Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Régionales en Martinique : Une Alliance face à une Fusion ! ( Deux analyses de Martiniquais ).

 

N’ayant pas une connaissance suffisante du milieu politique martiniquais, j’ai choisi de publier deux articles d'hommes du terroir sur les alliances de second tour dans cette région d’outre mer.

Le premier, que je lui ai demandé, émane de M. Luc André, que nos lecteurs connaissent, et en qui j’ai confiance. Il commente, sans la condamner, mais sans enthousiasme, la fusion des listes, traditionnellement opposées de Yann Monplaisir ( « droite » ) et de M. Marie-Jeanne ( indépendantiste ). L’avenir, très proche dira si cette « fusion » est viable et si elle reçoit un accueil favorable des deux électorats traditionnellement opposés. Rendez-vous dimanche.

Le deuxième article émane de M. Roger de Jaham, président de l’Association Tous créoles, qui refuse clairement, ce qui est à ses yeux une association contre nature.

 

Le Scrutateur.

 

Résultats officiels des élections du premier  tour à la Martinique :

http://elections.interieur.gouv.fr/regionales-2015/02/index.html

 

( I ) Une alliance face à une fusion, par Luc ANDRE.

 

« Au soir du premier tour des élections pour la CTM, les analyses ont fusé de toutes parts mais en dehors de quelques supputations il n’était pas envisagé qu’une fusion des challengers aurait pu se faire.

Un rassemblement de « patriotes » et un rassemblement de la droite et du centre pouvaient-ils se rassembler pour tenter d’empêcher une victoire qui paraissait inéluctable de l’Alliance EPMN conduite par Serge Letchimy ?

Huit listes se sont positionnées pour combattre le Président sortant de la Région (en oubliant que le Conseil Général qui a un budget et un effectif supérieurs à ceux de la Région) avec des arguments aussi divers que variés, vu que son camp avait su rallier une majorité de municipalités de sensibilités politiques différentes.

Les résultats du premier tour ont montré que certains maires ne pouvaient se prétendre maîtres des voix de leurs électeurs et que un plus un de donne pas toujours deux !

La gouvernance retenue par le gouvernement de l’époque avait surpris la majorité des Martiniquais qui avait, à tort ou à raison, pensé que ce système ne laissait pas trop de place à l’opposition.

Le Conseil exécutif, composé de neuf membres du même camp,  avait

Soulevé de nombreuses inquiétudes quant à la domination sans partage de la liste gagnante qui bénéficiait en plus, d’une majorité au minimum de onze membres à l’Assemblée.  

Les textes prévoient que le Conseil exécutif pourrait être renversé par une motion signée par dix sept membres de l’assemblée mais adoptée par les trois cinquièmes (31 votes) des membres de cette assemblée. Cela ne rassurait pas les sceptiques qui avaient du mal à envisager une division au sein du bloc majoritaire.

Cette fusion saura t-elle préserver la démocratie et permettre un rôle plus important de la diversité d’opinion ?

Compte tenu des reproches formulés à l’égard de la gouvernance du Conseil Régional sortant, les challengers ont choisi de s’unir autour d’un « contrat de gestion de mandature » pour affronter la liste EPMN, arrivée en tête.

Cette fusion qui comme l’Alliance EPMN n’est pas basée sur une idéologie ( du moins au moment d’une négociation entre politiciens, entre deux tours de scrutin ! Note du Scrutateur ) et surprendra non seulement les adversaires mais également les abstentionnistes et les partisans des deux bords concernés, puisqu’il n’est pas certain, comme indiqué plus haut que :

1 + 1 = 2 !!

Cette nouvelle donne va-t-elle conforter la majorité sortante ou sera-t-elle capable de renverser la vapeur ?

La réponse appartient aux électeurs.

Par contre cette nouvelle configuration du second tour va-t-elle vaincre le fort taux d’abstentions du premier tour ?

Je l’espère pour la démocratie afin qu’une majorité de ce peule, en souffrance, soit en mesure de choisir ses futurs gouvernants.

Les futurs élus, quels qu’ils soient, devront savoir qu’ils devront tenir compte des attentes diverses et quelquefois opposées des électeurs.

Il nous reste à connaître les modalités de ce contrat de gestion dans l’intérêt de la Martinique, car les problèmes sont ardus et nécessitent des solutions rapides et durables.

Il serait temps que la Martinique retrouve son unité car ce ne sont pas les divisions et les dénigrements trop souvent utilisés durant cette campagne qui pourront la faire avancer.

Les jeunes et les moins jeunes espèrent un emploi et nos séniors auront besoin de retrouver une dignité dans cette société qui a du mal à se renouveler.

Que ces élus prennent conscience de l’importance de la résolution du problème des transports. L’Habilitation transport qu’aura cette CTM devra tenir compte de la nécessité de supprimer ces embouteillages qui font perdre à la population et à l’économie des millions d’heures.

