Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

2 ) La scrutation se pratique souvent sur des leiux élévés. Ici sur une tour de Notre Dame de Paris. 3 ) Mais elle peut être troublée par la dégustation de certains crus, quand le dégustateur a "oublié" de recracher le di vin nectar !er
2 ) La scrutation se pratique souvent sur des leiux élévés. Ici sur une tour de Notre Dame de Paris. 3 ) Mais elle peut être troublée par la dégustation de certains crus, quand le dégustateur a "oublié" de recracher le di vin nectar !er
2 ) La scrutation se pratique souvent sur des leiux élévés. Ici sur une tour de Notre Dame de Paris. 3 ) Mais elle peut être troublée par la dégustation de certains crus, quand le dégustateur a "oublié" de recracher le di vin nectar !er

2 ) La scrutation se pratique souvent sur des leiux élévés. Ici sur une tour de Notre Dame de Paris. 3 ) Mais elle peut être troublée par la dégustation de certains crus, quand le dégustateur a "oublié" de recracher le di vin nectar !er

L'administration d'Over-Blog, m'en informe, c'est aujourd'hui le 9 ème anniversaire de votre blog. Vous trouverez ci-dessous deux des premiers articles publiés sous le titre de ce blog résistant.

Résistant au conformisme des moeurs, notamment politiques de notre époque de décadence, dont nous cherchons à faire prendre conscience, pour une réforme, à laquelle nous-même nous n'échapperons pas si nous sommes sincères, car l'adversaire sait à merveille trouver des complicités à l'intérieur même de ses ennemis déclarés.

L'une de nos plus chères devises est celle du chevalier de Charrette : Battant souvent, battus parfois, abattus...jamais ! »

 

Edouard BOULOGNE.

 

( Dit : Le Scrutateur ).

 

 

Bonjour Edouard Boulogne,

Votre blog fête ses 9 ans aujourd’hui !

Toute l'équipe d'OverBlog est heureuse de souhaiter un joyeux anniversaire à votre blog Le Scrutateur..

9 ans ça se fête !
Dites-le à tout le monde

J’informe mes lecteurs !

 

 

 

( I ) 8 Mars 2007

Publié par Edouard boulogne

http://www.lescrutateur.com/article-5930196.html

 

Chers amis blogueurs,

C'est désormais sur OverBlog.com que vous suivrez l'aventure du Scrutateur, qui est aussi, je l'espère la vötre.
Quand j'ai créé ce blog au début de 2006, j'ignorais tout de la blogosphère, et c'est un peu par hasard que j'ai choisi d'éditer sur Skyblog.
Mais depuis quelques temps, l'essor de notre entreprise de communication, et aussi certaines insuffisances de Skyblog (qui a ses mérites pourtant), le fait qu'il s'adresse à une clientelle très jeune, dont les besoins sont différents des nôtres, certaines lacunes, m'ont conduit à opérer un changement.
Dans les jours qui viennent l'essentiel de nos archives seront transférées, classées, de façon très pratique, par catégories, et à votre disposition.
Inscrivez notre nouveau sigle parmi vos favoris, et communiquez le à vos amis : http://www.over-blog.com/
A partir d'aujourd'hui c'est ici qu'il faudra venir, aussi régulièrement que possible.
Bonne journée, et à très bientôt, pour le commentaire d'une actualité qui foisonne.

Edouard Boulogne.
Ce 8 mars 2007.

 

 

( II ) 7 Septembre 2007

Publié par Edouard Boulogne

 

http://www.lescrutateur.com/article-12222656.html

 

    Luciano Pavarotti est-il le plus grand ténor de tous les temps, comme l’événement de sa mort le fait écrire ici et là ? Pour le savoir il faudrait pouvoir comparer sa voix à celles de tous les monstres sacrés de l’opéra, depuis le surgissement de celui-ci dans la tradition occidentale, en gros depuis le début du XVIIème siècle, et Monteverdi.

Or nous ne possédons d’enregistrements que depuis à peu près 1900, et la technique, à laquelle nous devons l’inappréciable chance de pouvoir encore entendre un Enrico Caruso (mort en 1921), une Melba,  était alors bien sommaire : orchestres à peu près inaudibles, voix bridées, étouffées, retenues.

Heureux sommes-nous, toutefois, de posséder ces documents rares. L’imagination nous permet de suppléer à l’imperfection des restes, comme en  architecture, il est permis de rêver à ce que furent les Pyramides de Giseh, ou le Parthénon avant qu’ils n’aient subis les outrages du temps et de la folie des hommes.

