Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Calais : Qui a ordonné l'arrestation du général Piquemal?

 

PRÉCISION IMPORTANTE – Même s’ils étaient présents sur les lieux, ce ne sont ni les Gendarmes ni les CRS qui ont procédé à l’arrestation du Général PIQUEMAL. Ce sont des sbires syndiqués de la police urbaine (Casque à bandes bleues et ceux en civil avec le brassard « Police »). Selon nos sources, l’ordre émanait directement  de Cazeneuve. Il est important de  préciser ces faits pour ne pas accuser à tort les Gendarmes et les CRS qui, eux, ont refusé d’obéir à cet ordre nauséabond.

Cazeneuve a donné des ordres au préfet en charge de Calais. Ce dernier a repassé le « bébé puant » à un dénommé Desplanques, un rond de cuir du cabinet du préfet. Pressentant que la Gendarmerie refuserait d’arrêter le Général, celui-ci a alors donné ses ordres aux CRS. Fiasco également : les Officiers commandant les détachements de CRS auraient à leur tour refusé d’exécuter la sale besogne.

 

Au final, le rond-de-cuir de la préfecture n’aurait dès lors pas eu d’autre solution que de faire appel à de la piétaille volontaire du Commissariat de Calais. Ce sont donc des officiers (aucune acception militaire dans le terme) de police urbaine du commissariat de Calais, « comme par hasard tous syndiqués à gauche, délégués syndicaux », qui ont accepté de se compromettre dans une pareille action déshonorante.

 

À l’avenir, si ce genre de « fonctionnaire » venait à se faire triquer par « leurs migrants préférés », nous ne verserions alors pas une larme !...

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Édouard Tyste 22/02/2016 19:44

Très révélateur ! Maintenant, on sait avec certitude quelles seront les instructions lorsque viendra le jour où - et il y a des imprudents qui l'appellent de leurs vœux - "ça va péter". C'est-à-dire le jour où les hordes envahiront les quartiers résidentiels et délogeront par la force et par le nombre les habitants de leurs logements d'où plus personne ne pourra ni ne voudra les faire partir. Les forces de l'ordre - sur instruction du pouvoir exécutif - feront tout pour assurer la pérennité des squatérisations et châtieront avec la plus grande sévérité les propriétaires mécontents qui manifesteraient simplement pour jouir de leurs biens comme la logique et la loi devraient le permettre dans un État se prétendant civilisé.