Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Le programme minimal du parti des « Républicains ».

Il est très tôt ce matin du 14 février, et je dois être absent toute la journée.

Je publie cependant cet article sur le programme des hommes de l'ex UMP. Les 14 « convictions » qu'ils proposent au peuple de partager sont citées plus loin.

Tout n'est pas mauvais dans ce programme, qui échappe partiellement à la cacophonie exaspérante de ce parti durant ces derniers mois, et particulièrement ces derniers jours.

Je ne serai pas plus long ce matin, appelé à d'autres tâches.

 

Le Scrutateur.

14 février 2016

Les 14 "convictions" des Républicains

Lors du Conseil national réuni pour deux jours, Nicolas Sarkozy a présenté un texte qui est soumis à toutes les fédérations et militants. Ce texte sera envoyé, dès lundi, à tous les comités départementaux pour être, avant la mi-mars, « complété, amendé, corrigé au plus proche de nos territoires ». Avant que fin mars le Bureau politique adopte et amende, le cas échant, ce texte avant une consultation des militants en avril.

Il s'agit de 14 convictions :

  • une « France une et indivisible ».

  • attachement à « l'autorité de l'État, un État qui encourage, qui protège, qui facilite, plutôt qu'un État qui empêche, qui contraint, qui paralyse. Les Républicains croient dans la liberté d'entreprendre, la responsabilité, la confiance et non la défiance. Ils veulent tourner le dos à la suspicion, au nivellement, à l'égalitarisme, à la bureaucratie qui paralyse tout ».

  • l'entreprise et le travail « doivent être le cœur de toutes politiques économiques ». « Les Républicains refusent le partage du travail et les 35 H et veulent refonder notre modèle social en faisant de l'entreprise le lieu principal du dialogue social ».

  • La quatrième conviction concerne la modernité.

  • Cinquième conviction, le « message universel de la France et à son rôle sur la scène internationale ».

  • les frontières européennes : ne pas accepter « que soit déléguée une partie de la souveraineté nationale sans garantie que les intérêts de la France seront respectés et défendus ».

  • politique d'immigration de la France. « Les Républicains souhaitent que la France continue d'être fidèle à son histoire d'ouverture et d'accueil de tous ceux qui sont opprimés pour leurs opinions, mais ils exigent que cela se fasse dans le respect de notre identité nationale. Ce qui signifie que le nombre d'immigrés accueillis soit conforme à nos possibilités en termes d'emplois, de logements et d'équilibre budgétaire ». « Les racines chrétiennes de la France ne sont pas un obstacle à l'assimilation mais à l'inverse nous entendons qu'elles ne soient pas victimes d'une immigration sans limite ou d'un communautarisme qui n'a pas sa place au cœur de la République ».

  • l'attachement à la culture.

  • La solidarité, rôle de l'Etat.

  • Concernant l'école, « Les Républicains croient dans l'école de la République fondée sur l'excellence, l'exigence et la transmission d'un savoir, d'une culture et d'une langue. Ils croient dans l'autorité, dans la récompense, dans l'effort, dans le respect qui est dû aux maîtres, dans la lutte contre l'absentéisme scolaire qui doit être sanctionné ».

  • La laïcité : « Les Républicains croient dans la laïcité. Il n'y a pas de fatalité à ce que les valeurs de la République continuent de reculer. Ils refusent toutes les formes de communautarismes. Ils exigent que soit préservée la neutralité religieuse dans les administrations, les Universités, les lycées, les collèges, les écoles publiques et même encadrée dans les entreprises ».

  • la politique pénale :« la République, ce n'est pas la culture du laxisme, du désarmement pénal et moral ».

  • Une « politique familiale ambitieuse. Ils refusent la fiscalisation des allocations familiales tout comme la fin de leur universalité. Ils rejettent la remise en cause permanente du quotient familial ». Opposition à la gestion pour autrui (GPA).

  • Agriculture et ruralité.

Nicolas Sarkozy a déclaré aussi : 

« Les Républicains refusent tout accord local, départemental, régional, national, avec le Front National. Et affirment la totale incompatibilité avec sa politique économique, européenne, sociale et sociétale ».

Et avec la gauche :

Les Républicains « refusent toutes formes de Front Républicain ou de grande coalition qui conduirait à la confusion en ouvrant un espace immense aux extrêmes. La France a besoin de choix clairs face aux grands défis qui sont les siens ».

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

JG 15/02/2016 20:42

Pour le moment,ça va! Attendons les développements.

mister no 15/02/2016 14:44

aujourd'hui infréquentable. bilan de Sarkosy au pouvoir.

explosion de la dette
explosion des déficits
explosion du chômage
création d'un ministère de l'écologie qui a figé et "protégé"le foncier a fort potentiel de développement. Résultat chômage de masse et RSA pour tous a payer par les imposables.
explosion de la délinquance et de la criminalité.
explosion des clandestins immigrés.
paiements par le peuple des gabegies de ses amis banquiers et non par les actionnaires. propriétaires de ces banques.
ne remet pas en cause (loin de là! serait même pour) le mariage des homosexuels.
A tenu le contraire de de ses engagements.
Merci pour ce moment Mr sarkosy, de vous êtes mis hors circuit dans la compétition de 2017.
Pathétique... a essayer de reconstruire (pour sa réélection) les morceaux cassés de ce qu'il a lui même détruit.
Finalement celui qui a dénoncé l'immobilisme pour se faire réélire en a été le champion!
"sont-ils devenus fou?"
M Lepen a bien raison de ne pas s'allier aux malfaiteurs UMPS de plus en plus infréquentables et qui même s'ils trouvaient en 2017, un président à qui se vouer s'autodétruiraient du fait de leurs méfaits passé présents et futurs!
wait & see

Dissident 15/02/2016 12:14

LR puisque vous croyez à Laicité, allez donc au Diable d'où cette prostituée procède.