Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Régionales Guadeloupe : Pour Ary Chalus, les emmerdes vont commencer.

J'ai voté aujourd'hui pour un homme au parti duquel je n'appartiens pas, et que j'ai combattu souvent. Je l'ai fait pour une raison précise que j'ai dite, expliquée. Je n'y reviens pas. Or ce soir, dès 20h30, le candidat Lurel a admis sa défaite face à Ary Chalus, à la télévision alors que les résultats du scrutin étaient loin d'être terminés.

Je ne veillerai donc pas longtemps dans l'attente interminable des résultats encore inconnus.

Je souhaite à M. Chalus beaucoup de courage face aux « ennuis » qui vont commencer pour lui, du fait de la nouvelle opposition, mais surtout de ses « amis »( ies ) de la nouvelle majorité.

Quant à M. Lurel dont je ne suis habituellement pas partisan, et qui a été très digne dans sa déclaration télévisée, il va connaître les avatars des vaincus. Chacun son tour.

 

La Guadeloupe ne change pas.

 

Pour ne prendre qu'un exemple, j'évoquerai une élection déjà ancienne, l'élection présidentielle de 1981, qui en Guadeloupe accorda au président de la République sortant M. Giscard d'Estaing, des scores pharaoniques aux deux tours de scrutin, plus de 80% des suffrages.

Mais François Mitterrand élu, obtint aux élections législatives qui suivirent, des scores équivalents. Ita !

La semaine dernière Lurel obtenait un score inférieur, mais de peu, à celui de Chalus.

Cette semaine c'est pour lui la déconfiture.

Faut-il penser que l'opportunisme explique ce changement? Ce que l'on appelle, en Guadeloupe même, le dirigonflisme ( on va là où le riz gonfle ).

On peut le penser. Je le dis sans mépris pour mes compatriotes les Guadeloupéens.

Mais peut-être peut-on aimer ses compatriotes en disant ce que l'on pense, et bien davantage que ceux qui les flatteront dans le sens du poil.

Ainsi sont les foules. Un certain dimanche, à Jérusalem, il y a plus de deux mille ans, un homme, chevauchant un âne, entra sous les vivats d'une foule délirante. La même foule l'accabla de crachats et de coups, cinq jours plus tard sur un morne dit du calvaire.

Je suggère à mon ami d'un jour, le cher Victorin, de méditer ce « fait divers » exceptionnel et historique. Pour un franc maçon cette méditation pourrait être utile, en tout cas opportune.

 

Ce qui serait surprenant, mais pas totalement impossible, ce serait de voir baptiser, dès demain, le succès de la liste Chalus, de succès d'une liste de droite, ( à la Juppé !). Mais rien n'est impossible en « démocratie », ou en comédie.

Déjà à Sainte-Anne, dont le maire fut un soutien de V. Lurel, mais dont l'électorat a changé de candidat depuis la semaine dernière, un opposant du maire, qui est aussi un ami politique, qui le fut du moins en 2003 dans la campagne triomphante contre le changement de statut, dit toute son estime pour la liste Chalus.

Liste Chalus, liste de droite, vous dis-je. De droite M. Larifla! De droite M. Jack Gillot!

Disons ces choses sans amertume, sans plus d'inquiétude que cela! Et même avec un certain sourire.

Les foules sont versatiles. C'est humain. Et Gwadloup an nou, ki pli fo an tout bitin, plis himanis ki tout pèp, pa té pé fè okontrè !

Victorin mon cher adversaire habituel, ami politique d'un jour, récitez avec moi, la prière des chrétiens conscients. Vous y trouverez lucidité et, du fait, consolation : De profundis! ( Allé vié frè, chanté èvè mwen : https://www.youtube.com/watch?v=luLLO3c3LlE ).

 

Le Scrutateur.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jo Vial 14/12/2015 17:46

Comme M. Letchimy, M. Lurel a trouvé la soupe un peu salée, hier soir. Comme M. Letchimy, M. Lurel a peut-être été un peu trop copain avec les socialistes-nationaux ces dernières années. Ces gens-là portent malheur, je vous l'assure. Et puis une certaine vanité "aristocratique", celle des seigneurs trop sûrs de leurs serfs et de leurs commensaux.. Eh oui ! contrairement à ce qu'écrivent ou disent ces crétins de journalistes qui se prennent pour des champions de l'allégorie, une circonscription n'est pas un fief. Prendre les gens de haut quand on leur doit tout, ce n'est pas non plus le meilleur moyen de se rendre populaire. Ei c'est pas sa propre vanité que l'on se soustrait au service de con pays, en laissant la place à pire que soi, quelque fois. Dieu n'exige pas de nous l'état de perfection, mais la perfection de l'état, autrement dit l'accomplissement de son devoir d'état avec talent et... humilité.

Jo Vial 14/12/2015 17:46

Comme M. Letchimy, M. Lurel a trouvé la soupe un peu salée, hier soir. Comme M. Letchimy, M. Lurel a peut-être été un peu trop copain avec les socialistes-nationaux ces dernières années. Ces gens-là portent malheur, je vous l'assure. Et puis une certaine vanité "aristocratique", celle des seigneurs trop sûrs de leurs serfs et de leurs commensaux.. Eh oui ! contrairement à ce qu'écrivent ou disent ces crétins de journalistes qui se prennent pour des champions de l'allégorie, une circonscription n'est pas un fief. Prendre les gens de haut quand on leur doit tout, ce n'est pas non plus le meilleur moyen de se rendre populaire. Ei c'est pas sa propre vanité que l'on se soustrait au service de con pays, en laissant la place à pire que soi, quelque fois. Dieu n'exige pas de nous l'état de perfection, mais la perfection de l'état, autrement dit l'accomplissement de son devoir d'état avec talent et... humilité.