Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Si Fidel Castro le dit, pourquoi ne pas le croire

Près de 60 ans de régime socialiste ( communiste ) imposées au peuple cubain.

Aujourd'hui, Barrack Obama plastronne à la Havane, au côté de Raoul, le frère. Barrack est intouchable, Dieu sait pourquoi. Dès lors chacun se réjouit que l'impitoyable régime des frères Castro soit encensé par...les USA, et personne, parmi ceux qui déblatèrent contre « l'impérialisme occidental », ne parle du triomphe des gros sous, sur les sacro-saints « droits de l'homme ».

Il y a longtemps ( 2010 ) cependant que Fidel lui-même a fait amen,de honorable, et reconnu l'insanité du communisme.

Cet article du Figaro le rappelle comme il convient, mais sans l'emballement cher à la presse occidentale, à madame Danielle Mitterrand, à Jack Lang, à Jean-Paul Sartre et autres icônes du conformisme établi.

Fidel Castro touché par la grâce?

Le Scrutateur.

 

 

0 Septembre 2010

Publié par Edouard Boulogne


 

 

http://www.lescrutateur.com/article-fidel-castro-touche-par-la-grace-56833409.html

 

( Je dédie cet article aux communistes du monde, à tous les cyniques, et les imbéciles qui ont vu en lui la voie vers le salut du monde. En particulier aux "idiots utiles", aux niais, je veux évidemment parler de ceux qui se disaient "progressistes chrétiens" ( sic) , engeance aussi nuisible que les bandars logs, du Livre de la jungle de Kipling.

Aujourd'hui, F. Castro lui-même dit la vanité du marxisme-léninisme. A l'approche de la fin, de la mort, il arrive que des yeux s'ouvrent à la lumière, à la grâce.

Les derniers survivants du communisme, en Guadeloupe ( ah!! ces comiques de l'Association Guadeloupe-Cuba, des belles années 1960 à 1980!) préféreront parler de gâtisme pour qualifier leur ancienne idole. Ils manquent de charité. Cela nous le savions)

 

Le Scrutateur.

 

 

http://www.lefigaro.fr/international/2010/09/09/01003-20100909ARTFIG00430-fidel-castro-ne-croit-plus-au-castrisme.php

 

 

  • castrisme

    Mots clés : CUBA, Fidel Castro, Mahmoud Ahmadinejad

    Par Jim Jarrassé
    09/09/2010 | Mise à jour : 10:53 Réactions (355)

    Fidel Castro, la semaine dernière, à La Havane.
    Fidel Castro, la semaine dernière, à La Havane. Crédits photo : AFP

    Dans un entretien, le lider maximo déclare que le modèle économique cubain «ne marche même plus» sur l'île communiste. Une déclaration historique.

    «Le modèle cubain ne marche même plus pour nous». La phrase a été lâchée par Fidel Castro au détour d'un entretien réalisé la semaine dernière avec un journaliste du magazine américain The Atlantic. Comme si de rien était. L'aveu, pourtant, est historique. C'est la première fois que le père de la révolution cubaine manifeste un tel renoncement. Preuve que l'ancien président cubain, âgé de 84 ans, en est à l'heure du bilan. Preuve, surtout, qu'il approuve les réformes lancées par son frère cadet, le président Raul Castro, pour stimuler l'économie cubaine.

    Pour Julia Sweig, une spécialiste américaine de Cuba présente lors de l'entretien, Castro estime que «l'Etat joue un trop grand rôle dans la vie économique du pays». Une opinion de nature à aider Raul face aux orthodoxes du parti communiste cubain, hostiles à ses prudentes tentatives de libéralisation de l'économie. Au pouvoir depuis 4 ans, le président cubain a par exemple proposé d'autoriser les investissements étrangers dans l'immobilier pour redynamiser le secteur du tourisme, en crise. Autre mesure très symbolique : la suppression d'un million d'emplois publics sur cinq ans, annoncée cet été.

     

    • Castro joue la carte pacifiste

    Dans son bilan, Castro reconnait avoir commis des erreurs. Il assure par exemple que le fait d'avoir suggéré aux Soviétiques une attaque nucléaire contre les Etats-Unis en 1962, au moment de la crise des missiles, n'était peut-être pas la meilleure chose à faire… «Après avoir vu ce que j'ai vu et avec ce que je sais maintenant, cela ne valait pas entièrement la peine», explique le lider maximo. La guerre nucléaire constitue la nouvelle hantise de Fidel Castro. Depuis sa réapparition en public en juillet, après un retrait de quatre ans consécutif à une opération des intestins, il en parle fréquemment. L'ancien caudillo penserait même à créer un mouvement de lutte contre un éventuel conflit nucléaire entre les Etats-Unis et l'Iran.

    Fidel Castro a d'ailleurs profité de son interview à The Atlantic pour critiquer le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, qui multiplie les provocations vis-à-vis d'Israël, une autre puissance nucléaire. «Il a critiqué sa négation de l'Holocauste et a expliqué pourquoi les Iraniens serviraient la cause pacifique en renonçant à l'antisémitisme» écrit Jeffrey Goldberg, le journaliste auteur de l'interview. Pour Castro, le président iranien devrait comprendre que les Juifs «ont été repoussés de leur propre terre, persécutés et maltraités partout à travers le monde» et qu'il est normal qu'ils se sentent aujourd'hui menacés.

     

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article