Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Un homme politique peu ordinaire comme on en aimerait davantage : Bruno-Nestor AZEROT
Un homme politique peu ordinaire comme on en aimerait davantage : Bruno-Nestor AZEROT

Depuis qu'une certaine idéologie nihiliste a fini par infiltrer les partis politiques « dominants » au point de rendre presque interchangeables « la gauche » et la « droite » ( dites classiques ) l'électorat désabusé flotte et semble de plus en plus tenté par l'abstention et le repli sur soi.

Situation dangereuse.

Un jeune lecteur, sur facebook, m'interpelle et me dit que c'est le peuple qui détient les solutions. « Vox populi, vox Dei » disait Saint Thomas d'Aquin.

Position sympathique, mais juvénile et insuffisante ( celle du jeune homme, pas celle de Saint Thomas! ).

Car un certain bon sens populaire peut retenir devant les extravagances malhonnêtes des politichiens, comme disait de Gaulle, il ne saurait suffire à nous rassurer, car les peuples ont besoin d'être gardés contre les aventuriers et les démagogues.

D'où l'importance, aux yeux du rédacteur de ce blog, des entreprises culturelles et philosophiques structurantes ( telle à mes yeux l'Eglise catholique, malgré les limites humaines, trop humaines, de beaucoup de ses membres ), qui s'efforcent de trouver les voies du salut public ( et personnel ) et d'encadrer les anarchies de l'homme non formé et cultivé au sens profond de ce terme.

Le désarroi profond des foules, en France ( et ailleurs ) témoigne de l'effroi des gens devant la culture du vide ( nihilisme ) qui prévaut actuellement dans les médias que vous savez, au profit des manipulateurs qui dirigent...nos dirigeants apparents.

Ici et là, dans la ligne des cercles de pensée qui réagissent dans le bon sens, nous voyons depuis quelque temps des hommes et femmes politiques sortir du conformisme avilissant et offrir, courageusement d'autres voies que celles de l'avilissement.

Et ceci aux Antilles même.

On se souvient du député martiniquais Bruno Azérot qui lors du vote lamentable sur le « mariage » homosexuel avait osé se camper, face à une Christiane Taubira, sans pour autant jeter la pierre aux homosexuels, et donner dans ce que les Pierre Bergé, Jack Lang, ou François Hollande appelaient sottement ( ou le plus souvent...perfidement ) l'Homophobie.

Je ne suis pas en train d'ouvrir le procès en canonisation de M. Azérot, qui n'est qu'un homme, et qui plus est classé à gauche.

Les notions de droite et de gauche sont en train de perdre tout sens précis, je le disais plus haut.

Elle servent encore dans le marécage politicien actuel de panneaux de signalisation, en attendant une réforme profonde et nécessaire de cette signalisation.

Mais comme j'aimerais que certains hommes « de droite » agissent comme l'homme « de gauche » Bruno Azérot.

Vous saurez pourquoi je pense cela en lisant l'interview que le député-maire de Saint-Anne ( en Martinique ) a accordé à l'hebdomadaire Familles Chrétiennes.

Mon approbation ne vaut pas nécessairement pour tous les actes de ce leader, faillible comme toute personne humaine.

Mais la lucidité et le courage doivent être, toujours soutenus comme toutes les authentiques vertus.

Et j'attends des politiques de Guadeloupe des actes similaires.

Pour cette fois, c'est : Martinique UN, et Guadeloupe ( à ma connaissance ) ZERO ! A ce mot terrible, chez nous en Guadeloupe, il manque, à ma connaissance, une lettre préfixe, ce A …..qui fait la différence.

 

Le Scrutateur.

