Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Tennis :  Comment Yannick Noah pourrait aider la Guadeloupe à accueillir la coupe Davis.

La Guadeloupe pourra-t-elle recevoir les grands internationaux du tennis, en mars prochain, dans le cadre de la coupe Davis?

On sait qu'une augmentation substantielle du coup de l'opération fait que le président Chalus ( nouveau président de région ) s'interroge à cet égard. Mais aucune décision n'a encore été prise, et nos frères Martiniquais se tiennent aux aguets pour « rafler » la mise, la coupe Davis pouvant attirer l'attention du monde entier ( qui nous envie ) et les nombreux touristes de ce même monde qui bénéficieraient de ce coup de projecteur inespéré sur nos plages, nos montagnes, nos rivières, nos hôtels et nos gîtes confortables et accueillants.

On sait que le ministre des sports M. Kanner souhaite que France Canada soit maintenu en Guadeloupe ( voir plus bas notre deuxième lien ). Mais il faut tenir compte des gros sous, et des arguments en apparence très clairs de M. Chalus.

A cet égard, on peut se demander si Yannick Noah qui est à l'origine de cette affaire ne pourrait pas contribuer au moins partiellement à sa solution ( financière ) en s'entendant avec le fisc en acceptant le versement du million d'euros qu'il doit aux finances publiques, à la région Guadeloupe.

Ainsi tout le monde, et en premier lieu le sport et la Guadeloupe; tireraient avantage de ce geste encore plus intelligent qu'héroïque.

 

Le Scrutateur.

 

 

 

( I ) Comment Yannick Noah pourrait aider, financièrement, la Guadeloupe à accueillir la coupe Davis.

 

VIDEO L'ancienne gloire du tennis français était auditionnée ce mardi par les sénateurs. Yannick Noah n'a pas apprécié qu'on évoque son contentieux personnel avec le fisc. Guy Forget a de son côté défendu les joueurs expatriés.

Yannick Noah (g) et Guy Forget lors de leur audition sur l'évasion fiscale au Sénat, le 19 juin 2012. (c) AfpYannick Noah (g) et Guy Forget lors de leur audition sur l'évasion fiscale au Sénat, le 19 juin 20

À lire aussi

Yannick Noah est sorti visiblement agacé mardi 19 juin de son audition devant la commission d'enquête du Sénat sur l'évasion fiscale. Alors que l'ex-tennisman était entendu par les parlementaires pour mieux comprendre les raisons qui poussent les sportifs français à s'expatrier, la discussion a tourné pendant quelques minutes autour du cas particulier du chanteur. Ce qu'a peu goûté le principal intéressé.

En effet, comme l'a révélé Le Canard enchaîné le 31 août 2011, Yannick Noah est en contentieux avec le fisc depuis 1996, soit depuis plus de 15 ans. Entre 1988 et 1993, le tennisman avait déménagé en Suisse pour alléger sa feuille d'impôt. Mais après une minutieuse enquête, effectuée notamment au moyen de relevés téléphoniques, le fisc français estime que le sportif a passé plus de temps en France que de l'autre côté des Alpes pour l'année 1993. S'ajoute également à l'affaire un deuxième contentieux sur le montant de ses impôts payés en France en 1994.

Du coup, le Trésor public lui réclame près d'un million d'euros. Un montant qui a été réévalué depuis à environ 580.000 euros, avec la prise en compte de certaines déductions fiscales et l'annulation d'une amende pour mauvaise foi.

Reste que le bras de fer entre l'une des personnalités préférées des Français et le ministère du Budget se poursuit en justice. Dernier épisode en date : le Conseil constitutionnel a débouté le chanteur en septembre.

Interrogé par le sénateur UMP Louis Duvernois pour savoir s'il n'y avait pas une ambigüité entre sa situation fiscale personnelle et ses commentaires favorables à une tranche d'imposition à 75%, le chanteur s'est d'abord agacé, indiquant qu'on lui avait assuré que ce sujet ne serait pas abordé lors de son audition.

