Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Guadeloupe : l'église de Saint-Claude profanée.

D'un lecteur, ce fait divers grave, puisqu'il s'agit d'une profanation. Grave même pour les incroyants, dans la mesure où il dénote une dégradation du lien social par le manque de respect évident pour la croyance des autres.

 

LS.

 

 

L'Eglise Saint-Augustin, implantée dans le bourg de Saint-Claude, a été la cible d'un cambriolage, durant la nuit de mardi à mercredi. La communauté paroissiale est sous le choc.

Alice, une proche de la paroisse de Saint-Claude, n’en croyait pas ses yeux, mercredi matin, lors de l’ouverture de l’église Saint-Augustin, dans le bourg : le bâtiment venait d'être profané. Un spectacle affligeant, déconcertant !
Rapidement alerté, le père Sandro, curé de la paroisse qui réside à deux pas, n'a pu que constater l'ampleur des dégâts, en découvrant à son tour le triste spectacle. Ne lui restait plus qu'à alerter les gendarmes qui ont procédé aux constatations d'usage.
L’ampleur des dégradations laisse à penser que les cambrioleurs étaient au moins deux. Ces derniers seraient passés par le toit, ont enlevé des clayettes, avant de se laisser glisser le long d’un poteau en béton. Toute la sono de l’édifice a été emportée, des appareils allant de l'amplificateur au mélangeur, en passant par la table de mixage. Quant au tabernacle, « il a été profané, complètement défoncé. Ceux qui ont fait ça ont également ouvert le ciboire et emporté les hosties consacrées, après quoi ils ont également essayé d’arracher les troncs des murs, mais sans succès », nous a confié le père Sandro.

UNE PRIERE DE PENITENCE EN FIN DE SEMAINE

Loin de se contenter de ces seuls actes de pillage, le ou les voleurs semblent enfin s'être attaqués à la porte de la sacristie, qu'ils ont ouvert en la forçant, là ou sont gardées les hosties. 
Loin de s'apparenter à un banal vol, le cambriolage d'une église n'a rien d'anodin et risque d'avoir de sacrées conséquences dans la vie religieuse de la commune. C'est en tout cas ce qu'a tenu à rappeler le curé : « Lorsqu’une église est profanée, elle ne peut plus être employée pour célébrer ni funérailles, ni baptêmes, ni aucun autre rite, tant que la famille paroissiale ne s’est pas réunie autour d'une longue prière de demande de pardon. »
Celle-ci, également appelée prière adéquate de pénitence, se déroulera ce vendredi, au moment du chemin de croix, à 18h30. Ce n'est pas la première fois qu'un édifice religieux est pris pour cible dans le sud Basse-Terre. Début décembre 2005, déjà, c’est la chapelle du vœu du Matouba, qui avait fait l’objet de vandalisme, le coupable avait été retrouvé. 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Livia 25/02/2016 16:08

Un jour prochain, ce sera avec les gens à l'intérieur et en plein jour, c'est vrai, pourquoi se gêner ?! Dieu est à nouveau tué!

Edouard Boulogne 25/02/2016 16:26

j'écrirais "tué", entre guillemets, bien sûr.