Cette nouvelle Collectivité devra apprendre à écouter et à entendre les citoyens, souvent porteurs d’idées neuves, pour que soit bâtie une nouvelle Martinique.

 

Luc ANDRé.

 

 

( II ) Une véritable honte ! par Roger de Jaham.

 

Ce que je craignais au fond de moi en refusant d’y croire est donc arrivé : MONPLAISIR et MARIE-JEANNE ont fusionné leurs listes pour le second tour des élections à la CTM !

 

Ainsi, l’adversaire d’hier, l’indépendantiste tant dénoncé, le président de région qui n’avait jamais rien fait, est devenu un allié sincère et véritable, un partenaire loyal, un ami, avec lequel le « départementaliste » Yan MONPLAISIR envisage de diriger. Tout est oublié, les attaques, les insultes, les dénonciations ; promis-juré, on s’aime pour la vie.

 

En réalité les opposants d’hier sont les colistiers d’aujourd’hui et très certainement les ennemis de demain, car conduire sereinement une politique commune quand tout vous sépare leur sera impossible.

 

Je n’ai pas de mots pour qualifier une telle alliance contre-nature : trahison ? Tromperie ? Combine ? Duperie ? Fourberie ? Collaboration ? Cette lamentable combinazzione est un peu tout cela à la fois ! Ayant soutenu à titre personnel la liste « Ba Péyi-a an chans » dès le début, pour la simple raison que Yan MONPLAISIR est un chef d’entreprise, certes contesté, mais un entrepreneur malgré tout dont la région avait bien besoin, je me sens ce matin dans la peau d’un cocu, trompé par ces candidats en qui j’avais placé ma confiance.

 

Si Serge LETCHIMY veut bien de mon bulletin de vote, je me propose de le lui apporter dimanche prochain, toute honte bue…

 

Roger de JAHAM

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alain 09/12/2015 20:00

Le moins que l'on puisse dire est que cette fusion ne clarifie pas les choses...

D'un coté une liste "les Républicains qui fusionne" (malgré le Ni / ni de son état major parisien...), de l'autre une liste "les Patriotes" comme ils aiment à se faire appeler, que l'on a déjà connu aux commandes de la Région et dont le principal reproche au Président sortant serait le clientélisme... alors qu'elle n'avait pas manqué d'en faire au moins autant, mais peut-on vraiment éviter cela quand on est sur une île de 400 000 habitants...
C'est bien une question de tentative de prise de pouvoir qui se pose ici, mais à quel prix ? Qu'est-ce qui peut rapprocher une liste dont la confiance qui lui a apporté reposerait plutôt sur les qualités de gestion (Les Républicains...) parce que son leader et quelques autres de sa liste sont issus du monde économique local et ça ne ferait pas de mal à cette île de sortir d'habitudes de grèves et autres mouvements qui empêchent son évolution... M Monplaisir ne démentira pas cela, lui qui est confronté à l'exploitation d'un Club Med où souvent la revendication prend le pas sur le service à des touristes qui n'ont pas payé pour ça...
Alors quand on sait qu'une bonne partie de cette contestation vient de la base de son nouvel allié... on peut s'interroger sur la solidité de cette alliance... et à plus long terme sur les conséquences et autres dégâts collatéraux que cela pourrait avoir si la victoire n'est pas au rendez-vous...
Je rejoins le rédacteur, la politique dans cette îles n'est guère lisible... et cet avatar ne va pas simplifier les choses... La Droite Martiniquaise pouvait se prévaloir d'un bon score au premier tour... après cette fusion et en cas d'échec, je pense qu'il faudra du temps pour reconstruire une force encrée dans le développement économique digne de ce nom...
Cette alliance est un coup de poker où on retrouve Alfred Marie Jeanne (79 ans) battu la dernière fois, Claude Lise (ancien président de l'assemblée Départementale - 74 ans- qui n'a jamais supporté le choix d'Aimé Césaire pour Serge Letchimy et qui cherche encore sa revanche, on lui aurait proposé le Perchoir de cette nouvelle assemblée) etc... et un mouvement de droite qui veut brûler les étapes d'un développement prévisible... Le tout étant fortement centrée sur le groupe des patriotes (normal vu les résultats...mais il faut bien comprendre aussi que leur patriotisme concerne un caillou de 400 000 habitants - bien plus fort que le FN ! -) et cela dans un "pays" qui ne peut guère compter que sur le tourisme pour son progrès économique....
Cela s'annonçait pourtant bien cette année, avec les événements circum-méditerranéens le secteur du tourisme joue pratiquement "à guichet fermé" pour la saison qui vient... Que pourrait nous proposer cette "nouvelle équipe" bien connue par ailleurs, de mieux que l'ancienne dont l'usure aux commandes de notre territoire n'est plus à dénoncer...
De toute façon ça fait bouger des lignes, surtout autour de cette nouvelles "alliance" qui ne laisse pas bon nombre de ses partisans sans interrogations...
Alors attendons Dimanche, et si les sortants se retrouvent aux affaires... espérons qu'ils auront compris l'avertissement... plutôt que de reprendre le "train train quotidien" en savourant une explosion programmée de leurs concurrents...

