande sinistre de salauds organisés, accueillait ses victimes dans un trop célèbre camp, sis alors en Pologne, durant les dures années 1942 à 1945.

 

Le Scrutateur.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article