 

__________________________________________________________________________

 

Bruno-Nestor Azérot : « la parole du pape peut avoir du sens pour nous »

Familles Chrétiennes  le 29/02/2016 | Par Hugues Lefèvre

 

Bruno-Nestor Azerot, député-maire divers-gauche de Martinique

©V.NGUYEN-RIVA PRESS

 

Le député de la Martinique et une délégation des Poissons roses, un mouvement d’inspiration chrétienne positionné à gauche, rencontrent le pape François le 1er mars à Rome. La délégation, composée d’une trentaine de personnes, comprendra aussi Patrice Obert, président des Poissons roses, Dominique Potier, député PS et co-fondateur d’Esprit Civique, ou encore Pascal Ollive, pasteur à Nîmes.

 

Quel est l’objectif de cette rencontre avec le pape François ? Que souhaitez-vous lui dire, et que souhaitez-vous qu’il vous dise ?

Lorsqu’on a la chance d’être reçu par le descendant de Saint-Pierre, le pape et notamment le pape François, l’objectif n’est pas ce qui compte, mais plutôt la démarche, l’empathie. On est touché d’abord par le moment qui est un moment exceptionnel, mais aussi par l’échange que l’on peut avoir. Et ce qui doit prédominer, c’est d’abord l’écoute d’une parole.

Il y aura certes une bénédiction mais je crois que le pape a manifesté le souhait d’intervenir en tant que pasteur, c’est-à-dire qu’il aura un message spécifique. Mais ce qui compte pour moi, ce sera surtout de trouver des arguments qui conduisent ma réflexion et mon action d’homme public croyant au cœur de la cité. Je vous rappelle que le pape François a fortement exprimé le souhait que les catholiques ne restent pas à regarder le monde du balcon…

 

En France, une certaine vision de la laïcité empêche parfois le dialogue direct des responsables politiques avec des responsables religieux. En tant que député, quelle est votre position sur le sujet ?

En tant qu’homme, je suis profondément croyant, attaché à ma liberté religieuse et à mes croyances – ou mes doutes - ! Mais en tant que citoyen français, je suis aussi extrêmement attaché à la laïcité qui fonde notre République démocratique et qui permet le respect de toutes les croyances ou non croyances, dès lors que celles-ci s’inscrivent elles-aussi dans le respect du cadre et des institutions républicaines. Je suis très soucieux de cet équilibre qui ne permet pas tout, mais favorise tout. Pour moi, il ne peut y avoir plusieurs visions de la laïcité, à la carte dirons-nous. Ce qui fait l’exception française, c’est la volonté de vivre ensemble et de s’engager autour d’un « contrat social ». Tout dialogue direct avec des responsables religieux est donc souhaitable et heureux même, à condition qu’il ne s’inscrive pas dans un rapport de communautés opposant leurs pratiques comme des postulats. Je le dis souvent, je ne suis pas un politique chrétien mais un chrétien en politique attaché aux valeurs de la République et respectueux de celles-ci dans la sphère publique. La sphère privée est autre chose…

 

Vous avez écrit au Souverain Pontife une lettre dans laquelle vous dîtes que « la gauche est prise au piège d’une sorte de religion de la laïcité ». Cette rencontre avec le pape François est-elle une tentative pour sortir de ce piège ?

Oui, je crois que la parole du pape François peut nous donner des clés qui ouvrent la voie à une action concrète sur ce sujet. Tout d’abord parce que c’est un homme pieux, ensuite je n’oublie jamais qu’il est jésuite et donc ancré dans le monde, enfin c’est un prêtre qui s’est formé sous une terrible dictature et qui en a fait l’épreuve. Je crois que sa parole peut avoir du sens pour nous… Surtout quand je lis dans son encyclique Laudato Si qu’il veut que nous agissions à nous rassembler dans la Maison commune, ou qu’il demande aux chrétiens de descendre de leur balcon et d’agir ici et maintenant pour la justice et l’humanisme.

 

 À gauche, vous représentez une pensée qui va « à contre-courant ». Pensez-vous que le pape François aille, lui aussi, à contre-courant dans l’Église catholique ?