Guillaume Souiteaume 09/12/2015 12:00

M. de Jaham est bien péremptoire dans ses dénonciations. Comme quoi les leçons de la vie ne servent à rien ! Souvent attaqué par des imbéciles qui veulent faire de lui un nanti de naissance alors qu'il s'est fait lui-même et qu'il a supporté financièrement ses parents jusqu'à leur dernier souffle, un raciste alors que c'est peut-être le seul défaut qu'il n'ait pas, un suppôt de l'escalvage alors que c'est un humaniste... Poursuivi par a gestapo de l'histoire réparée pour "apologie de crime contre l'humanité" et j'en passe, le voici devenu imprécateur à son tour. Non; Roger de Jaham ! Pas ça ! Pas vous ! À part les imbéciles qui vous haïssent parce que vous êtes un béké et qu'à leurs yeux c'est un crime impardonnable qui doit être châtié avec la plus impitoyable sévérité judiciaire (les mêmes plaident pour la libre circulation du crime et pour une politique pénale bienveillante envers la criminalité avérée), les gens ont une pensée plus nuancée, plus métissée oserais-je dire quand il s'agit de la complexité martiniquaise à laquelle vous voulez faire croire (aujourd'hui) que vous ne comprenez rien. Repentez-vous, de Jaham. Peut-être est-ce que le besoin de vous faire remarquer a dépassé votre jugeotte, cette fois ? Alors, réparez : taisez-vous, pour une fois.

Ba pay-a an chans 08/12/2015 21:32

Elections Martinique : Ba payi-a an chans.


Les résultats du 1er tour de ces élections ont été très encourageants pour notre famille politique et nous remercions tous ceux qui se sont mobilisés autour de nous pour rendre cela possible.

Toutefois, plus que nos intérêts particuliers nous plaçons l’avenir et l’intérêt supérieur de la Martinique au-delà de toute autre considération.

En effet, la Martinique est aujourd’hui dans une situation de crise majeure sur les plans économique et social.
La majorité sortante a échoué, mettant en péril l’avenir de notre île.
L’heure est donc grave.

La décision n’a pas été simple mais notre groupe, dans un souci de responsabilité, a démocratiquement pris la décision de réaliser une union de compétences et d’expériences.

Cette union s’est constituée autour des valeurs fortes que nous avons défendues tout au long de la campagne : la démocratie, l’éthique, la morale et la transparence dans l’action publique.

Elle acte également l’engagement d’une pause institutionnelle, nécessaire pour se consacrer uniquement au développement économique et social de la Martinique.

Enfin cette union acte le principe d’une co-gestion garantissant à l’ensemble des partis le respect de l’identité et de l’intégrité de chacun.

La démocratie sera ainsi placée au cœur de la gouvernance de cette Collectivité.

C’est un choix de raison, guidé par la conviction que nous ne devons pas laisser reconduire une équipe qui a plongé la Martinique, et Fort-de-France en particulier, dans un état de chaos et de confiscation de tous les pouvoirs.

Le groupe Ba Péyi-a An Chans


Pour toute information : contact@ba-peyi-a-an-chans

Edouard Boulogne 08/12/2015 21:40

Ce communiqué nous a été envoyé par l'alliance entre les listes de MM. Yann Monplaisir et Marie-Jeanne pour le deuxième tour des élections régionales à la Martinique.
Le Scrutateur.

Pierre Dupont 08/12/2015 18:03

Puis-je faire observer à Monsieur Luc André (chacun son tour), que son souhait que la Martinique retrouve son unité est d'une certaine manière exaucé. Des bandits peuvent s'allier sans s'aimer, or la fusion procède toujours de quelque chose que l'on partage, que l'on aime ensemble. Il y a du sentiment quand il y a fusion alors qu'il y a surtout des objectifs dans une alliance... Gageons que le sentiment qui unisse Marie-Jeanne et Monplaisir soit l'amour de la Martinique et ces Martiniquais, et prions au cas où ce serait l'autre camp qui l'emporterait, que l'objectif des alliés (de l'alliance) ne soit pas de se partager un butin électoral. Quoi qu'il en soit, deux listes dont l'une à vocation de rassembler et l'autre de donner une chance à la Martinique ne pouvaient que se rencontrer. Rencontrera-t-elle l'adhésion des électeurs ? C'est une autre histoier. Une autre histoire qui est en peut-être en train de s'écrire. Mais qu'apporterait une Martinique nouvelle - dont la première nouveauté serait d'être sous la férule d'une parti unique, dominant et dominateur - aux Martiniquais, qui, au mois de janvier 2010 ont dit qu'ils aimaient bien leur Martinique telle qu'elle était, département français, avant qu'on ne leur proposât un adultère institutionnel avec, évidemment, toutes les cachotteries qui accompagnent ce genre de situations qui font rire au théâtre et couler des larmes dans la vie.

