Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Un début discutable pour Ary Chalus, par HECTOR Louis-Maximilien.

Louis-Maximilien HECTOR, est un jeune lecteur qui participe assez régulièrement à la rédaction du Scrutateur. C'est aussi un homme de convictions, qui s'exprime ici en toute liberté.

Ni socialiste, ni « Lurelien », il a participé à la récente campagne électorale, et comme c'est un homme passionné ( je serais mal placé pour lui reprocher ce trait de caractère ), il en a gardé quelques traces, ou tics. Car HECTOR n'est pas, non plus, systématiquement anti chalusien.

Mais la campagne électorale est encore proche, et HECTOR luttait pour un tiers parti.

Il se borne à énoncer, sur un ton un peu vif par endroits, des remarques que nombre de nos compatriotes ont pu se faire ces trois derniers jours.

Vous allez en juger.

 

Le Scrutateur.

 

 

 

« Ça commence mal » disais-je ici même dans ma dernière chronique d’avant la pause des fêtes de noël. Et moins d’une semaine plus tard, l’actualité politique venait avec force appuyer ce jugement sur les débuts du nouveau Président du Conseil régional de la Guadeloupe, monsieur Ary CHALUS.

 

Contrairement aux apparences, la piteuse affaire de la coupe Davis est loin d’être une simple bagatelle. Elle montre en réalité l’approche politicienne de ce dossier par le nouvel exécutif régional.

 

Les choses étaient pourtant fort simples : l’exécutif sortant, en la personne de son président, monsieur Victorin LUREL, avait donné son consentement à l’organisation en Guadeloupe du premier tour de la coupe Davis de tennis. Et ce, moyennant une participation financière du Conseil régional de la Guadeloupe s’élevant à un million d’euros.

 

Que l’équipe sortante, en pleine campagne électorale, ait voulu en faire un argument au profit de sa cause, c’était de bonne guerre. Tout pouvoir dans une situation identique en aurait évidemment fait de même.

 

L’élection finie, il en demeurait pas moins vrai que la Guadeloupe avait donné son libre consentement. Sa signature était donc sérieusement engagée dans cette affaire. Dès lors, le nouvel exécutif régional, sauf à se discréditer tant sur le plan national qu’international, ne pouvait nullement revenir sur cet engagement de notre pays.

 

Cela allait donc de soi. En démocratie, tout nouveau pouvoir étant nécessairement engagé par la signature de celui qui l’a précédé. La logique des choses le voulait, l’esprit démocratique de nos institutions l’imposait.

 

Eh bien non !  Il en allait pas ainsi pour monsieur Ary CHALUS et son équipe. Le nouveau pouvoir fit rapidement savoir que l’exécutif régional n’avait pas les moyens financiers pour assumer un tel engagement.

 

Puis, par ses soutiens et relais médiatiques, il ouvrait la terrible boîte de pandore faite de propos aussi alarmants qu’infondés. 5 millions d’euros dit-on d’abord. Ensuite 4,5 millions d’euros. Pour arriver en fin de compte à 3,2 millions.

 

Parallèlement, et c’est le message que le nouvel exécutif régional voulait faire passer auprès l’opinion publique, les nouveaux zélateurs du « chalusisme » parlaient de « gestion bling bling », d’ « irresponsabilité », d’ « engagement à la légère », etc. 

 

Mais vous l’aurez bien compris, cette subtile manœuvre n’était que la mise en musique de la fameuse recommandation de Mirabeau ( 1 ) : « Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose ». 

 

Et effectivement, les Guadeloupéens face à ces déferlements de millions, qui au moment où j’écris ces lignes n’ont toujours pas été justifiés par le nouvel exécutif régional, les guadeloupéens disais-je furent littéralement abasourdis par ces sinistres annonces et perfides manœuvres politiciennes.

 

Ainsi, après 72 heures d’un insensé délire entretenu par le nouvel exécutif régional, une première vérité s’impose raisonnablement : dans cette affaire, le Conseil régional de la Guadeloupe investira une somme s’élevant à un million d’euros. Et cela, conformément à l’engagement pris par l’ancienne équipe conduite par Victorin LUREL.