Gardons nous donc de trop prendre à la lettre les approximations des informateurs de la société dite de « communication ».

Quoiqu’il en soit Luciano Pavarotti, qui s’en est allé, était un artiste majeur du monde de l’opéra, un ténor de première force.
De sa voix émanait une impression de puissance incomparable, une luminosité exceptionnelle, un timbre d’une pureté et d’une chaleur unique, une santé aussi, rare, gagnée par la volonté et le travail acharné, sur une fragilité corporelle, malgré les apparences, que les curieux du monde de l’art lyrique connaissaient.

Pour ma part, toutefois, je n’éprouvais pas, à l’entendre, ces émotions immédiatement suscitées par un Nicolaï Gedda, (ténor suédois, un peu moins connu, mais étonnant), qui, dès les premières paroles du Faust de Gounod, « Encore un jour, encore un jour qui luit », par un miracle vibratoire, signifie au mélomane, que cette interprétation va trancher « pour toujours » sur tant d’autres, simplement belles, l’introduit au mystère de la vie et de la mort, du désespoir et de la rédemption.

Ou bien encore,  ce passage du troisième acte de l’Othello de Verdi « Dio ! mi potevi scagliar tutti i mali, etc », où le ténor canadien John Vickers, avec moins de moyens purement vocaux que Pavarotti, peut-être, sait submerger l’auditeur de l’essence du chagrin, du sentiment intime de ce que peut être la solitude d’un être trahi, (ou qui se croit tel) bafoué, avec toute la morbidité qui sourd, exsude de son âme exténuée.

Malgré toutes les qualités du grand ténor, ce registre là, de l’interprétation, n’était pas, il me semble, celui du grand Luciano.

Il me semble. Et je n’entends imposer à personne mon point de vue.

Car il y a un mystère de la rencontre d’une voix et de celui qui  l’écoute. Tant de paramètres interviennent pour susciter l’alchimie intérieure. Tout comme il en est pour ceux qui vous font préférer, entre des instruments musicaux supérieurs, le violoncelle au violon ou au piano, ou le contraire.

Ces très légères réticences n’expriment donc de ma part nul refus, au contraire,  de m’associer à l’hommage universel qui monte en l’honneur de M. Pavarotti.

Mon admiration, un peu latéralement, va aussi à sa personnalité, méditerranéenne, volontiers excessive et truculente.

Je revois Pavarotti, dans l’une de ses prestations célèbres dite des « trois ténors ». Nous étions quelques uns devant la télévision a savourer le divin « show ».
Carreras ou Domingo venait de finir un air. Entrait alors, sous les applaudissements crépitants, le grand Lucien, « hénaurme » ! transpirant, son immense mouchoir blanc d’une main, les bras ouverts, le sourire éclatant, et, me semblait-il, carnassier, semblant dire « Je vais me les faire ! Vous savez, tous les matins, j’avale, et Carrerras, et Domingo, dans ma baignoire » !

A chaque reprise de ce petit cirque, l’un des invités, m’adressait en coin un rapide coup d’oeil, complice, amusé. C’était l’un de mes  frères aujourd’hui disparu.

En voici un, de paramètre, (pour parler pédant) qui fait que je ne peux plus revoir Pavarotti, aujourd’hui, et « pour toujours », sans une sorte de nostalgie joyeuse.

Je ne dois pas être le seul à ressentir cette émotion particulière.
Pour cela, et bien d’autres choses encore, qui sont le secret des rencontres, il y a tout lieu de croire que Luciano ira bientôt au paradis.

Per cio, Luciano, andrete al paradiso !

Edouard Boulogne. 

 

Et pour conclure en images : L'ALBUM DU SCRUTATEUR :

 

http://www.lescrutateur.com/album-1043400.html

 

Le Scrutateur.

 

Petit BONUS : ( Ajouté ce 07 mars 2016, c'est-à-dire le jour des femmes ! ):

 

https://www.youtube.com/watch?v=xCFEk6Y8TmM

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Très bon anniversaire au Scrutateur !
Répondre
C
Bonjour Mr Boulogne,
Très bon anniversaire à ce blog formateur et longue vie à la vérité, si dure soit-elle, mais aussi malgré vos soucis du moment, longue vue attendue !
Cordialement Cjj
Répondre