Pierre Dupont 08/12/2015 17:42

Les méchantes langues diront, non sans malice qu'il suffit que Monsieur (Roger) de Jaham prenne une position pour que l'on sache avec certitude qu'il faut prendre le parti opposé. C'est vrai ! Il y a comme cela des gens dont l'instinct indique automatiquement la mauvaise direction, et qui, comme ils s'expriment souvent, servent en quelque sorte de baromètre infaillible. Plus sérieusement, en admettant que l'alliance entre M.M. Marie-Jeanne et Monplaisir ait l'air contre nature, elle ne l'est pas tant que cela. Certaines thérapies nécessitent en effet que les patients ne soient pas trop douillets, et d'aucuns auront vu Monsieur de Jaham moins délicat dans ses vapeurs démocratiques. Pour remettre les choses à leur place, je ne vote pas pour mon plaisir, mais parce qu'il le faut bien. Or, tous les adultes savent qu'on ne votent pas pour le candidat de son choix, mais pour celui dont on considère qu'il est éventuellement le meilleur du panel proposé, bref ! pour celui que l'on considère de meilleure médecine. Pour ce qui est de la démocratie, je suis pratiquant non croyant, ce qui m'amène à voter, avec soulagement pour notre Marie-Jeanne "nasyonal" et pour Monplaisir à l'égard duquel Monsieur de Jaham est bien sévère. Monsieur de Jaham désigne Marie-Jeanne comme indépendantiste, ce dont Monsieur Marie-Jeanne ne s'est jamais caché. Par ailleurs, entre indépendantistes, Monsieur de Jaham est-il certain que Monsieur Letchimy et le PPM le soient moins que Monsieur Marie-Jeanne et le MIM ? Ensuite, en fait d'alliance contre nature, celle conclue entre M.M. Marie-Jeanne et Monplaisir l'est-elle plus que celle conclue entre M.M. Letchimy et Sarkozy (et d'autres, certainement) ? Il ne faut pas oublier non plus que l'alliance Marie-Jeanne-Monplaisir est publique à l'inverse des petits arrangements clandestins pris ici et là antérieurement par le camp auquel M.M. Monplaisir et Marie-Jeanne entendent, non sans quelques raisons, s'opposer. Je me permets encore de rappeler à Monsieur de Jaham qui prête à Ian Monplaisir l'étiquette de "départementaliste" qu'il fait une erreur : les deux seuls départementalistes que l'on connaisse à la Martinique (en tous cas qui se sont déclarés comme tels en 2009/2010) ont été M.M. Virassamy et Ralph Monplaisir à qui les pouvoirs publics et les forteressess locales ont refusé toute tribune. La CTM est une boîte de Pandore, imposée d'une manière sournoise et dans la plus totale hypocrisie à une population martiniquaise. Celle-ci avait en effet fait savoir par la voie référendaire qu'elle était contente comme elle était avant qu'on ne lui arrachât par la ruse un changement statutaire auquel elle ne pouvait rien comprendre, celui-ci n'ayant jamais été exposé clairement. La pression de la préfecture à ce moment-là en faveur du changement statutaire a été d'une intensité proche de la violence, car aucune voix à ce projet n'a pu se faire entendre dans les médias "main stream". La dénonciation n'a pas pu avoir lieu en dehors des réseaux sociaux. c'est-à-dire bien peu de choses, et le processus qui revenait à confier l'avenir de la Martinique au PPM a pu prospérer avec la complicité d'une classe politique locale qui a cru pouvoir apprivoiser celui-ci en faisait des risettes au bébé dont Monsieur Sarkozy était le parrain. Alors, les leçons de Monsieur de Jaham, merci ! Qu'il garde ses sermons pour lui, et ses qualificatifs aussi. Là il s'agit de sauver la Martinique des conséquences de petits arrangements entre un M. Sarkozy qui ne pensait qu'à se débarrasser de la Martinique et un PPM qui ne voulait que se l'approprier. Enfin, que les milieux de la finance ou de son voisinage raffolent des déficits, c'est leur affaire, mais je ne crois pas que l'on puisse reprocher à Monsieur Marie-Jeanne sa gestion de la région tout le temps qu'il en a eu la responsabilité. Alors que Monsieur de Jaham vote avec dévouement et enthousiasme pour Letchimy, c'est son droit, mais qu'il garde pour lui son mépris pour ceux qui croient préférable de faire autrement.