 

Une deuxième vérité apparait également : cette affaire a démontré officiellement que les caisses du Conseil régional de la Guadeloupe ne sont pas vides. Et que, aujourd’hui, la Région Guadeloupe a financièrement les moyens pour supporter l’organisation de cet évènement international. 

 

Dès lors, et c’est là que le bât blesse, le nouvel exécutif régional aura du mal à parler de déficit laissé par son prédécesseur. Et l’audit qui, à l’origine, devait noircir la gestion de l’équipe précédente, s’en trouve désormais particulièrement plombé.

 

Rien ne pourra donc à l’avenir justifier de la création d’un éventuel « impôt LUREL ». Les caisses sont en effet loin d’être vides.

 

Dernière vérité plus douloureuse que les précédentes : quelque sera le résultat du match, la Guadeloupe sortira grand vainqueur de cette affaire. Si la France gagne, eh bien, notre pays passera pour la terre ayant conduit à la renaissance de l’équipe de France de tennis. Et le pays de Molière (2) vibrera pendant trois jours à l’heure guadeloupéenne. Pas un coin de France et de Navarre où notre pays ne sera pas mis en haut de l’affiche.

 

Si c’est le Canada, la Guadeloupe fera la une de tous les médias de ce grand pays du continent américain. Et les canadiens s’intéresseront avidement à cette terre de la Caraïbe où les leurs connurent la gloire face au coq gaulois.

 

Bref, quelqu’en sera le résultat, la Guadeloupe gagnera à coup sûr une magnifique et précieuse reconnaissance nationale et internationale. Quant à la ville de Baie-Mahault, pour la première fois de son histoire, elle accèdera à une notoriété nationale et internationale digne de ce nom.

 

Et je ne parle pas de tous ces jeunes guadeloupéens, passionnés de tennis, qui seront pendant des jours durant subjugués par la présence de leurs idoles en terre guadeloupéenne.

 

Face à un enjeu aussi important, on ne peut raisonnablement comprendre que le nouvel exécutif régional ait voulu faire de la politique politicienne avec ce dossier d’une si grande envergure.

 

En politique, lorsque l’on a la responsabilité de la gestion de son pays, on doit veiller en permanence à servir sa grandeur. Manifestement, le nouvel exécutif régional ne semble pas vouloir emprunter cette voie royale.

 

Mais nous ‘vous l’avions déjà dit : décidément Ary CHALUS commence  cette nouvelle mandature de façon discutable!

 

 

HECTOR Louis-Maximilien.

 (1) L'origine de cette citation est complexe. Jugez-en : http://amveat.free.fr/voltaire_038.htm

***

 

(2) Ainsi appelle-t-on la France lorsque l’on veut en donner une définition positive.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Edouard 18/01/2016 02:48

tout le monde peut scruter et écrire tout et n'importe quoi, la constante c'est que nous n'avons pas en Guadeloupe de teneur de crayons capable d'analyses fondées sur une solide formation politique, économique et philosophique. La Guadeloupe est décidément un pays malade du virus de l'aliénation et de la misère en formation politique, aucune velléité innovante en la matière. A quand la critique constructive et positive....dans le cadre de l'intérêt générale en lieu et place de vraies fausses informations pour alimenter des "compétitions" ....arrêtons de mettre de l'huile sur le feu...la Guadeloupe nous en donne une éclatante démonstration en 2016 en maintenant sur la ligne de départ 8 liste sur 10, avec un grand vainqueur: l' ABSTENTION....

Acina 31/12/2015 22:43

A lire certains, on peut penser plusieurs choses
1- Ils ne sont pas Gpéens ou s'ils le sont ils vivent loin du "pays" Gwada et ne peuvent prétendre connaitre le quotidien que NOUS vivons!
2-En supposant qu'ils sont d'ici et qu'ils vivent ici, ils devraient savoir les raisons qui ont poussé LUREL à la porte; Mais nous n'allons pas refaire les élections monsieur "HLM" tiens comme par hasard rappelle également le coté social pitoyable dont ces politiques cités ci dessus ont cantonnés ce Département !
3- Voila un gars qui semble savoir tout de l'état des caisses de notre Région mais qui serait certainement incapable de nous expliquer ce taux incroyable de chômeurs touchant toutes les classes sociales de l'île, cette montée de violence sans précédent depuis dix ans, les stats parlent de un crime de sang par jour et que dire de l'endettement colossale de quasi toutes les communes ?? Oui monsieur il y a plus urgent qu'un simple tournoi de tennis comme celle d'approvisionner en eau cette population qui souffre depuis dix ans, passez votre chemin vous n'^tes pas DIGNE et le mot est faible...Bonne année tout de même

