Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

1 ) Yves Thréard.  2 ) Hollande et les vavhes à lait.
1 ) Yves Thréard.  2 ) Hollande et les vavhes à lait.

1 ) Yves Thréard. 2 ) Hollande et les vavhes à lait.

L'article d'Yves Thréard est très édifiant. Normalement la réélection de François Hollande en 2017 devrait relever de la fiction pure et simple. Cependant rien n'est jamais sûr. Hollande peut encore compter sur certains atouts :

1 ) Les divisions de la droite, qui d'une part est actuellement d'abord préoccupée par les fameuses « primaires » ( une invention de la gauche pour mieux diviser ses adversaires. Hollande et Valls ne veulent d'ailleurs pas en entendre parler pour la gauche malgré leur échec cuisant à la tête du pays ) qui laisseront des cicatrices cuisantes entre les actuels candidats, de jour en jour plus nombreux.

2 ) Egalement l'obstination à interdire toute alliance ou compromis avec le FN considéré comme extrêmiste, malgré la « dédiabolisation » entreprise par l'actuelle équipe dirigeante ( qui elle-même se complait dans son rôle « d'unique » recours ). Un FN qui représente tout de même près de 30% de l'électorat. Une si grande partie du peuple peut-elle être mise hors-jeu du débat électoral sans déni démocratique?

3 ) Enfin la très probable union de la gauche au deuxième tour, malgré les velléités actuelles de protestation à la gauche de la gauche. J'écoutais ce midi, les imprécations de Mélenchon sur France Inter.

Mais notre imprécateur rentrera à la niche tôt ou tard, tant le désir de garder le contrôle de la vache à lait qu'est devenue la France pour ces gens-là, est impérieux.

Ici, nous garderons notre liberté d'analyse et notre refus de donner dans ce « purisme » idéologique qui disperse les forces au profit des gardiens du TRESOR. Un trésor qui s'amenuise pourtant de jour en jour, annonciateur de faillite.

 

Le Scrutateur.

 

______________________________________________________________________

 

 

A l'heure des comptes.

 

Publié le 03/04/2016 à 20h37 dans Le Figaro.

L'éditorial d'Yves Thréard

Les habitants d'Île-de-France savaient-ils que leurs impôts locaux servaient à financer le séjour d'une importante délégation du conseil régional au Festival de Cannes? 23 personnes étaient sur la Croisette en mai 2015, pour une facture de 258 000 euros. On ignore si, pour ce prix-là, le champagne était compris!

À elle seule, cette histoire résume la folie des grandeurs des élus socialistes qui gouvernaient 21 de nos 22 régions métropolitaines jusqu'en décembre dernier. De Rhône-Alpes aux Pays de la Loire, l'ampleur de la gabegie est édifiante. L'argent jeté par les fenêtres a surtout permis l'embauche inconsidérée de nouveaux fonctionnaires et la distribution de confortables subventions à des associations «amies». Bref, c'était la vie de château dans ces fiefs où régnaient favoritisme et clientélisme.

Au lieu de s'attaquer à leur redécoupage, c'est aux scandaleuses dépenses des régions que François Hollande aurait dû se consacrer. Le président de la République a encore une fois tenté de maquiller la réalité par une réforme aux effets contestables. Chacun sait que celle-ci ne dégagera pas les 10 à 12 milliards d'économies annoncées. Pareille somme peut, en revanche, être atteinte grâce à une gestion rigoureuse, assurée pour le seul profit des administrés.

Il est vrai que le chef de l'État n'a jamais fait grand cas de l'argent des Français qu'il se plaît à matraquer fiscalement. Quand il dirigeait la Corrèze, de 2008 à 2012, il l'avait hissée au rang du département le plus endetté. Et depuis qu'il est à l'Élysée, l'endettement de notre pays n'a jamais été aussi important. L'un des plus élevés d'Europe. En dépit des promesses, les dépenses publiques vont toujours bon train. Les «cadeaux» se multiplient même à l'approche de l'élection présidentielle, comme en témoigne la récente augmentation du point d'indice des fonctionnaires.

À l'heure des comptes, en 2017, le bilan sera pire encore que celui dressé aujourd'hui dans les régions: catastrophique pour un résultat nul.

Cet article est publié dans l'édition du Figaro du 04/04/2016.

Yves Thréard

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article