Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Régionales au plan national : Premières impressions à 18 heures ( heure locale des Antilles )

Les résultats de ce deuxième tour des élections régionales en métropole sont tels que je les attendais ( non telles que les espérais ) depuis dimanche dernier.

A cette heure, le six décembre dernier, le Front National était le grand triomphateur du jour. Les longues figures des socialistes, et même de « la droite » faisaient plaisir à voir pour ceux qui ont en assez de la médiocrité, parfois de la perversité installées.

Mais je prévoyais les résultats du second tour.

Les observateurs honnêtes de la vie politique savent que depuis maintenant près de 20 ans les partis « de droite » classique ont perdu leur électorat populaire ( et il en est largement de même pour le PS ).

Cet électorat populaire longtemps s'est partagé entre le parti communiste d'autrefois, et le parti gaulliste.

A droite, ses derniers représentants dans la classe politique ont été MM. Charles Pasqua et Philippe Séguin.

Les électorats populaires abandonnés par les « grands » partis ont reporté, de plus en plus, leurs suffrages sur le Front National.

Or ce sont les couches populaires, qui, traditionnellement, sinon toujours au quotidien, du moins à l'occasion des élections montrent le plus d'enthousiasme et votent dès le premier tour.

Dimanche dernier ce vote a valu au FN son succès relatif.

Il était à prévoir ce qui s'est passé, c'est-à-dire qu'entre les deux tours, les « adversaires » présumés, à savoir que, par delà le rituel de l'opposition « droite modérée » contre gauche bourgeoise, ces messieurs allaient s'entendre, au nom de la défense de la République qui aurait été menacée, ( on a même parlé à propos du succès électoral relatif du FN le 06 décembre de... « vague brune » autant dire de vague nazie. Rions trois fois ! ) à rallier les abstentionnistes « bourgeois » qui au 1er tour avaient été faire du cheval dans leurs clubs hippiques, dont la pensée politique évoque la morne plaine du poète, et à les épouvanter.

C'est ce qui s'est passé.

Le FN donc avait fait le plein ou à peu près. Il ne pouvait connaître que la déconvenue au second tour.

Cela dit, le résultat, décevant pour ceux qui veulent du changement, ne me paraît pas catastrophique pour eux.

D'abord parce qu'il faut se garder, par dégoût ( justifié ) de la politique politicienne, d'idéaliser le Front National.

Sur le plan de son programme économique, il n'est pas encore prêt à assumer positivement le pouvoir, et ses cadres manquent de l'expérience du pouvoir, et de la maîtrise technique dans « l'administration des choses », ou si l'on préfère de la gestion administrative du quotidien.

Venant de tripler sa représentation dans les régions il va progresser dans ce domaine important, et se donner les moyens de gérer utilement la nation si le peuple décide, ce qui paraît de plus en plus possible, de lui confier cette importante responsabilité.

 

Cela dit, ce qui frappe ce soir l'attention, c'est le discours des partis classiques. Quand on écoute les socialistes on a l'impression d'une victoire parce qu'ils ont « sauvé » quelques régions grâce à la tactique intéressée des partis de droite classiques.

Mais si l'on additionne les voix obtenues par les partis de droite, en y comptant le FN, la gauche ne sauve les apparences qu'avec environ 30% de l'électorat.

« Belle victoire » en vérité, celle du mensonge et des faux semblants.

Je clos ce chapitre de mes premières impressions d'après scrutin en disant ma satisfaction de la victoire dans la région Île de France de Mme Valérie Pécresse, la candidate qui aurait eu mon suffrage si j'avais habité cette région. Satisfaction qui est renforcée par le rejet du triste personnage qu'est le candidat socialiste Bartolone ( président de l'Assemblée Nationale ). Un symbole de la liquéfaction socialiste actuelle.

 

Le Scrutateur.

 

Les chiffres suivants, sont ceux dont je dispose actuellement. Ils seront certainement légèrement modifiés, affinés. Mais les résultats semblent définitifs.

 

Alsace Richert (LR)

Aquitaine Rousset (PS)

Bourgogne Dufay ou Sauvadet quasi egalité

Bretagne Le Drian (PS) 51

Centre Bonneau (PS) 1 point d’écart avec le LR

Corse Simeoni

Normandie Morin ou Mayer (PS) 0,2 pt d’écart

Midi Pyréness Delga 44%

Nord Bertrand 58 %

PACA Estrosi 55 %

Pays de Loire Retailleau LR 43

Rhone Alpes Auvergne Wauquiez 40.7

Île de France : Valérie Pécresse : 44%

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Livia 14/12/2015 00:08

Je suis quand même ravie que Retailleau est repris ma région au PS, les impôts ne vont plus augmenter autant!