Nous allons peut-être à contre-courant parce que nous ne sommes pas dans le politiquement correct, dans la bien-pensance habituelle, parce que nos convictions profondes nous habitent, qu’elles viennent de notre pays de souffrance, la Martinique, l’Outre-mer, mais aussi de la France. Notre positionnement, à l’ultrapériphérie de la République, peut surprendre, mais pour nous, nous sommes le centre. Cette position originale crée peut-être le fait que nous soyons assez peu classables… De ce point de vue, oui, peut-être que le pape François, venu lui-aussi d’Amérique, instruit chez les Jésuites, a une position originale qui lui permet un autre regard sur l’Eglise. Et c’est peut-être aussi pourquoi nous nous reconnaissons dans cet autre regard qui est fait de traditions, de nouvelle importance donnée aux rituels qui sont chargés de sens, de sacré, mais aussi qui est fait de modernité, d’engagement dans le monde. Vous le savez, je suis personnaliste, et pour moi ce qui compte, ce ne sont pas les postures mais l’humain, la personne agissant dans le corps social.

 

Allez-vous évoquer avec le pape les sept mesures phares expliquées dans le livre « À contre-courant » (notamment la question de la GPA ou du Revenu Libre Activité) ?

Ces questions seront évidemment évoquées. Si le Pape François souhaite s’entretenir avec nous, c’est bien-sûr parce que j’ai pris des positions claires (courageuses dans mon camp politique) sur le mariage pour tous, la GPA, la fin de vie, l’écologie humaine… Ces questions ne peuvent qu’être évoquées, comme celle de la place de l’entreprise dans notre monde marchand ou de l’immigration. Mais je ne vais pas voir le pape François avec un cahier de revendications ou pour avoir des satisfécits à mes engagements. Je vais d’abord écouter une parole rare pour m’en enrichir et me revivifier.

 

Aujourd’hui, quel est le poids politique des Poissons Roses ? Cette rencontre pourrait-elle favoriser la représentation d’une force chrétienne de gauche ?

Je ne sais pas s’il y a une force chrétienne de gauche. Il y a des sensibilités qui s’expriment avec bonheur. Des gens engagés dans la solidarité, l’entraide sociale, au profit des plus démunis ou des peuples du tiers-monde… Pour moi, je ne me catégorise pas par une étiquette. Je ne sais pas ce que c’est que d’être chrétien de gauche. Je suis chrétien. Tolérant de tout ce qui n’est pas moi. En revanche, je crois qu’il y a des énergies, des sensibilités, des dynamiques qui méritent d’exister et de s’affirmer dans un monde éclaté et irraisonné. Il y a un besoin de sens. Et je crois que l’Évangile nous donne les clés d’une certaine éthique de vie. Et je crois même que l’Évangile est un socialisme… De ce point de vue peut-être pourrais-je être classé de chrétien de gauche. Mais ce n’est pas ce que je recherche… Ce que je recherche c’est de redonner du sens à la politique, des valeurs, une éthique. Un humanisme et une justice. Et surtout je veux sortir de la nouvelle confusion entre mystique et politique… De ce point de vue j’attends beaucoup de cet échange avec le pape François.

Hugues Lefèvre

 

 

Pour mieux connaître la carrière de Bruno Azérot :

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bruno_Nestor_Azerot

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Xam Cirederf 03/03/2016 11:43

Comme je comprends les termes de l'interview de ce parlementaire martiniquais. Mais ce ne sont ni les adorateurs en soutanes des gesticulations des gauchistes guadeloupéens, ni les frileux ronds de jambes des ecclésiastiques responsables de notre Région, qui permettront à nos responsables de droite guadeloupéenne de prendre de telles initiatives. Certains préféreront "cotiser" pour encourager des actes anti catholiques tels ces défilés inutiles, qui n'ont rien de comparables avec ce que faisait Mme ADELINE. Il faut recréer des "cellules " de bonnes réflexions, car la Guadeloupe "fout le camp".