Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Les petits c …. de Sciences-Po-Paris  militent pour l'islamisme et contre les femmes.

Avant-hier sur LCI j'écoutais le reportage consacré à « l'évènement du jour » : la militance active d'une troupe vociférante de petits C.. et de petites C....d'une école qui fut prestigieuse : Sciences-Po de Paris.

Ces petits c... ( en fait il faudrait dire niais et...niaises, gniiiaaaais ! ) prétendaient défendre le droit des filles à l'université de porter la burqa, au nom bien entendu du droit de chacun à faire ce qui lui plait dans un pays libre.

J'ai vite compris, c'était visible à l'oeil nu, que ces petits étaient tous ou presque, venus tout droit d'un ghetto bien connu ( https://www.youtube.com/watch?v=L1N3WXZ_1LM ), engoncés dans un snobisme de fort mauvais genre, toujours soucieux d'être à la dernière mode, même la plus inepte et la plus dangereuse.

Bien entendu, il y avait dans le studio de LCI quelques « adultes », triés sur le volet, abondant dans le sens de la jeune engeance. Parmi eux, un communiste d'environ soixante ans qui donc a bien connu – et est donc impardonnable - le PCF à l'époque ou Georges Marchais régnait sur LE Parti, soumis à l'URSS totalitaire. Le cynisme de ces défenseurs des libertés est donc sans mesure.

A ces petits péteux, à ces petites pétasses je voudrais faire une proposition. Demoiselles et damoiseaux, pourquoi ne constitueriez vous pas une délégation auprès du roi d'Arabie Saoudite pour lui demander, au nom de la liberté...celle pour pour les filles arabes de ne pas porter la burqa en Arabie.

Mais auparavant, petits camarades, assurez vous bien, avant de partir, de la possibilité de retour en France, et intacts, surtout pour les militantes de sciences-po.

Par charité pour ces inconscients juvéniles, je leur recommande aussi, avant le départ la lecture du livre d'Adonis : Violence et Islam ( Seuil ).

Adonis est le pseudonyme d'Ali Ahmed Saïd Esber qui publie ce livre en harmonie avec Houria Abdelouahed.

J'en distingue cette page. Elle pourrait ouvrir les yeux à certaines petites pétasses :

 

«  ….. A : Pire. Le masculin devient le symbole de Dieu. Il est le roi, le calife sur terre. Et la femme est sa propriété.

 

H: Le Texte dit:

«Vos femmes sont pour vous un champ de labour [harth] : allez à votre champ comme vous le voudrez1.» ( 1. Coran 2:223 )

 

A : Et puisqu'elle est harth (champ de labour), elle n'existe que pour engendrer. Toute sa féminité, toute sa dimension révolutionnaire, toute sa beauté comme élément essentiel de l'existence, voire du cosmos, sont appelées à s'éclipser ou à disparaître.

 

H : Un autre verset dit :

 

« Si elles montrent une indocilité ; reléguez-les dans des chambres à part et battez-les '. »Sans parler de ma malakat al-yamîn, littéralement : « ce que l'homme possède». Il est dit:

« Épousez comme il vous plaira, deux, trois ou quatre femmes. [...] ou vos captives de guerre2. »

Je rappelle que «épousez» est une traduction du verbe inkahâ, qui signifie «prenez-les» au sens sexuel. On peut traduire par: «Possédez-les comme il vous plaira... »

 

Vous voici prévenus p'tits c.. et c...! Vous voici libres de partir.

Quant à revenir ? !

 

Le Scrutateur. 

 

PS : Si par hasard, vous lisiez ce texte à haute voix, n'hésitez pas à accentuer fortement sur p'tits Cooons, et p'tites C... Euuuh ! repekté fanms Fwans. ( Quoi? Ah oui et Fanms GUADA. Tchiiiip ! ).

 

Les petits c …. de Sciences-Po-Paris  militent pour l'islamisme et contre les femmes.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
O
Mais vous dites vraiment que de la merde, aucune information sérieuse (la plupart de ces jeunes viennent de province), et des stigmates à en vomir (des passages comme ça du Coran y en a des équivalents dans la Bible). Bien sûr qu'il y a des endroits où le voile est imposé aux femmes mais il y a aussi des femmes qui le choisissent comme les soeurs catholiques choisissent de le porter ! Je me demande pour qui vous vous prenez pour insulter les gens comme ça, votre regard haineux et étriqué n'amène à rien, et à Sciences Po au moins on apprend à respecter les autres et la diversité, et à se faire un avis informé, c'est une école avec ses qualités et ses défauts comme toutes les autres. Cordialement.
Répondre
R
c'est ce que Staline appelait les idiots utiles
Répondre
C
Bonjour Mr Boulogne,
D'après Bourdin, et la mère d'un petit génie, ce serait un non événement, simplement monté en épingle via internet et fesse de bouc. Des statistiques démontreraient qu'une seule petite poignée animerait ce groupuscule agissant ! La majorité, silencieuse comme d'habitude , ne met en lumière que la connerie passive du Groupe de nos futures Elites, inquiétantes pour l'avenir de la France de laisser survivre de telles indioties en détournant le regard. Votre proposition est excellente cher Scrutateur... Sciences Popo ne pourra survivre dans ce magma mondialiste qu'après psychanalyse aboutie ! La Liberté, finalement, devrait se mériter.
Bonne journée, cordialement Cjj
Répondre
L
L'article "Hijab day à Sciences po : plus c'est con, plus ça fait du buzz" (sur le site NOVOPRESS qu'il suffit de consulter) se termine par le paragraphe suivant : « Frédéric Mion, le direction de l’Institut d’études politiques de la rue Saint-Guillaume, a dû goûter cette provocation tellement parisienne : il était auparavant secrétaire général de Canal +. Bref, comme dit Alice, c’était « cool ». S’il manquait une preuve de l’échec absolu de l’Education nationale à former les jeunes Français, on l’a eue. » On ne saurait mieux résumer la situation.
Répondre
L
Eh oui ! Sciences popo est retombé au stade sadique anal, et n'osant promouvoir la journée du popo ou du pipi, les futures élites de la France tombée très bas s'en donnent à cœur joie pour faire leurs petits besoins partout où l'envie leur prend. Aujourd'hui, c'est sur l'image de la femme dans le monde moderne, demain ce sera peut-être sur le paillasson, ou sur le tapis. Tout ça pour attirer l'attention de papa et maman qui n'ont pas su s'occuper d'eux, trop occupés eux-mêmes à répandre urbi et orbi les miasmes de mai 68.
Répondre