En tout cas, l'ancien champion n'en démord pas. Tant qu'il n'aura pas été condamné définitivement en justice, l'ex-tennisman considère qu'il "ne doit rien" à l'Etat. Dans sa démarche, il assure simplement se défendre "comme tout citoyen" et estime qu'il n'est pas là pour évoquer "quand et combien (il) reverse à la société".

Soutiens inattendus

Ce "traitement de faveur" accordé au cas personnel du chanteur a d'ailleurs provoqué un vif débat entre le président de la commission d'enquête, le sénateur UMP Philippe Dominati, et le sénateur PS Yannick Vaugrenard. Ce dernier s'interroge : ces questions sont-elles liées à l'engagement politique de l'ancien champion, alors qu'il est rare de mettre en cause directement une personne auditionnée au Sénat ? 

Un peu plus tôt, la sénatrice centriste Nathalie Goulet avait assuré qu'elle n'était "pas contre les riches" et qu'en tant que parlementaire, "on avait parfois un certain nombre de difficultés à faire comprendre nos rémunérations, nos modes de retraite, etc. et qu'il y a un gros problème en France avec les gens qui gagnent de l'argent".

Au cours de l'audition, Yannick Noah a réaffirmé qu'il trouvait acceptable l'idée d'une nouvelle tranche d'imposition proposée par François Hollande pour les très hauts revenus. Il a cependant tenu à préciser qu'il ne conseillerait pas à son fils de payer ses impôts en France, alors que ses revenus proviennent essentiellement des Etats-Unis. Ce serait "aberrant", a-t-il indiqué

Guy Forget défend les joueurs expatriés

Guy Forget, qui accompagnait Yannick Noah devant la commission, a quant à lui défendu les tennismen qui s'expatrient hors de l'Hexagone pour diminuer le montant de leurs impôts. Pour l'ancien capitaine de l'équipe de France, les joueurs ont une carrière assez courte (une dizaine d'années) et sont 8 à 10 mois par an en dehors du pays pour les tournois.

Guy Forget explique également le risque de voir ses gains imposer lourdement deux fois : une première fois dans le pays du tournoi, et une autre dans le pays de résidence. 

Guy Forget est également revenu sur le rôle important des agents de joueurs auprès des sportifs, en particulier en matière d'optimisation fiscale. Il a d'ailleurs rappelé à cet égard que les tennismen fonctionnaient comme de véritables petites entreprises, devant payer leur entraîneur, leur masseur et leurs déplacements. Au total, d'après Guy Forget, la facture s'élèverait en moyenne à 125.000 euros par an, rien que pour les frais de voyage pour les compétitions. 

Résultat : seuls les 120 premiers joueurs ATP seraient réellement concernés par l'optimisation fiscale, les autres ne gagnant tout simplement pas assez d'argent. 


 

 

( II ) Coupe Davis : Kanner veut maintenir France-Canada en Guadeloupe

 

http://www.leparisien.fr/sports/tennis/coupe-davis-kanner-veut-maintenir-france-canada-en-guadeloupe-26-12-2015-5402479.php#xtref=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

XamF 27/12/2015 17:12

Sans doute il aurait été préférable de mieux évaluer le coût de cette opération, avant d'en faire une affaire de com électorale. Sans aucun doute les surcoûts avaient déjà été définis, mais on attendait l'issue du scrutin du 13 décembre pour savoir qui aurait le bénéfice de la réévaluation ou alors la désillusion du déficit du devis initial. Il est certain que si CHALUS veut se désister de ce projet, seule une présentation des devis et des engagements pris sur un plan de financement bouclé, lui permettra de ne pas se faire haïr des fans de tennis. Il n'est sans doute pas au bout de certaines surprises, mais tout l'art consistera à savoir faire comme LMC l'avait fait pour PROTO.