Politiste 31/12/2015 15:48

Lol
Tissu de propagande post electorale!
La democratie, c est accepter les decisions prises par son prédécesseur?? Oula je ne crois pas non, ça c est la dictature dans un regime nepotiste et familial, peut etre meme une vision d un communisme passé...
Malheureusement vous etes victime des campagnes electorales et leurs argumentaires bidons, comme si tt le monde aimait le tennis, comme si la coupe davis etait particulierement suivie, comme si il n y a pas plus urgent pour notre pays, comme si etait acceptable le comportement de la federation francaise de tennis...
Bref vous avez reussi a faire l unanimité contre vous dans chacun de vos arguments.
Quand à la fiscalité, sachez que le region ne leve que deux impots directs, l octroi de mer regional et la taxe sur les produits petroliers outre la CET sur les entreprises, et n a pas grande marge de manoeuvre pour les augmenter, et le droit constitutionnel français n autorise pas les collectivites territoriales de l art 73 a creer de nouveau impots, dc jamais il n'y aura d impot lurel de la facon dont vous l expliquez. Je vois bien ou vous faites l amalgame, c est sur les impots locaux que les maires sur la liste de lurel menacaient d augmenter parce que chalus allait couper le C2DT et donc ils n auraient plus de quoi investir et payer les charges des communes, autre grande connerie encore...le C2DT un truc qui existe partout en france et que personne ne remettra en cause meme si c est une mauvaise facon de gerer la region selon moi comme une caisse commune, et non comme un moyen commun pour les infrastructures d interet regionales.
Alors peut etre aviez vous des interets perdu dans le precedent montage financier, ou peut etre etes vous un fervant defenseur du tennis, mais ne vous laissez pas aveugler par des discourts electoraux du temps de campagne et de la facilite a affirmer des choses fausses et legeres pendant cette periode, c est le temps de la politique et des commentateurs, et laissez la democratie faire son oeuvre, a ce moment, les techniciens, les fonctionnaires territoriaux, les autres mandatés du privé, et tt les professionnels de l action publique qui vont prendre le relais des discours politiciens et faire de vraies choses.

Momi 31/12/2015 14:52

Ahahaj!! Quel tissu de conneries. Vraiment. Tordre la réalité de la sorte. Il fait etre 1 vrai magicien comme votre poulian.
Eh ces messieurs la campagne fini et lurel péd. . Vous perdrez la tete a force de tourner en rond.

LureL Jacky 31/12/2015 09:53

Très juste !

Fred astair 30/12/2015 20:08

Je trouve l'analyse de cette situation bien simpliste et partisane pour un article censé apporter un éclaircissement au peuple que nous sommes. Au cas où certains l'oublierai la campagne pilot ici-politicienne est belle et bien terminée. Prenons de la hauteur et ne prenons pas le peuple que nous sommes pour des illettrés et encore moins des ignares.

Xam CIREDERF 30/12/2015 17:06

Sans discussion possible, le nouveau président a encore du travail sur la planche, mais surtout a encore beaucoup à apprendre des rouages de cette collectivité. Quand son ex colistier de 2010, jusqu'au soir du 12 décembre était toutes dents dehors comme pour une marque de dentifrice ou de brosse à dents, lui il fronce les sourcils, grimace et remue la tête et les mains, comme si cela lui donnera une contenance de président. Non "Cher Ary" comme lui dira TOTO, il faut du plomb dans la tête, donc ne plus la secouer, et ajuster les paroles et parades aux vrais problèmes. Vous ferez bien d'éviter les idées toutes faites et les jugements superficiels. Du travail cela sera utile, d'ailleurs ne dit on pas souvent que "le travail embelli l'homme?" A vous de savoir si cela vous concerne.